•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance de bien entourer Bianca Andreescu

Bianca Andreescu serre dans ses bras le trophée de la Coupe Rogers.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

NEW YORK - Bianca Andreescu disputera samedi le premier match de sa carrière au troisième tour d’un tournoi du grand chelem. Pour l’occasion, elle jouera sur la plus grande scène des Internationaux des États-Unis, le court Arthur-Ashe, contre la Danoise Caroline Wozniacki.

Une première pour elle depuis qu’elle a foulé New York. Jusqu’ici cette semaine, elle a disputé ses deux matchs sur des terrains secondaires.

« J’aime les grands courts, les grandes foules », avait dit l’Ontarienne de 19 ans à Radio-Canada Sports après sa victoire contre Kirsten Flipkens jeudi.

Depuis qu’elle enchaîne les victoires et collectionne les trophées (Indian Wells et Coupe Rogers), Andreescu attire l’attention et les regards.

Et avec ce nouvel engouement vient la multiplication des entrevues avec des médias de partout dans le monde et des demandes de toutes sortes.

« On savait qu'elle ne serait pas sous le radar. On était prêt pour ça. Je dois dire que jusqu’à maintenant, ça se passe bien, affirme son entraîneur Sylvain Bruneau. Elle fait bien les choses. Un tournoi du grand chelem, c’est long. On n’est pas au début, mais on n’est pas encore à la moitié. Il faut continuer. »

« C’est de vraiment la préserver et de vraiment essayer de sélectionner trois-quatre commanditaires principaux et de la laisser vraiment se préoccuper du terrain uniquement. On croit beaucoup en elle et on espère que sa carrière sera très longue, assure son agent Jonathan Dasnière de Veigy, un ancien joueur professionnel.

Andreescu, qui a été éliminée en double vendredi avec sa compatriote Sharon Fichman, pourrait se retrouver parmi les dix meilleures joueuses de la planète à la fin du tournoi. Présentement, le classement virtuel de la WTA la place au 9e rang.

À la simple évocation de ce fait en point de presse jeudi, la jeune Canadienne a rougi.

Vraisemblablement, elle devra s’y habituer, surtout si elle devait gagner un tournoi du grand chelem.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Tennis

Sports