•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À deux mois des mondiaux d'athlétisme, où en est le Canada?

De Grasse a été devancé de justesse par Brown en finale du 100 m aux Championnats canadiens.

Andre De Grasse et Aaron Brown

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Justine Roberge

Les Championnats canadiens d'athlétisme se sont conclus dimanche, au terme de quatre jours de compétition relevée, au complexe sportif Claude-Robillard, à Montréal. Les performances des athlètes annoncent de belles choses à deux mois des Championnats du monde et à un an des Jeux olympiques.

Ceux qui étaient sur place ont eu droit à un bon spectacle. Plusieurs épreuves, comme le 100 m masculin et le 800 m féminin, ont été très serrées.

Ces nationaux auront été un bon test pour les athlètes qui prévoient participer aux mondiaux à Doha, au Qatar, du 28 septembre au 6 octobre.

À l’heure actuelle, 20 athlètes canadiens se classent parmi les 20 meilleurs du monde dans leur discipline. Une quarantaine a atteint les standards de l’IAAF pour les mondiaux.

« Si on regarde le classement du nombre d’athlètes qui ont fait partie du top 8 aux mondiaux et aux Olympiques, le Canada était parmi les 10 meilleures nations, affirme l’analyste Laurent Godbout. Je me fie plus à ça qu’aux médailles, parce que le classement des médailles est un peu trompeur. Certains pays peuvent placer plusieurs athlètes sur le podium. Donc, pour avoir une évaluation plus honnête du niveau canadien, je regarde surtout combien on a mis d’athlètes dans les tops 8 au monde. »

Elle est en action aux Championnats canadiens.

Gabriela DeBues-Stafford est classée 4e au 1500 m dans le monde.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En 2015, à Pékin, le Canada avait obtenu les meilleurs résultats de son histoire aux Championnats du monde avec un total de 8 médailles et 12 places dans le top 8.

Selon Laurent Godbout, le Canada peut espérer répéter aux Jeux de Tokyo ses performances de Rio, où il a récolté 6 médailles et placé 9 athlètes et 3 équipes de relais dans le top 8.

Aux mondiaux de 2017, à Londres, le Canada avait atteint le top 8 à 12 reprises, sans toutefois décrocher de médaille. Plusieurs blessés, comme Andre De Grasse et Derek Drouin, n’avaient pu prendre part à la compétition.

« [Pendant les nationaux], quand tu as un McBride qui fait 1:44,63 au 800 m, De Grasse et Brown qui courent le 100 m sous les 10 secondes, même si ce n’était pas leur chrono en finale, c’est encourageant. Le 400 m féminin était bon, le 800 m féminin n’était peut-être pas sous les deux minutes, mais c’était très serré. C’était des championnats intéressants », dit Laurent Godbout.

Elle porte la main à sa bouche.

Madeleine Kelly n'en revient tout simplement pas d'avoir battue Melissa Bishop, ancienne vice-championne du monde sur 800 m.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le portrait de l’athlétisme au Canada a beaucoup changé ces dernières années, mais le sport continue de progresser, fait remarquer l’analyste.

« Je pense qu’il y a des épreuves dans lesquelles on n'était pas présents avant, mais on l’est maintenant. L’inverse est aussi vrai. Il y a des points d’interrogation, comme Shawn Barber (saut à la perche) qui était un des meilleurs au monde, mais qu’on n’a pas du tout vu cette année. Par exemple, au lancer du poids, Britanny Crew se classe bien et elle n’était pas de ce niveau-là il y a trois ans. Même chose pour Gabriela DeBues-Stafford au 1500 m. »

Si on compare les résultats des Championnats canadiens avec les résultats des championnats nationaux d’autres pays, je pense qu’on est très critiques face à nos athlètes et leurs performances. Mais on ne devrait pas du tout avoir de complexes.

Laurent Godbout

Les Championnats canadiens donnent une bonne vue d’ensemble de l’athlétisme au pays, mais c’est loin d’être la seule compétition où les athlètes peuvent s’exprimer. D’ailleurs, peu d’entre eux ont réalisé les standards des Championnats du monde pendant cette compétition.

« Pour les épreuves plus longues que 400 m, ce n’est pas les conditions atmosphériques idéales pour réaliser les standards, explique-t-il. Ce que McBride a fait, c’est exceptionnel. Il aurait pu choisir de faire un temps plus lent, mais Marco Arop a choisi de partir rapidement et ça a forcé McBride à faire un bon temps. Mais en temps normal, surtout avec la chaleur, il n’y a aucune possibilité de réaliser les standards en demi-fond. C’est très rare. »

Il ouvre les bras à l'arrivée aux Championnats canadiens.

Brandon McBride figure au 5e rang mondial du 800 m.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Athlétisme Canada présentera son équipe pour les Championnats du monde le 26 août, soit la date de fin de la période de qualification. Chaque pays peut sélectionner un maximum de trois athlètes par épreuve, parmi ceux qui auront réalisé les standards de l’IAAF.

« Je pense qu’ils vont faire tout ce qu’il faut pour en envoyer le maximum, parce que quand tu es dans l’année préolympique, tu veux avoir le plus d’athlètes possible qui ont l’expérience du grand niveau », conclut Laurent Godbout.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Athlétisme

Sports