•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maghalie Rochette rate l’or de peu aux premiers mondiaux de vélo de montagne électrique

La Québécoise est dans une montée.

Maghalie Rochette

Photo : Louis Charland

La Québécoise Maghalie Rochette a mené la course presque dans sa totalité. Mais elle a dû se contenter d’une médaille d’argent lors des premiers Championnats du monde de vélo de montagne électrique, mercredi, au mont Sainte-Anne.

La cycliste de Sainte-Adèle avait une avance de neuf secondes sur la Suisse Nathalie Schneitter avant d’entreprendre le quatrième et dernier tour du parcours de 5,6 kilomètres.

Schneitter est revenue avec fougue pour finalement dépasser Rochette dans le dernier kilomètre et la devancer par cinq secondes au fil d’arrivée en un temps de 1 h 11 min 38 s.

Rochette s'en voulait après l'épreuve.

C'est crève-coeur parce que j'ai fait une erreur d'inattention. J'ai perdu ma concentration pendant une seconde. Mais je me trouve chanceuse d'avoir fait partie de l'histoire. J'ai vraiment apprécié l'expérience, a-t-elle expliqué.

La Néerlandaise Anneke Beerten (+3:31) est grimpée sur la troisième marche du podium.

Huit participantes ont pris le départ de cette course historique chez les femmes.

Félix Longpré parmi les 10 meilleurs

Chez les hommes, la victoire est allée au Sud-Africain Alan Hatherly.

Le champion du monde des moins de 23 ans en 2018 a ajouté le tout premier titre mondial de vélo électrique à sa collection après 1:04:53 en selle.

Le Français Jérôme Gilloux a obtenu l'argent. Son compatriote Julien Absalon, quintuple champion du monde et double médaillé d’or olympique de cross-country, a reçu le bronze.

Félix Longpré (3:20) a été le meilleur parmi les Canadiens avec une 9e position.

L'athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges, qui a quitté le monde du vélo pour celui du ski de fond, a avoué avoir eu beaucoup de plaisir sur sa monture électrique, qu'il n'avait enfourchée qu'une seule fois avant, la veille de la course.

On m'a prêté le vélo hier matin et j'ai fait un essai d'une heure et quart sur le parcours, raconte-t-il. On m'avait dit que ma batterie ne durerait pas durant toute la course. Mais à mi-parcours, il me restait 83 %. Alors, j'ai mis en mode turbo pour le restant de la course!

Le Québécois s'est dit impressionné de rouler aux côtés d'anciennes grandes vedettes de la discipline comme Absalon, Christoph Sauser et Miguel Martinez.

J'avais des posters d'eux dans ma chambre quand j'étais jeune. Je ne m'attendais pas d'être capable de les suivre, mais je me suis retrouvé à batailler avec eux sur le parcours. C'était motivant et ça m'a fait rire un peu.

Au relais par équipe en cross-country, le Canada a conclu au 5e rang. Raphaël Auclair, Carter Woods, Laurie Arsenault, Catharine Pendrel et Peter Disera ont fini à 1 min 4 s 4/10 des vainqueurs, les Suisses, couronnés pour une troisième année de suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !