•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une autre année record pour la Coupe Rogers à Montréal

Le stade IGA rempli à pleine capacité pour la finale 2019

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Chabot

Jean-François Chabot

MONTRÉAL – Ni les intempéries ni l’absence de vedettes comme Novak Djokovic et Roger Federer n’ont empêché la Coupe Rogers d’enregistrer un record d’assistance.

La 40e édition du tournoi a vu plus de 223 016 spectateurs franchir les portes du complexe du parc Jarry. Ce nombre impressionnant ne comprend pas les 12 000 entrées perdueavec l’annulation de la deuxième demi-finale qui devait opposer Rafael Nadal (no 1) au Français Gaël Monfils.

Il s'agit non seulement d'un record canadien, mais également d'une marque mondiale pour un tournoi de la Série Masters 1000 se déroulant sur une semaine.

Le directeur du tournoi et vice-président de Tennis Canada, Eugène Lapierre, a fait part de sa satisfaction, dimanche, dans le cadre d’un point de presse où il traçait le bilan de l’édition 2019.

« Je pense que cela a paru toute la semaine, qu’il y avait beaucoup de monde sur le site. N’eût été la séance annulée samedi soir, nous aurions battu l’ancienne marque par plusieurs milliers de spectateurs », a précisé un Lapierre visiblement ravi.

Ce que je retiens particulièrement, c’est que l’histoire de cette année a essentiellement tourné autour des Canadiens, du moins jusqu’à jeudi. On a vu qu’il y avait énormément de potentiel et je crois que nous avons de belles choses en perspective pour les années à venir.

Eugène Lapierre

Après avoir donné son coup de cœur de la semaine au duel qui a opposé Félix Auger-Aliassime à Karen Khachanov pour l’ambiance et l’énergie qui s’en était dégagée, Lapierre a tenu à souligner l’excellente tenue de Rafael Nadal, avant même de connaître le résultat de la finale contre Daniil Medvedev.

Lapierre sortait à peine d'une réunion avec les hauts dirigeants de l'ATP qui ont signifié leur approbation face à la grande qualité de la prestation montréalaise.

Il s'adresse aux médias dans la salle de presse du Centre national de tennis du parc Jarry.

Eugène Lapierre

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Chabot

Déjà 2020 et les JO

La question revient tous les quatre ans et, chaque fois, Tennis Canada doit composer avec la tenue prochaine des Jeux olympiques.

Ce sera le cas pour Montréal et Toronto en 2020, dont les tournois féminin et masculin seront présentés dans la foulée des Jeux de Tokyo.

Lapierre s’est montré rassurant en détaillant le calendrier prévisionnel.

Les Jeux olympiques se dérouleront tout juste avant la Coupe Rogers. Par contre, le tournoi de tennis olympique se déroulera dans la première semaine des Jeux. Ça laissera donc une semaine aux joueurs et aux joueuses pour revenir au Canada et négocier avec les 12 heures de décalage horaire. On verra s’il s’avère intéressant d’organiser leur transport [en nolisant un avion, NDLR].

Eugène Lapierre

Outre le projet d’un toit rétractable, il a plusieurs choses dans son sac qu’il aimerait réaliser pour améliorer l’expérience des spectateurs.

Selon lui, déjà cette année, les amateurs ont eu accès à davantage de zones ombragées et à une offre alimentaire élargie. Il en a été de même pour la nourriture offerte aux joueurs, qui avaient également accès à des gymnases améliorés.

« Toutes les modifications sont liées à des investissements. Mais avant de faire nos choix, on se promène sur le site, on écoute les gens, on observe et on prend des notes », a expliqué Lapierre, qui n’a pas eu le loisir d’assister à un match complet durant toute la semaine. Il comptait bien prendre le temps de suivre la finale!

La plupart de ses améliorations ne seraient pas visibles pour le commun des mortels, comme l’amélioration de l’alimentation en eau et en électricité pour le bon fonctionnement du site.

Il aimerait cependant ajouter des espaces de gradins supplémentaires aux abords des terrains secondaires. Il souhaite aussi porter une attention particulière à l’aménagement paysager et à la réfection des pelouses, ainsi qu’à l’imperméabilisation des suites et des loges dont certains plafonds fuient pendant de grosses averses.

Enfin, il y a sur la table un plan d’agrandissement pour le Centre national d’entraînement de Tennis Canada. Tout est encore à l’étape des pourparlers avec la Ville de Montréal pour en mesurer la faisabilité.

Tennis

Sports