•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je suis maintenant une admiratrice » : Serena Williams encense Bianca Andreescu

« J’étais triste et elle m’a fait sentir beaucoup mieux. »

Williams sèche ses larmes avec une serviette.

Bianca Andreescu console Serena Williams après son abandon en finale de la Coupe Rogers.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

L’irrésistible Bianca Andreescu a au moins une partisane de marque de plus aujourd’hui : Serena Williams.

L’Américaine n’a pas pu terminer un cinquième jeu dans la finale de la Coupe Rogers à Toronto. Elle a été contrainte à l’abandon en raison de spasmes au dos.

Williams, qui a remporté la Coupe Rogers la première fois en 2001, n’avait que de bons mots pour Andreescu.

« Elle est très mûre et elle a une vieille âme. J’étais triste et elle m’a fait sentir beaucoup mieux. Elle est brillante. Je suis maintenant officiellement une admiratrice. »

Williams a fondu en larmes sur son banc quand elle a constaté qu’elle ne pouvait pas aller plus loin dans le match. Elle a remercié la foule et s’est excusée de ne pas avoir pu offrir un bon spectacle.

« J’ai commencé à pleurer parce qu’elle aussi commençait à pleurer, a raconté Andreescu. Je sais comment elle se sent. Je lui ai dit : "Fille, tu es une f…" Je ne vais pas le dire ici! Je lui ai dit qu’elle avait accompli beaucoup de choses dans sa carrière et que ce n’était pas grave, ce qui est arrivé aujourd’hui.  »

Williams a offert quelques détails de plus sur ce qui lui est arrivé.

« J’ai commencé à ressentir de la douleur lors de mon match de samedi et ça a empiré. J’avais un spasme à la largeur de mon dos, à un point tel que je ne pouvais pas dormir et pas vraiment bouger. J’essayais de voir comment je pouvais jouer un match sans pouvoir faire de rotations. »

« J’aime jouer ici, j’aime la foule. Ça aurait été un match incroyable, peu importe le résultat. Je voulais au moins essayer, sinon je l’aurais regretté. »

« Ce qui est le plus frustrant, c’est que j’ai déjà eu cette blessure avant. Ce sont 24, 36, parfois 48 heures où mon dos est complètement tendu et après ça va mieux. C’est frustrant, parce que je veux jouer, mais je ne pouvais pas jouer aujourd’hui. Donc, je prends un jour à la fois, et je vais voir si ça s’améliore. »

Tennis

Sports