•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Québécois James Piccoli pourrait se joindre à une équipe du WorldTour

James Piccoli.

James Piccoli

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Michel Chabot

Le cycliste James Piccoli se prépare fébrilement pour les Grands Prix cyclistes de Québec et de Montréal, la semaine prochaine, et pour les Championnats du monde à la fin septembre. En même temps, il attend un coup de téléphone important qui lui permettra de réaliser son rêve.

Piccoli, qui célèbre ses 28 ans jeudi, a connu une excellente année jusqu’ici, avec des résultats impressionnants. Il a remporté le Tour de Gila, début mai, après des deuxièmes places à la Joe Martin Race et au Tour de Taïwan en avril et en mars.

Il s’est également classé 2e au Tour de Beauce au mois de juin, avant de décrocher une autre 2e position au Tour de l'Utah à la mi-août.

Rencontré cette semaine au sommet du mont Royal, où il s’apprêtait à s’entraîner avec son ami Hugo Houle, Piccoli a confié avoir bon espoir de rouler avec une équipe du WorldTour en 2020.

Mon équipe de cette année, Elevate-KHS, m’a aidé à obtenir de super bons résultats. Et ç’a l’air que l’an prochain, je passerai en Europe. Je ne peux pas faire d’annonce en ce moment, mais je suis vraiment content de la situation.

James Piccoli

Il n’attend plus que la confirmation officielle de cette équipe mystère pour célébrer et l’annoncer publiquement. Selon lui, ça pourrait se concrétiser très bientôt.

« Ça va être intéressant parce que je vais être domestique et leader, selon les courses, explique le Montréalais. Je me joins à une équipe avec des coureurs super forts. Mais pour certaines courses, pour ma progression, je pourrai être leader. C’est le meilleur environnement pour grandir et, un jour, être dans les meilleurs au monde. »

Vaincre le mont Royal

En 2018, James Piccoli était en bonne posture avant qu’une chute au dernier tour ne vienne ruiner ses ambitions de victoire sur Camilien-Houde. Cette année, le jeune homme espère que la chance sera de son côté, devant famille et amis, au Grand Prix de Montréal.

La course sera encore plus exigeante. Les organisateurs ont ajouté deux ascensions au parcours qui forceront les coureurs à grimper le mont Royal 18 fois.

« C’est mieux, parce que la course va être plus sélective, estime Piccoli. Mais c’est sûr qu’avec 220 kilomètres et 4800 mètres de dénivelé, ce ne sera vraiment pas une journée facile. Alors, je vais être super fatigué à la fin, mais je pense que ça me convient d’avoir une course plus difficile. »

James Piccoli

James Piccoli

Photo : Gracieuseté Tour de Beauce

James Piccoli est allé mardi monter Jay Peak deux fois avec Hugo Houle et Michael Woods. Une journée de plus de 200 kilomètres qui aidera ces trois camarades à affronter l’épreuve montréalaise du 15 septembre.

« On se pousse toujours quand on est ensemble, dit Piccoli. Je peux apprendre d’eux, leur demander des conseils, des trucs, partager leur expérience et prendre confiance que je peux monter avec eux et que je mérite d’être dans la course du tour. »

Pour l’honneur du pays

Houle, Woods et Piccoli feront équipe sous les couleurs canadiennes aux Championnats du monde de cyclisme sur route, à la fin du mois, dans le Yorkshire, au Royaume-Uni.

L’épreuve masculine sera extrêmement exigeante. Les cyclistes devront franchir 284,5 km, le plus long parcours en plus de 40 ans aux mondiaux.

« Le circuit est plutôt technique, alors ça va peut-être favoriser quelqu’un de fort et vite, comme un (Peter) Sagan ou un (Michael) Matthews, estime Piccoli. On verra le parcours quand on ira faire la reconnaissance. Mais j’imagine que je serai là pour aider Mike ou Hugo parce qu’ils ont plus d’expérience dans les courses de ce niveau-là. Pour moi, ça sera une occasion d’apprendre et de prendre un peu d’expérience. »

Cyclisme

Sports