•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui est Egan Bernal, nouveau meneur du Tour de France?

Gros plan de profil du coureur

Egan Bernal

Photo : Getty Images / AFP/Jeff Pachoud

Agence France-Presse

Débuts, pays, caractère : voici trois choses à savoir sur Egan Bernal, nouveau maillot jaune du Tour de France qui pourrait devenir dimanche le premier Colombien à triompher sur les Champs-Élysées.

S'il a échappé dans un premier temps aux recruteurs des grandes équipes, c'est parce qu'il s'est signalé d'abord en vélo de montagne, pas sur la route, avec deux podiums aux Championnats du monde juniors, en 2014 (argent) et en 2015 (bronze).

Dès qu'il a passé des tests, l'adolescent, qui envisageait de devenir journaliste, a balayé les doutes liés à son apparence juvénile, presque fragile. Nul n'en disconvient, le Colombien, vainqueur en 2017 du Tour de l'Avenir, l'épreuve de référence de la catégorie espoir, a tout du surdoué.

L'altitude est dans son ADN. Egan Bernal est né voici 22 ans à Zipaquira, à une trentaine de kilomètres de Bogota. La ville de quelque 100 000 habitants, qui abrite un sanctuaire très connu, une cathédrale sculptée dans des mines de sel, est située à près de 2700 m, sensiblement l'altitude du haut de l'Iseran où le nouveau maillot jaune a réalisé sa prise de pouvoir.

En Europe, le Colombien a vécu en Italie, puis a élu résidence en Andorre (comme Julian Alaphilippe), au coeur du massif pyrénéen. Là encore, dans les montagnes.

« C'est une belle personne, raconte à l'Agence France-Presse son premier mentor en Europe, l'Italien Gianni Savio, qui l'a laissé partir fin 2017, contre quelque 250 000 euros (366 000 $ CA) en guise de rupture de contrat, dans l'équipe Sky devenue Ineos. Il a gardé l'humilité qu'il avait en arrivant dans notre équipe (Androni), il a l'équilibre psychique d'un coureur bien plus âgé. »

« Quand il a gagné le Tour de Suisse en juin, il a démontré toute son intelligence, poursuit Savio. Après sa victoire, il a dit aussitôt : "Je travaillerai au Tour de France pour Geraint Thomas." D'autres auraient revendiqué, pas lui. Ce n'est qu'ensuite que le gérant d'équipe (Brailsford) a dit qu'ils auraient deux leaders. »

Cyclisme sur route

Sports