•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas le temps de souffler pour les spécialistes du pignon fixe

Ils sont alignés sur l'esplanade du stade olympique de Montréal.

Les cyclistes sur la ligne de départ de la course de vélo à pignon fixe.

Photo : Radio-Canada

Alexandra Piché

Une trentaine de cyclistes se sont élancés à toute vitesse dans un circuit de 800 mètres dessiné autour du stade olympique de Montréal samedi soir. La difficulté : ils étaient sur un vélo à pignon fixe sans paliers de vitesses ni de freins.

La compétition était sous forme de critérium, donc les athlètes faisaient le tour du parcours pendant 45 minutes. C’est le Québécois Nicolas Côté (Ibike) qui a été couronné champion. Il a notamment partagé le podium avec son coéquipier du même nom, Nicolas Côté, médaillé de bronze.

Celui qui a terminé 3e porte aussi le titre de champion québécois de vélo à pignon fixe, ce sport communément appelé « fixie » ou « fixed gear » par ceux qui le pratiquent.

« Le vélo à pignon fixe, c’est un vélo que l’on retrouvait à la base dans les vélodromes pour le cyclisme sur piste. On a comme adapté la discipline pour faire un circuit routier. Les vélos ont seulement une vitesse et pas de frein. C’est la principale difficulté de ce sport-là. La seule façon de ralentir est de forcer dans le sens contraire des pédales », indique le champion provincial.

Le parcours du Jackalope était très technique, car il comportait deux virages en épingle.

« Il faut bien choisir sa vitesse et ne pas arriver trop vite dans les tournants, sinon on passe tout droit. Si on n’arrive pas assez vite, on perd beaucoup de vitesse. C’est vraiment quelque chose pour les jambes un circuit comme ça », a-t-il poursuivi.

Il a constaté dans les dernières années que son sport gagne en popularité. « Cet été, pour la première fois, il y a eu une série de courses à Laval. Il y a eu 10 courses. La Fédération québécoise des sports cyclistes a aussi intégré le fixed gear a plusieurs événements durant l’été. On a eu une course à Sorel, une à Bromont, une à Victoriaville. »

Selon lui, le calibre est assez fort malgré le fait que ce soit une discipline grandissante. La majorité des coureurs sont aussi des cyclistes sur route en vélo standard.

Les deux Nicolas Côté ont d’ailleurs pris part aux Championnats du monde de vélo à pignon fixe, à Dijon, en France.

Ils ne se démarquent pas seulement sur pignon fixe. Les deux amis prennent part à plusieurs critériums vêtus du maillot de l’équipe Ibike. Le Jackalope était pour eux un moment de s’amuser avant les semaines chargées qui les attendent.

Peu après la course, ils prenaient la route vers Saint-Georges pour participer aux Championnats québécois de cyclisme. Ils s’envoleront ensuite pour St. Louis, au Missouri, afin de participer à la Gateway Cup, une série de quatre courses de critérium en quatre jours.

Leur saison se terminera à Montréal, le 13 septembre, au critérium national présenté dans le cadre des Grands Prix cyclistes de Montréal et de Québec.

Cyclisme

Sports