•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blessé, Ignacio Piatti ratera au moins deux matchs

Il est assis sur le terrain et regarde le ballon devant lui.

Ignacio Piatti

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Félix St-Aubin

Ignacio Piatti est de retour sur le carreau. Le milieu de terrain de l'Impact a subi une blessure à l'adducteur samedi à Chicago et est immédiatement rentré à Montréal après le match, a confié mardi l'entraîneur-chef Rémi Garde. Il sera indisponible pour au moins deux rencontres.

Piatti n'a pas accompagné ses coéquipiers à Calgary, où ils disputeront mercredi le match retour de la demi-finale du Championnat canadien contre le Cavalry FC.

La blessure est suffisamment douloureuse pour l'envoyer passer des examens à Montréal. Pour l'instant, son absence n'est pas complètement déterminée, mais il est certain que pour les deux prochains matchs, il ne sera pas là.

Rémi Garde, entraîneur-chef de l'Impact de Montréal

La vedette argentine avait joué les héros en signant un doublé dans une victoire de 2-1 face au Cavalry FC la semaine dernière au stade Saputo dans le cadre du match aller.

Il ne figurait pas dans le onze partant contre le Fire. Il avait fait son entrée à la 80e minute en remplacement d'Orji Okwonkwo, et il avait terminé le match.

Touché au genou droit et à un mollet au printemps, le vétéran de 34 ans a été contraint de rater la grande majorité de la saison.

Le fer de lance de l'attaque montréalaise n'a été d'office que dans huit matchs de MLS. Il a fait bouger les mailles du filet trois fois et a récolté une passe décisive en 492 minutes.

À la découverte de Spruce Meadows

Rémi Garde joue sur deux tableaux avec le Championnat canadien et la course aux éliminatoires dans la MLS. Il doit jongler avec sa formation d'un match à l'autre.

Rappelons que l'Impact a été exclu du portrait éliminatoire lors des campagnes 2017 et 2018, après avoir respectivement présenté des fiches de 11-17-6 (39 points) et 14-16-4 (46 points). Le Bleu-blanc-noir a jusqu'ici mis 33 points en banque (10-13-3), avec huit autres matchs à disputer.

C'est pour ménager les joueurs qu'il a été décidé de se diriger vers Calgary le week-end dernier après le match à Chicago.

« C'était une décision de logistique afin de minimiser la fatigue des trajets, explique Garde. Chicago se trouvait déjà un peu sur la route de Calgary, et revenir à Montréal pour repartir à Calgary pour jouer en milieu de semaine aurait engendré beaucoup de fatigue et de déplacements en avion. »

« Ça nous permet de nous recentrer un peu sur nous à un moment où l'on a des matchs très, très importants, enchaîne-t-il. On le dit depuis le début, on prend cette confrontation avec Calgary très au sérieux. Je pense que c'était la meilleure des solutions. »

Maximiliano Urruti contrôle le ballon devant Nikolas Ledgerwood.

Maximiliano Urruti (gauche) et Nikolas Ledgerwood (droite)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Une victoire ou un verdict nul à Spruce Meadows, où le terrain est plus petit et moins rapide, enverrait l'Impact en finale du Championnat canadien.

Toutefois, une défaite de 1-0 mettrait un terme aux espoirs de renouer avec la Ligue des champions de la CONCACAF pour une première fois depuis 2014, année au cours de laquelle le onze montréalais avait atteint la finale contre le mythique Club América.

« On s'attend à ce que le Cavalry FC joue avec ses qualités à domicile. Je pense que ce sera un match différent de celui à Montréal. Vu l'état exceptionnel de notre pelouse à Montréal, on a pu développer un football rapide à base de passes qui les a extrêmement gênés. »

Maintenant, chez eux, les conditions de jeu sont très, très différentes. On découvrira tout à l'heure [mardi après-midi] le terrain, qui, sur les images qu'on a vues de matchs qu'on a regardés, n'est pas du tout propice au même jeu. Ce sont les caractéristiques des matchs de Coupe, dans tous les pays quand on va jouer à l'extérieur contre [une équipe évoluant dans] des divisions inférieures ou différentes, ce qui est notre cas. Il faut s'adapter. Il faudra rivaliser en termes de football, mais aussi en termes de caractère individuel pour surmonter ce match-là.

Rémi Garde, entraîneur-chef de l'Impact de Montréal

Soccer

Sports