•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Roughriders, un bon test pour Antonio Pipkin

Son casque est relevé sur sa tête.

Antonio Pipkin (no 17)

Photo : Alouettes de Montréal / Dominick Gravel

Jean St-Onge

C’est tout le champ arrière des Alouettes (3-3) qui sera transformé face aux Roughriders de la Saskatchewan (4-3), vendredi soir, à Montréal. Antonio Pipkin et Jeremiah Johnson seront aux postes de quart et de porteur de ballon.

Pipkin remplacera Vernon Adams fils, qui n’a repris l’entraînement que mercredi après avoir suivi le protocole de la Ligue canadienne (LCF) pour les commotions cérébrales.

Le numéro 17 avait hérité du poste de partant au terme du camp, mais avait subi uneblessure dès le premier match à Edmonton.

Les performances d’Adams l’ont ensuite gardé à l’écart du jeu plus longtemps qu’il l’aurait souhaité, mais il obtient une nouvelle chance de se faire valoir.

Peu convaincant en relève vendredi dernier, Pipkin a intérêt à connaître un bon début de match, car l’entraîneur-chef Khari Jones n’hésitera pas à le remplacer par Matthew Shiltz.

La semaine dernière, dans leur défaite en prolongation contre le Rouge et Noir, les Alouettes ont pratiquement abandonné le jeu au sol quand Pipkin s’est amené dans la rencontre. Il a tenté 17 passes, tandis que William Stanback n’a couru que deux fois.

Le plan de match n’était pas nécessairement dessiné de cette façon, et Jones aurait apprécié quelques courses supplémentaires.

L'entraîneur-chef a assumé la responsabilité de la stratégie offensive, mais il a laissé entendre que son quart n’avait pas toujours pris la meilleure décision.

« Nous avons commandé des courses avec des options de passes. Nous avons choisi l’option à quelques occasions. Quelquefois, c’était le bon jeu, mais pas toujours. En rétrospective, je n’aurais peut-être pas dû laisser l’option et j’aurais dû m’assurer qu’on court avec le ballon », a-t-il dit.

Johnson n'est pas Stanback

Si l’absence de Vernon Adams se fera sentir, celle de William Stanback fera encore plus mal.

Lorsque l’attaque aérienne des Alouettes bat de l’aile, Khari Jones peut se tourner vers son solide demi offensif et lui remettre le ballon.

Stanback peut battre une défense avec sa vitesse, mais aussi foncer et renverser ceux qui tentent de le plaquer.

Jeremiah Johnson travaille en finesse et en explosion, mais n’a pas la force brute de Stanback.

L’entraîneur des porteurs de ballon André Bolduc croit que le vétéran permettra tout de même à l'équipe d’établir son jeu au sol.

« J.J. est un peu plus explosif, explique-t-il. Il va attaquer les trous plus rapidement. Il ne va pas briser autant de plaqués, mais il ne fera pas d’erreurs de lecture. »

L’entraîneur adjoint de la ligne offensive, Luc Brodeur-Jourdain, abonde dans le même sens.

Quand Johnson prend une décision, il est très efficace et il sait comment se faufiler dans le trou tout en continuant nord-sud. Il va prendre une décision et aller chercher le maximum de verges avec ça.

Luc Brodeur-Jourdain, entraîneur adjoint de la ligne offensive des Alouettes

Méfiez-vous de Charleston Hughes

L'ailier défensif des Roughriders Charleston Hughes doit se frotter les mains de voir le nouveau champ arrière des Alouettes.

Pipkin est un peu plus lent et certainement moins élusif qu'Adams. Et Johnson est nettement moins costaud que Stanback. Et comme ils en seront à leur premier match ensemble, ils pourraient manquer de cohésion.

Hughes mène la ligue avec 10 sacs depuis le début de la saison et représente une menace constante pour les quarts adverses.

C'est peut-être pour cette raison que les Alouettes ont remanié leur ligne offensive et ramené le bloqueur américain Chris Schleuger au bout de la ligne à droite.

L'ancien des Steelers avait amorcé la saison à cette position et il avait bien joué, mais on l'avait remplacé par un joueur canadien pour avoir plus de flexibilité dans l'utilisation de joueurs américains à d'autres positions.

Un bon test pour la défense

Même si les Alouettes sont au 8e rang pour les verges accordées, la défense tient l'équipe dans le match avec de gros jeux.

Les demis défensifs, qui ont déjà réussi huit interceptions, seront certainement testés par le surprenant quart des Roughriders Cody Fajardo.

Appelé en relève à Zach Collaros, blessé dans la première série de la saison, Fajardo a tellement bien joué que les Roughriders ont cédé Collaros aux Argonauts.

Fajardo a complété 74,6 % de ses passes, ce qui serait le deuxième rendement de l’histoire de la LCF sur une saison.

Il est aussi le meneur de la ligue pour les longs jeux avec 13 passes de plus de 30 verges.

Il s'apprête à décocher une passe.

Cody Fajardo

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

L’ancien de l’Université du Nevada se méfie de la défense améliorée des Alouettes.

« Ce qu’ils font est un peu différent de toutes les autres équipes de la ligue. Ils ont un coordonnateur qui vient du sud et qui a beaucoup travaillé dans la NFL. Ils font des choses qu’on ne voit pas ici.

« Il faudra être patient comme nous l’avons été contre la Colombie-Britannique et repérer les passes courtes. Personnellement, je dois consentir à compléter les passes de 6 verges, plutôt que de forcer de longs jeux. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Football

Sports