•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marcel Hirscher prend sa retraite à 30 ans au sommet du ski mondial

Derrière lui, un certain nombre de ses globes de cristal.

Le skieur autrichien Marcel Hirscher en conférence de presse, mercredi

Photo : Getty Images / JOE KLAMAR

Agence France-Presse

Le numéro un mondial du ski alpin, l'Autrichien Marcel Hirscher, a annoncé qu'il mettait un terme à sa carrière sportive, mercredi, à l'âge de 30 ans et après huit sacres en Coupe du monde qui l'ont fait entrer dans la légende de son sport.

Pour la première fois depuis douze ans, Hirscher ne sera pas au départ des épreuves de la saison de ski alpin qui démarre fin octobre.

« C'est aujourd'hui [mercredi] que je mets fin à ma carrière active », a annoncé le champion lors d'une conférence de presse à Salzbourg.

Lors de cette intervention retransmise en direct à la télévision publique autrichienne, Marcel Hirscher a mis fin à un suspense qu'il avait lui-même alimenté depuis des mois, assurant avoir du mal à trancher sur la suite de sa carrière.

Face à une salle pleine à craquer, il est cette fois allé droit au but : « Je fais court, j'arrête », a-t-il déclaré à peine arrivé sur scène, assurant avoir pris sa décision il y a deux semaines, « des semaines très turbulentes », a-t-il précisé.

« C'est toute une vie qui s'arrête d'un jour à l'autre », a décrit le meilleur skieur du monde, visiblement ému.

Glorieux palmarès

Depuis sa première saison sur le circuit, en 2011-2012, l'Autrichien a tout gagné, ne laissant que des miettes à ses adversaires, et peut prétendre au titre de meilleur skieur de l'histoire grâce à ses huit victoires au classement général de la Coupe du monde, ce que personne n'a réalisé avant lui (le Luxembourgeois Marc Girardelli s'était arrêté à cinq, l'Autrichienne Annemarie Moser-Pröll, à six).

À cela s'ajoutent deux titres de champion olympique (slalom et combiné) en 2018 à Pyeongchang, cinq titres de champion du monde (trois en slalom, un en combiné et un en slalom géant) et six petits globes (Coupe du monde de la spécialité) de slalom et autant en slalom géant.

Dans sa carrière, il a remporté 67 courses de Coupe du monde, échouant à 19 unités de la marque du Suédois Ingemar Stenmark (86), la référence absolue jusqu'à présent.

Cette course au record de Stenmark n'a pas suffi à retenir le champion une saison de plus, les prochaines échéances importantes (Championnats du monde en 2021, Jeux olympiques en 2022) semblant trop lointaines pour constituer un objectif motivant.

Hirscher avait souvent évoqué une retraite hâtive pendant sa carrière. Dès 2014, à 25 ans, il indiquait qu'il ne se rendrait pas jusqu'aux Jeux de Pyeongchang, où il a finalement remporté ses deux titres olympiques.

Skieur spectaculaire au style explosif, mais discret avec les médias, loué pour son incomparable toucher de neige, son travail en gymnase et ses réflexes, qu'il exerce aussi à moto, Hirscher a bâti un véritable empire autour de son talent.

Entouré et richement rémunéré par plusieurs commanditaires d'envergure dans un pays où le ski est roi, il se déplaçait sur le circuit souvent en hélicoptère ou en jet privé, pour éviter les longues heures de route à travers les vallées des Alpes que subissent ses concurrents. De plus, il ne s'entraînait pas avec l'équipe d'Autriche.

Passé maître dans l'art de développer et de choisir, jusqu'à la dernière seconde, son matériel de course, Hirscher s'est notamment rendu aux Jeux de Pyeongchang avec 92 paires de skis, contre une quinzaine pour la plupart de ses concurrents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ski alpin

Sports