•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'histoire d'amour d'un champion du monde d'haltérophilie de 85 ans

Marcel Perron est champion du monde d'haltérophilie à 85 ans.

Photo : Radio-Canada

Michael Roy

L'haltérophilie n'a plus de secret pour Marcel Perron. Quatorze fois champion du monde dans sa catégorie, il défendra son titre dans les prochains jours aux Championnats du monde des maîtres, qui auront lieu cette année chez lui, à Montréal.

La préparation est la même : Marcel Perron s'approche du tapis, frotte ses mains avec de la chaux et s'installe en empoignant la barre.

Une brève pause, quelques secondes de visualisation et action. Une fois le soulevé terminé, il enfile ses lunettes et inscrit le poids et le résultat dans un petit calepin.

Il répète cette routine depuis maintenant plus d'un demi-siècle.

Gros plan sur lui qui écrit ses résultats dans un calepin déjà rempli de gribouillis.

Marcel Perron inscrit chacune de ses répétitions dans un calepin depuis plus de 50 ans.

Photo : Radio-Canada

Une quinzaine d'adversaires tenteront de le battre aux épreuves d'épaulé-jeté et de l'arraché.

« Il y a un Japonais qui fait 110 au total [combiné de 110 kg aux deux épreuves, NDLR]. Il a 82 ans. Il faudrait réellement qu'il soit en grande forme pour venir me chercher », explique le sympathique octogénaire à Radio-Canada Sports.

Cinq fois par semaine, il s'entraîne dans un gymnase situé à une heure de marche de chez lui. Sans entraîneur privé, son secret est simple, mais efficace : il s'entraîne à une charge moindre que celle qu'il devra soulever en compétition.

« De faire quelque chose en compétition que je ne fais pas en pratique, moi, ça m'encourage. Ce n'est peut-être pas le point de vue de tous les athlètes, mais c'est le mien et je le respecte », ajoute-t-il.

Et la santé?

À quelques jours de souffler ses 86 bougies, on pourrait croire qu'il songe à abandonner ce sport pourtant si difficile physiquement.

« Pourquoi je me retirerais », dit-il lorsqu'interrogé sur ce point.

Je n'ai pas d'affaires à me retirer. Si je me faisais réellement chauffer par quelqu'un, j'aimerais ça. C'est ça qui me motiverait peut-être à m'entraîner encore plus fort.

Marcel Perron, champion du monde d'haltérophilie à 85 ans

L'an dernier, il a été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) après un entraînement. Malgré cela, il ne craint pas pour sa santé.

« Quand je suis tombé, il y en a qui m'ont demandé : "As-tu vu le tunnel?" Certain que je l'ai vu le tunnel. Quand je suis arrivé l'autre bord, il n'y avait pas d'haltérophilie, alors j'ai dit : "Retournez-moi en bas." Depuis ce temps-là, je lève des poids », assure le sympathique athlète.

« Si jamais il m'arrive quelque chose pour l'haltérophilie, je vais retourner à la course. Si je ne cours pas, je vais faire comme plusieurs, je vais marcher », conclut M. Perron.

Les Championnats du monde des maîtres d'haltérophilie auront lieu du 16 au 24 août à l'Association Centre Pierre-Charbonneau. Plus de 800 athlètes provenant d'une soixantaine de pays prendront part aux compétitions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Haltérophilie

Sports