•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alouettes : Vernon Adams de retour au travail, B.J. Cunningham à l'infirmerie

Le quart-arrière Vernon Adams fils (no 8) s'apprête à effectuer une passe contre les Eskimos.

Vernon Adams fils (no 8) des Alouettes de Montréal

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Jean St-Onge

Si les Alouettes ont reçu mardi une très bonne nouvelle avec le retour à l'entraînement du quart Vernon Adams fils, ils en ont aussi eu une mauvaise. B.J. Cunningham souffre d'une fracture au poignet et raterait le reste de la saison.

Le receveur numéro un de l'équipe a subi cette blessure dans le match écourté de vendredi soir contre les Roughriders de la Saskatchewan. Il est déjà passé sous le bistouri.

Cunningham, qui avait déjà raté un match en raison d’une blessure au genou, était le meneur avec 27 passes captées et 345 verges de gains.

Il sera remplacé par Devier Posey. Il se dit prêt à revenir au jeu, même si on l’a retiré de la liste des blessés de six matchs après seulement quatre parties d’absence.

« C'est lui qui nous donne la meilleure chance de gagner »

Après les malheurs de l’attaque vendredi soir, les joueurs montréalais (3-4) semblaient très heureux de revoir Vernon Adams de retour au travail après avoir suivi le protocole pour des commotions cérébrales.

L’ancien quart de l’Université de l’Oregon a visiblement l’appui et le respect de ses coéquipiers.

Après l’épisode Johnny Manziel, qui avait hérité du poste de numéro un, tous reconnaissent le travail effectué par Adams pour gagner sa place depuis son retour à Montréal.

Le receveur DeVier Posey est un de ses partisans.

« C’est une belle histoire, dit-il. C’est l’histoire d’un professionnel dans cette ligue qui revient, remonte en selle et devient numéro un. »

Ça aide l’équipe quand il joue. Il a la faculté de faire des jeux et de bien voir le terrain. C’est lui qui nous donne la meilleure chance de gagner et nous l’appuyons.

DeVier Posey, receveur des Alouettes

Gagner, c’est ce qui caractérise le mieux Vernon Adams.

À l’université, il n’a jamais subi plus de trois défaites en une saison, que ce soit à Eastern Washington ou avec les Ducks de l'Oregon. Il a fini son parcours de quatre saisons dans la NCAA avec 35 victoires contre 9 défaites.

À Montréal, il a signé la victoire à six de ses neuf départs.

Il a gagné trois matchs d’affilée cette année et était aussi le dernier à avoir réussi cet « exploit » pour les Moineaux en 2016.

Échangé trois fois depuis son arrivée au football canadien, c’est comme joueur autonome qu’il est revenu avec les Alouettes l’an dernier. De sa place de 4e quart derrière Manziel, Antonio Pipkin et Matthew Shiltz, Adams a progressivement remonté la pente pour se retrouver au poste de numéro un.

Si le jeune homme a semblé au-dessus de ses affaires à ses débuts au football canadien, il semble avoir compris l’importance de bien se préparer.

L’entraîneur des porteurs de ballon, André Bolduc, a noté la progression du petit numéro 8.

« Il en fait plus qu’on en demande, dit-il. Hier, il était dans le bureau, même si c’était une journée de congé. Il est venu parler de plein de trucs. Il a dessiné des jeux sur le tableau. On a des bonnes discussions de foot. C’est un passionné et ça se reflète au niveau de l’offensive quand il est là. »

Vernon Adams ne présente pas encore les statistiques des meilleurs quarts de la Ligue canadienne.

Il n’a qu’un match de plus de 300 verges par la passe en 9 départs. Il a cependant 9 passes de touché contre seulement 5 interceptions.

Et, à la suite des déboires des dernières saisons, il représente un espoir de stabilité au poste de quart.

Bref passage de Stanback à l’entraînement

Le porteur de ballon William Stanback était aussi de retour à l’entraînement. Mais après avoir pris part à quelques répétitions avec la première unité offensive, il est rentré au vestiaire et a cédé toute la place à Jeremiah Johnson et à Ryder Stone.

Stanback est blessé au talon et représente toujours un cas douteux pour le match de samedi contre les Stampeders (5-3) à Calgary.

Le centre-arrière Spencer Moore manquait à l’appel, car il est ennuyé par une élongation musculaire à la cuisse.

L'ancien des Roughriders a profité de l'affrontement contre sa première équipe dans le circuit Ambrosie pour connaître son meilleur match en attaque avec 4 passes captées pour 42 verges.

Christophe Normand et Étienne Moisan ont obtenu plus de répétitions à l'entraînement en l’absence de Moore.

Football

Sports