•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Développer le soccer québécois, le nouveau défi de Marinette Pichon

Elle sourit sur un terrain d'entraînement intérieur.

Marinette Pichon

Photo : Radio-Canada / Sébastien Lauzon

Félix St-Aubin

Pionnière et icône du soccer féminin en France et détentrice du record de buts en sélection nationale chez les Bleues, Marinette Pichon a laissé sa marque dans son pays natal durant les années 1990 et 2000. Elle désire maintenant faire progresser le ballon rond au Québec.

L'Association régionale de soccer (ARS) du Lac-Saint-Louis a signé un grand coup ce printemps en ajoutant à ses effectifs, à titre d'entraîneuse, l'une des légendes du soccer féminin.

Concrètement, Pichon interviendra dans le programme Sport-études et assurera les mêmes responsabilités avec l'équipe du Lac-Saint-Louis aux Jeux du Québec de 2020 à Laval.

En France, j'avais des partenariats avec des réseaux de télévision et j'ai mon académie, mais j'avais envie de découvrir un autre soccer. Pour avoir vécu trois années aux États-Unis, je me suis dit qu'à un moment donné il fallait créer des occasions, et donc de vivre une aventure là où on donne les moyens de développer le soccer. J'ai provoqué ma chance.

Marinette Pichon

« Quand d'un coup, le rêve frappe à votre porte, il faut savoir le saisir. C'est une occasion extraordinaire, et il faut surtout la maximiser », renchérit le directeur général Georges Tissot.

Pichon a notamment été charmée par l'infrastructure. « Le fait de me sentir bien au sein de l'ARS, les perspectives de collaboration avec la Fédération québécoise de soccer ainsi que ce côté où les gens sont adorables, très amicaux, sympathiques, nous mettent à l'aise, et sans cette notion de la barrière de la langue », a-t-elle dit.

Le DG de l'organisme n'a effectivement pas eu à faire des pieds et des mains pour convaincre l'ancienne prolifique marqueuse, qui a inscrit 81 buts en 112 matchs internationaux avec les Bleues, de migrer vers la Belle Province en compagnie de son épouse Ingrid et de leur garçon Gaël.

« Marinette a répondu à une offre d'emploi que l'ARS du Lac-Saint-Louis a mis sur son site Internet pour un poste de support technique, explique Tissot. Je me suis dit qu'il devait y avoir une erreur, mais non. J'ai pris mon téléphone, et j'ai tout de suite appris deux choses avec Marinette : son grand professionnalisme [...] et sa passion. »

« Je n'ai pas vraiment eu à lui présenter la région parce qu'elle avait déjà fait beaucoup de recherches. Je me suis dit que ce n'était pas une application anodine, il y a une recherche, elle a un but et ç'a de l'air sérieux », poursuit-il.

Elle dribble un ballon.

Marinette Pichon (droite)

Photo : Twitter/Kipsta

Auréolée à de multiples occasions lorsqu'elle jouait à la position d'attaquante, tant individuellement que collectivement, Pichon a pris conscience que la suite logique de sa carrière passerait par le métier d'entraîneuse.

« Je me suis rendu compte que je regardais toujours les terrains avec une certaine envie [...] J'ai toujours cette volonté de disséquer, de conseiller et d'accompagner. J'ai eu envie de me donner un nouveau défi, mentionne-t-elle.

« Ce n'est pas le plus simple parce qu'il y a un vrai travail à réaliser et un vrai crédit à donner à ces jeunes talents. J'ai vécu pas mal de choses en France [...] et j'ai voulu transmettre toute l'expérience que j'ai pu acquérir durant ma carrière. »

L'ARS du Lac-Saint-Louis est bel et bien consciente qu'elle a réalisé l'équivalent d'un coup de circuit en officialisant la venue de Pichon. Elle veut maintenant lui donner tous les outils nécessaires afin qu'elle progresse et continue d'évoluer dans son nouveau chez-soi.

On m'a accueillie les bras ouverts et on m'a fait confiance, sans me dire qu'on attend un résultat tout de suite. On m'a dit : "On va te laisser le temps, te laisser prendre les dimensions des choses et, ensuite, tu vas monter en compétences et tu vas gagner en confiance."

Marinette Pichon

Même si elle n'est en poste que depuis le 1er août, Pichon est déjà en mesure de remarquer les similitudes et les distinctions entre la structure qui entoure le soccer pratiqué au Canada et sur le Vieux Continent.

« Entre les ligues locales, juvéniles et seniors, c'est différent. On sent qu'on a besoin de fédérer ici sur le territoire québécois et d'aller à la rencontre des parents et des jeunes pour rassurer et donner des perspectives à long terme, alors qu'au soccer européen, il y a des infrastructures qui accueillent tout le monde, du plus jeune âge jusqu'à 40, 50 ans. »

« Je pense que l'un des défis, ici, c'est d'arriver à développer et d'avoir une formation uniforme pour que chaque talent québécois puisse ensuite s'orienter vers un horizon différent, mais en étant sécurisé, indique Pichon. Il y a un peu de travail à faire sur le développement, mais c'est pour ça que c'est intéressant. »

Soccer

Sports