•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondiaux FINA : un Australien salué pour sa défiance envers un rival soupçonné de dopage

Horton demeure au pied du podium alors que Sun Yang, et l'Italien Gabriele Detti, en bronze, posent lors de la cérémonie de remise des médailles.

L'Australien Mack Horton, le Chinois Sun Yang (centre), médaillé d'or au 400 m style libre, et l'Italien Gabriele Detti

Photo : Getty Images / Maddie Meyer

Agence France-Presse

Au lendemain de son refus de partager le podium avec Sun Yang pour manifester sa défiance quant à la présence du nageur chinois aux Championnats du monde, l'Australien Mack Horton a reçu l'appui de la confrérie des nageurs lundi, à Gwangju, en Corée du Sud.

Dimanche, Horton a refusé de monter sur le podium du 400 m style libre pour recevoir sa médaille d'argent, puis s'est tenu à l'écart sur les photos souvenirs. Sa façon d'exprimer ostensiblement sa position vis-à-vis de Sun, à qui on reproche d'avoir détruit à coup de marteau un échantillon de sang dans un contrôle antidopage en septembre dernier, mais pourtant sacré pour la quatrième fois d'affilée sur la distance et désormais décuple champion du monde.

Non sanctionné par la Fédération internationale de natation (FINA) pour vice de forme, le nageur chinois de 27 ans doit être entendu par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en septembre, l'Agence mondiale antidopage (AMA) ayant interjeté appel. Déjà suspendu pour trois mois pour dopage en 2014, il risque la suspension à vie qui s'applique en cas de récidive. En attendant, rien ne l'empêche de participer aux mondiaux.

« C'était vraiment courageux », a dit à propos du geste de Mack Horton la championne américaine Lilly King, qui n'hésite pas à monter en première ligne quand il est question de dopage.

« Quand il est arrivé au restaurant des athlètes [après le podium dimanche], tout le monde s'est mis à applaudir, ça faisait vraiment du bien de voir les athlètes unis derrière lui », raconte la double championne olympique et quadruple championne du monde à la brasse.

« Les athlètes doivent se battre pour eux-mêmes, ce n'est pas la FINA qui va le faire, c'est un bon début », estime King, qui avait qualifié vendredi de « vraiment louche et assez dingue » la présence de Sun dans le bassin coréen.

Horton peut aussi compter sur sa délégation.

« Je suis super fier de Mack. Toute l'équipe australienne le soutient à 100 %. Et je pense que 99 % des nageurs l'appuient, il n'est pas tout seul », affirme son coéquipier Mitch Larkin.

« Ce qu'il a fait était courageux et culotté, j'ai beaucoup de respect pour lui », insiste-t-il.

« C'est pour faire comprendre [à Sun] que c'était un incident bizarre et que tant qu'il n'est pas éclairci, on ne lui fait pas vraiment confiance », résume le champion olympique américain Matt Grevers, qui n'a « pas eu l'impression que ça a vraiment blessé » le nageur chinois.

Futurs adversaires de Sun au 800 m, les Français Damien Joly et David Aubry ont aussi apporté leur soutien à Horton.

« Je suis à fond avec lui, respect. J'espère que ça va faire bouger les choses », souligne le premier.

« Je trouve ça très beau, il représente tous les sportifs non dopés. Des gens disent que c'est antisportif, mais ils n'ont rien compris », défend le second, toutefois fataliste. « C'est injuste qu'il nage, mais il faut faire avec », conclut-il.

Jérémy Stravius, capitaine de l'équipe de France, pense que ça servira de « déclic pour tous les nageurs […] C'est inadmissible de voir un nageur concourir, et gagner encore, alors qu'il a un passé et un présent qui sèment le doute », dit le cochampion du monde 2011 du 100 m dos.

Entre nageurs, « on en parle de plus en plus, mais on reste toujours un peu passifs, ça manque encore d'action, lance-t-il à regret. Là, c'est compliqué, les nageurs sont concentrés sur leurs courses et ce n'est pas forcément le moment de prendre position. Peut-être en fin de semaine. En tout cas, il faut se bouger. »

La Fédération internationale mécontente

De son côté, la FINA n'a pas apprécié l'initiative de Horton, à qui elle a fait parvenir une lettre d'avertissement. « La liberté d'expression doit être exercée dans le bon contexte » et « les athlètes savent qu'ils ne doivent pas utiliser les compétitions de la FINA pour afficher des opinions personnelles », écrit-elle dans un communiqué.

Aux Jeux de Rio, en 2016, Horton avait déjà été on ne peut plus clair lorsqu’il avait privé Sun du titre olympique au 400 m : « Je n'ai pas de respect pour les dopés », avait-il asséné.

« Tout le monde ne m'aime pas, ça m'est égal », a répondu Sun dimanche. Le lendemain, il s'est qualifié pour la finale du 200 m. Et il a pu se satisfaire d'occuper toute la une du quotidien officiel de la compétition.

Natation

Sports