•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nageur hongrois Tamas Kenderesi accusé d'agression sexuelle en Corée du Sud

Il sort de l'eau pendant sa course en papillon.

Tamas Kenderesi

Photo : AFP/Getty Images / GLYN KIRK

Agence France Presse

Le nageur hongrois Tamas Kenderesi, engagé aux Championnats du monde, en Corée du Sud, est accusé de harcèlement sexuel et n'est pas autorisé à quitter le pays, a indiqué la police locale dimanche.

Arrêté et interrogé à propos d'un incident survenu dans une boîte de nuit de Gwangju, à quelques 300 km au sud de Séoul, dans la nuit de samedi à dimanche, Kenderesi (22 ans), médaillé de bronze au 200 m papillon aux Jeux de 2016, a ensuite été relâché. Les policiers poursuivent son enquête, a indiqué un responsable de la police locale.

L'encadrement de l'équipe de Hongrie et la Fédération internationale de natation (FINA) ont confirmé que Kenderesi était rentré au village des athlètes, mais qu'il n'était pas autorisé à quitter le pays pendant les 10 prochains jours.

« La Fédération hongroise de natation, en coopération avec le personnel de l'ambassade de Hongrie en Corée, fait son maximum pour clarifier les accusations à l'encontre de Tamas Kenderesi », écrit-elle dans un communiqué.

« L'athlète a droit à la présomption d'innocence pendant l'enquête. Mais s'il s'était reconnu coupable, la Fédération engagerait des poursuites », précise-t-elle, en ajoutant « condamner tout acte qui porte atteinte à la dignité humaine ».

« Pour l'instant, il est libre, mais ne peut pas quitter la Corée  », a déclaré à l'AFP le directeur de la FINA, Cornel Marculescu.

Kenderesi nie les accusations, selon la presse locale. À Gwangju, il s'est classé 8e du 200 m papillon en milieu de semaine.

Natation

Sports