•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Canadienne Christa Deguchi championne du monde de judo à Tokyo

Christa Deguchi avec sa médaille d'or

Photo : Associated Press / Koji Sasahara

Radio-Canada

Christa Deguchi est devenue championne du monde de judo dans la catégorie des moins de 57 kg. Elle a battu la no 1 au monde en finale, la Japonaise Tsukasa Yoshida, à Tokyo mardi.

Cette médaille d'or est la première de l'histoire du Canada dans cette compétition.

La Canadienne, no 2, était visiblement en grande forme, et prête mentalement pour ce grand rendez-vous.

Pour se rendre en finale, la protégée de Nicolas Gill a gagné tous ses combats par ippon. Elle a successivement vaincu la Russe Anastasia Konkiina par shime-waza à 1:16, la Serbe Jovana Rogic par double waza-ari osaekomi-waza à 0:39, puis la Française Sarah Leonie Cysique par koshi-waza à 1:04 pour terminer en tête du groupe C.

Elle a ensuite évincé la gagnante du groupe D, la Bulgare Ivelina Ilieva, pour accéder à la grande finale contre la gagnante du groupe A, qui a sorti en demi-finale la Brésilienne Rafaela Da Silva, championne olympique en titre.

Dans cette finale attendue entre les deux meilleures, Deguchi a été moins incisive que dans ses précédents combats, mais elle a tenu la distance jusqu'en prolongation, pour l'emporter par waza-ari après 6:23 de combat (4:00 + 2:23 en point en or).

Deux judokas sur le tatami essaient de se projeter au sol.

Christa Deguchi (en bleu, à droite) a battu la Japonaise Tsukasa Yoshida (en blanc, à gauche) en grande finale

Photo : Associated Press / Koji Sasahara

« Je ne sais pas quoi dire. Je suis abasourdie. Je ne m'attendais pas à gagner », a-t-elle lancé.

« Ça a tellement été difficile comme combat. Je pense que j’aurais pu faire mieux aujourd’hui (mardi), et ma technique n’a pas été suffisante. C’est ma force mentale qui a fait toute la différence », a-t-elle admis.

Son père, Tom Taylor, a assisté au triomphe de sa fille. Et de très près. Il était l'un des photographes au bord du tatami.

« Il est toujours là quand je me bats au Japon. C'est mon ange gardien », a ajouté la judoka.

Yoshida avait battu Deguchi en demi-finales des mondiaux de 2018. Les deux athlètes se connaissent bien puisqu'elles s'affrontent depuis l'école secondaire.

Christa Deguchi voulait devenir championne du monde en 2019. C'est fait. Elle vise maintenant le titre olympique.

Je peux maintenant me préparer pleinement pour les Jeux, tout en sachant comment la foule sera à mon égard. Gagner l’or aux Championnats du monde démontre que c’est aussi possible pour moi de le faire aux Jeux olympiques.

Christa Deguchi

« C'était une de ses meilleures journées en carrière, a admis le directeur général de Judo Canada, Nicolas Gill, à Radio-Canada Sports de Tokyo. Il lui faudra une performance encore supérieure dans un an pour devenir championne olympique, car c'est mal connaître les Japonais que de croire qu'ils vont concéder aussi l'or olympique. »

Rappelons que Christa Deguchi est Canadienne par son père winnipégois. Elle a choisi en 2017 de représenter le Canada à l'invitation de Nicolas Gill.

Sortie rapide pour Klimkait

L'autre Canadienne inscrite dans la catégorie des moins de 57 kg, l'Ontarienne Jessica Klimkait, a été éliminée à son premier combat par la Russe Daria Mezhetskaia par ippon te-waza à la 44e seconde.

« Elle n'a pas connu le parcours escompté, mais elle était blessée. Elle s'est blessée à l'échauffement », a révélé Nicolas Gill.

Dans l'autre catégorie présentée mardi à Tokyo, les moins de 73 kg (hommes), deux Canadiens étaient inscrits.

Le Québécois Constantin Gabun, né en Moldavie, a gagné ses deux premiers combats, puis il a été battu par l'Azerbaïdjanais Rustam Orujov au quatrième tour par double waza-ari (ippon).

De son côté, le Québécois Arthur Margelidon, né à Paris, a perdu à son deuxième combat contre le Russe Denis Iartcev par ippon ashi-waza à 2:33.

Judo

Sports