•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anne-Catherine Tanguay reprend la forme en vue de l'Omnium canadien

Des maux de dos récurrents l'ont ralentie cette saison.

Elle regarde la balle au loin après avoir frappé un coup de départ.

Anne-Catherine Tanguay

Photo : Getty Images / Yong Teck Lim

Michael Roy

Au-delà de ses résultats et du défi que représente une qualification annuelle au sein de la Ladies Professional Golf Association (LPGA), Anne-Catherine Tanguay souhaite d'abord que son corps lui permette de jouer à la hauteur de son talent.

La Québécoise est ennuyée depuis quelques saisons par des maux de dos récurrents et a même dû déclarer forfait à l'aube de la deuxième ronde du Championnat KPMG en juin dernier.

« Ça nuit énormément à mon golf. J'avais de la difficulté avec mon élan, mon corps ne bougeait pas bien. C'était extrêmement difficile de finir ma ronde. Je suis rentrée à la maison pour me faire soigner. Et maintenant, ça va beaucoup mieux », explique-t-elle à Radio-Canada Sports.

« C'est vraiment une blessure qui revient dans le bas du dos, ajoute-t-elle. C'est difficile à prévenir parce que c'est beaucoup en raison des déplacements et de beaucoup de golf et un peu moins de renforcement physique. »

Avant de se blesser, elle venait d'enregistrer le meilleur résultat de sa carrière, une 11e place à la Classique Shoprite, au New Jersey, qui lui a valu une bourse de plus de 25 000 $. Ce montant représente la moitié de ses gains annuels jusqu'à maintenant.

« La dernière journée, les conditions étaient difficiles. Il y avait beaucoup de vent et les verts étaient fermes. Beaucoup de filles ont eu de la difficulté. J'ai joué très tôt le matin et je voyais mon classement monter tout au long de la journée. C'était vraiment cool », dit la golfeuse de 28 ans.

L'Omnium canadien, un objectif de saison

Maintenant qu'elle se dit rétablie, elle peaufine sa préparation en vue de l'Omnium canadien qui aura lieu dans deux semaines au Magna Golf Club, à Aurora, en Ontario.

Un moment qu'elle encercle sur le calendrier au début de chaque saison.

C'est le seul tournoi de la saison qu'on a au Canada. C'est toujours vraiment un événement qu'on attend, nous, les Canadiennes.

Anne-Catherine Tanguay

L'an dernier, sur les allées du Wascana Country Club, à Regina, en Saskatchewan, elle a terminé à égalité au 46e rang.

« Mon objectif, c'est de performer du mieux que je peux, jouer à la hauteur de mes capacités. Je n'ai pas vraiment d'objectif de résultat tant que ça », précise-t-elle.

Elle ajoute que « les terrains de l'Omnium canadien sont toujours difficiles, le gazon est plus long et les verts sont très rapides. C'est toujours un terrain de la difficulté d'un tournoi majeur ».

Un poing sur la hanche, elle se sert de son bâton comme appui en regardant au loin.

Anne-Catherine Tanguay

Photo : LPGA

Tout près d'un statut complet pour 2020

Anne-Catherine Tanguay est 126e boursière du circuit avec des gains de 50 655 $.

Les 100 premières boursières de la LPGA obtiennent un statut complet afin de participer à tous les tournois la saison suivante, tandis que les golfeuses des positions 101 à 125 ont un statut partiel. Celles des positions 126 à 150 peuvent participer à quelques événements et espérer être repêchées en cours d'année.

Avec quatre tournois encore à disputer au calendrier, elle devra absolument se qualifier pour les rondes finales de l'un d'entre eux pour pouvoir gonfler ses gains.

Jusqu'à maintenant, elle a joué les week-ends dans 6 des 12 tournois auxquels elle a pris part.

« Des fois, ce qui est difficile, c'est de bien jouer et manquer la coupure par un ou deux coups. Ça m'est arrivé souvent cette année. Ça me dit par contre que mon jeu est à un bon niveau », mentionne-t-elle.

Si elle devait être hors des places garanties à la suite des bourses remportées, elle devra repasser par le difficile tournoi de qualification.

« Ça prend une bonne performance et, après ça, il ne devrait pas y avoir de problème [pour obtenir un statut complet]. Je ne mets pas mon énergie là dessus parce que ça ne sert à rien », conclut la golfeuse de Sainte-Foy.

Québec

Golf