•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maxence Parrot est exactement là où il voulait être

Le surfeur des neiges, Maxence Parrot

Après avoir vaincu le cancer, Maxence Parrot a retrouvé la première marche du podium samedi dernier aux X Games d'Oslo.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Alexandre Coupal

Maxence Parrot a vaincu le cancer en juillet dernier. Et il a vaincu tous ses adversaires en finale du big air (grand saut) au X Games européens d’Oslo samedi dernier, l’objectif qu’il s’était fixé lorsqu’il a appris son diagnostic.

Celui qui comptait déjà quatre médailles d’or en big air aux X Games retrouvait les siens à Oslo. À vrai dire, c’est lors d’un entraînement en Suisse, quelques jours auparavant, que Parrot a tout d’abord affiché ses couleurs.

« Ils ont vu que je pratiquais mes gros sauts, ce à quoi ils ne s'attendaient pas », a confié l'athlète de Bromont, jeudi, à Radio-Canada Sports.

La table était mise pour la compétition, qui comportait une nouveauté importante cette année: elle était présentée à l’intérieur.

Pour que tout le monde puisse s’acclimater à cette configuration différente, six séances d'entraînement étaient prévues. Les athlètes n’en ont eu que deux en raison de la météo, parce que même si l’épreuve était disputée à l’intérieur, le sommet de la rampe était tellement haut qu’il se trouvait à l’extérieur.

Signe supplémentaire de sa bonne forme, Maxence Parrot a obtenu la meilleure note en qualifications. En finale, il était meneur provisoire quand Yuki Kadono, le seul à pouvoir le détrôner, s’est élancé pour son saut final.

« J’étais déjà extrêmement content d’être là, j’étais déjà assuré d’une deuxième position, ce dont j’étais quand même content après ce que j’ai vécu. Mais j’étais tellement proche de l’or, c’est sûr que j’étais stressé quand il a fait son saut », explique Parrot pour illustrer son état d'âme à ce moment.

Le dernier saut du Japonais n’a pas été à la hauteur, et Maxence Parrot s’est retrouvé là où il s’était imaginé toute l’année : sur la première marche du podium.

En bas de la piste, tous mes amis sont venus me prendre dans leur bras, c’est un moment dont je vais me rappeler toute ma vie. [...] Quand je faisais mes traitements, c’est sûr que mon but, c’était de gagner la médaille d’or, mais je ne savais pas comment mon corps allait réagir après la chimio, si j’allais avoir assez de temps.

Maxence Parrot
Maxence Parrot avec sa médaille d'or des X Games d'Oslo

Maxence Parrot avec sa médaille d'or des X Games d'Oslo

Photo : Associated Press / Fredrik Hagen

Et maintenant

Après avoir fait la fête à Oslo samedi, et encore à la maison dimanche, Maxence Parrot profite de quelques jours de repos. C’est d’ailleurs ce qui est à l’horaire pour quelques semaines avant de reprendre l’entraînement pour le début de la saison, en décembre.

Bien évidemment, l’année a été difficile. Mais il a pu compter sur le soutien du public dès le premier jour de l’annonce de son cancer, un lymphome de Hodgkin.

« Quand j’ai annoncé que j’avais le cancer, il y a eu beaucoup de résonance. Dans ma tête, je me disais que ce serait pour une semaine ou deux, mais pendant tous les six mois qu’ont durés les traitements, j’ai reçu des centaines de messages chaque jour », témoigne-t-il.

La forme de Parrot est à un excellent niveau. Le seul bémol concerne la récupération, après l'entraînement et les compétitions.

C’est certain que ma docteure trouvait que je poussais un peu la note. [...] Elle m’a toujours dit que ça allait être important d’écouter mon corps, et il y avait toute une équipe pour s’assurer que je pousse les limites chaque jour, mais pas au point que ce soit mauvais pour moi.

Maxence Parrot

Son retour ne pouvant pas être davantage réussi, Maxence Parrot envisage la nouvelle saison avec la même ambition, celle de gagner. Il a plusieurs compétitions dans sa ligne de mire, dont bien sûr les X Games à Aspen, en janvier.

Entre-temps, il a développé une nouvelle passion: la motoneige hors-piste, dans la poudreuse de Whistler, non pas pour faire de la compétition, mais pour s'amuser et tourner des vidéos. À paraître bientôt sur vos réseaux sociaux préférés.

Ski et surf des neiges

Sports