•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kylie Masse aux JO avec une cible dans le dos après un autre titre mondial

Elle sort le tête de l'eau.

Kylie Masse est double championne du monde au 100 m dos.

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

Radio-Canada

Kylie Masse a défendu avec succès son titre mondial au 100 m dos. Dans un an, aux Jeux olympiques de Tokyo, la Canadienne sera la femme à battre. Comment gérer la pression? Benoît Huot, analyste et multiple médaillé paralympique en natation, a répondu aux questions de Radio-Canada Sports.

Q. - À un an des Jeux olympiques de Tokyo, est-ce une bonne chose d’être championne du monde?

R. C’est une excellente chose. On est mieux d’être première que troisième. Par contre, quand elle s’est présentée aux Jeux de Rio, où elle a gagné la médaille de bronze, elle n’avait rien à perdre. On s’attendait peut-être à la voir parmi les huit premières, pas plus. D’avoir une médaille à un si jeune âge, c’était inattendu.

Effectivement, les attentes, il faut les gérer maintenant. Elle a 12 mois pour se préparer pour les Jeux olympiques de Tokyo. Il faut qu’elle réussisse à garder son état d’esprit malgré les attentes qui peuvent être très élevées.


Q. - Ça va très bien pour elle depuis Rio...

R. Je pense que c’est l’athlète canadienne qui est la plus constante depuis les Jeux de Rio. Elle est devenue championne du monde en 2017 et elle vient de prouver qu’elle pouvait le refaire.

Ce qui manque à Kylie, c’est une chose, la médaille d’or olympique.


Q. - De quoi devra-t-elle se méfier?

R. Tout se passe entre les deux oreilles. Il faut qu’elle se concentre à avoir un équilibre de vie.

Maintenant qu’elle a terminé son baccalauréat, ça va être important pour elle d’avoir autre chose que la natation à l’automne et à l’hiver 2020. Les sélections vont avoir lieu au printemps 2020. Il faut qu’elle arrive à garder un bon état d’esprit, à mettre les choses en perspective et qu’elle n’écoute pas les gérants d’estrade.

Il faut qu’elle garde l’état d’esprit dans lequel elle était avant Rio et qu’elle évite de changer sa routine.

Avec les informations de Martin Labrosse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Natation

Sports