•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commotions cérébrales : la médecine hyperbare, nouvel espoir de Simon Jodoin

Gros plan de son visage

Simon Jodoin

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir rencontré des dizaines de spécialistes et essayé autant de traitements, l'ancien défenseur des Wildcats de Moncton Simon Jodoin se tourne vers une nouvelle avenue pour venir à bout de ses symptômes après des commotions : la médecine hyperbare.

Depuis plusieurs mois, les symptômes découlant de commotions cérébrales subies durant sa carrière empêchent Simon Jodoin de travailler ou de fonctionner normalement au quotidien.

Il les ressent encore après un traitement expérimental qu'il a suivi plus tôt cette année et qui, espérait-il, lui redonnerait sa vie. L'équipe de Podium l'avait accompagné dans sa quête, entre le Québec et le Nouveau-Brunswick.

Le casse-tête de Simon

L'ex-hockeyeur de 28 ans a jusqu'à maintenant passé une quarantaine d'heures dans une chambre hyperbare qu'il doit louer à fort prix.

Les effets sont bénéfiques, estime-t-il. Il souhaite maintenant acquérir sa propre chambre hyperbare pour suivre des traitements à la maison.

Pour financer une partie des 24 000 $ qui seront nécessaires à cet achat, il mettra en vente prochainement des articles de collection qu'il possède, comme des chandails autographiés par des vedettes de la Ligue nationale de hockey (LNH), dont Auston Matthews et Nathan MacKinnon.

Simon Jodoin a subi, de 2008 à 2014, six commotions cérébrales. En 2016, il s'est frappé la tête de façon anodine et l'impact a transformé sa vie en cauchemar. Il a depuis essayé plusieurs traitements. Il a même lancé une campagne de sociofinancement pour tenter une approche expérimentale qui coûte 30 000 $.

Hockey

Sports