•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Vincent-Lapointe : les athlètes priés de se tenir loin de quatre suppléments

Le reportage de Robert Frosi

Photo : Société Radio-Canada

Radio-Canada

L'Institut national du sport du Québec (INS Québec) a envoyé une note par courriel à des athlètes, à des entraîneurs et à du personnel de soutien pour déconseiller l'utilisation de quatre suppléments, dans la foulée du test antidopage auquel a échoué la championne du monde de canoë Laurence Vincent-Lapointe. L'Institut canadien du sport Pacifique (ICS Pacifique) fait la même mise en garde.

Radio-Canada Sports a obtenu copie du courriel de l'INS Québec par son bureau de la nutrition sportive. Les destinataires appartiennent à un large éventail de sports, pas seulement au canoë-kayak.

Il est question d'une mise en garde, après un « résultat anormal pour une athlète canadienne avec ses championnats du monde ».

Le courriel précise que la substance pour laquelle l'athlète a été déclarée positive est le Ligandrol (SARM) LGD-04033. « Bien que nous ne connaissons pas la source de la substance, l'athlète prenait quatre suppléments », peut-on lire.

Le Ligandrol est le produit retrouvé dans les échantillons de Laurence Vincent-Lapointe.

Une autre source a confié à Radio-Canada Sports que Vincent-Lapointe a utilisé trois de ces quatre suppléments.

« Il est fortement conseillé de cesser l'utilisation » de ces suppléments, « jusqu'à ce que nous recevions des informations supplémentaires », écrit l'INS.

L'ICS Pacifique a publié sur son site Internet la même mise en garde jeudi en précisant le nom des quatre suppléments :

  • Precision creatine, Batch #20161218, Lot #1716925
  • Power Bar beta-alanine, Batch #146822, Lot #8109
  • NutraSea Omega-3 HP + vitamin D capsules, Lot #20871
  • M.E.G. military caffeine gum (Arctic Mint Batch # AR-00102, Spearmint Batch # SP- 00101, Cinnamon Batch # CN-00103)

Laurence Vincent-Lapointe ne comprend pas comment du Ligandrol a pu se retrouver dans son organisme au moment de son test antidopage raté à la fin de juillet. Son avocat a précisé que le niveau de concentration décelé était compatible avec ce qui est habituellement considéré comme de la contamination.

Le Ligandrol est un produit qui a été développé pour traiter des cas des maladies dégénératives qui touchent les muscles et les os. Il permet d’accroître la masse musculaire, en plus d’aider à la récupération.

Il est à l’origine de la suspension d’une autre athlète cet été : la nageuse Shayna Jack, privée des mondiaux après avoir échoué à un test antidopage. L’Australienne de 20 ans ne comprend pas comment ce produit a pu se retrouver dans son organisme.

La canoéiste dit s’être approvisionnée en suppléments auprès de son Centre national d’entraînement et n’en avoir jamais commandé en ligne. Son avocat estime cependant qu'il est encore trop tôt pour montrer du doigt le Centre national d'entraînement, ou encore la compagnie qui le fournit et le laboratoire qui effectue les tests de qualité.

Suspendue provisoirement par la Fédération internationale de canoë (ICF), l'athlète de 27 ans est privée des Championnats du monde, disputés en ce moment en Hongrie, où elle avait trois titres à défendre. Elle est un grand espoir de médaille aux Jeux à Tokyo, où le canoë féminin fera son entrée dans le programme olympique.

Gros plan du visage d'une femme l'air éprouvé.

Laurence Vincent-Lapointe l'air abattu en point de presse.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Un processus complexe

Pour la nutritionniste Mélanie Olivier, il y a encore du travail à faire pour parfaire les processus de production des suppléments alimentaires.

« Ce qu’il faut comprendre, c’est que la production de suppléments alimentaires, c’est une chaîne, a-t-elle précisé à Radio-Canada Sports. Donc, comme dans la chaîne alimentaire, c’est des processus très, très complexes. Et il peut y avoir des problèmes dans le système. »

« Le système n’est pas parfait à 100 %, ajoute-t-elle. L’industrie des suppléments alimentaires n’est pas l’industrie la plus réglementée et surveillée de par la multitude de compagnies qui offrent ces suppléments alimentaires. »

Dopage

Sports