•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Canadienne Margaret MacNeil championne du monde du 100 m papillon

Margaret MacNeil célèbre sa victoire avec Sarah Sjostrom.

Margaret MacNeil

Photo : Reuters / Antonio Bronic

Radio-Canada

La Canadienne Margaret MacNeil a décroché l'or au 100 m papillon aux mondiaux de la FINA à Gwangju, en Corée du Sud, lundi. Elle a raflé les honneurs après avoir effectué une remontée, passant de la 5e place à mi-parcours jusqu'à la plus haute marche du podium à l'arrivée.

MacNeil a devancé la médaillée d'or aux Jeux olympiques de Rio et détentrice de la marque mondiale, la Suédoise Sarah Sjostrom.

La quadruple championne du monde de la discipline (2009, 2013, 2015 et 2017) perd donc son trône après avoir dominé les trois dernières éditions qui se sont déroulées à Barcelone, à Kazan et à Budapest.

Au passage, MacNeil a établi un record des Amériques après avoir arrêté le chrono à 55 s 83/100. Elle a respectivement battu Sjostrom (56,22 s) et l'Australienne Emma McKeon (56,61 s) par 39 et 78 centièmes de seconde.

« Avant le départ, je ne crois pas avoir été aussi nerveuse de toute ma vie. Je voulais juste obtenir un bon résultat et faire de mon mieux pour le Canada. Tout cela est le résultat de beaucoup de travail et de réveils aux petites heures  », a déclaré MacNeil après la cérémonie des médailles.

L'Ontarienne de 19 ans avait enregistré le temps de référence au 100 m papillon aux essais canadiens à Toronto en avril. Sa compatriote Rebecca Smith, éliminée en demi-finales samedi, avait terminé 2e et empêché Penny Oleksiak d'obtenir son billet pour cette course aux mondiaux.

Rappelons qu'Oleksiak, décorée de quatre médailles aux Jeux de Rio, avait remporté l'argent dans la piscine brésilienne en 2016.

Il s'agit d'un second podium en Corée du Sud pour MacNeil. Elle a gagné le bronze dimanche en compagnie d'Oleksiak, de Taylor Ruck et de Kayla Sanchez au relais 4 x 100 m style libre. Le quatuor a également réalisé un record national.

Dans les instants qui ont suivi la conclusion de l'épreuve, MacNeil et Sjostrom ont échangé quelques mots, qu'a relatés la Canadienne.

« Elle m’a dit : "Mon dieu, tu es allée tellement vite." Ça représente beaucoup pour moi de nager avec elle. Le fait qu’elle soit aussi gentille avec moi et qu’elle fasse preuve d’un tel esprit sportif veut dire beaucoup à mes yeux. »

Margaret MacNeil et les succès au féminin de la natation canadienne

Après avoir reçu leurs médailles, MacNeil, Sjostrom et McKeon se sont réunies sur la plus haute marche du podium et ont salué la nageuse japonaise Rikako Ikee, atteinte de leucémie, avec un message d’appui écrit dans la paume de leurs mains.

« N'abandonne pas Rikaki », pouvait-on lire. C’est Sjostrom qui a proposé cette idée.

Ikee a annoncé en février qu'elle était atteinte de ce type de cancer. Elle était la championne du monde junior au 100 m papillon et avait enregistré le meilleur temps dans cette épreuve l'an dernier. Elle vise un retour à la compétition aux Jeux olympiques de Tokyo.

« Nous voulions lui montrer que nous sommes de tout coeur avec elle et que nous sommes là si elle a besoin de quelque chose », a mentionné MacNeil.

« Rikako Ikee, n'abandonne pas », peut-on lire dans un message écrit dans la paume des mains de trois nageuses.

Un message d'appui pour la nageuse japonaise Rikako Ikee

Photo : Getty Images / Maddie Meyer

Pickrem médaillée de bronze

La Canadienne Sydney Pickrem a grimpé sur la troisième marche du podium au 200 m quatre nages. La Hongroise Katinka Hosszu a mis la main sur son quatrième titre de championne du monde d'affilée.

Hosszu a signé un temps de 2:07,53 et a relégué ses deux plus proches poursuivantes à plus d'une seconde. La Chinoise Ye Shiwen (2:08,60) et Pickrem (2:08,70) ont suivi dans l'ordre.

« C’est assez surréaliste. Avant de commencer, je me suis dit que si je pouvais terminer l’épreuve, ce serait déjà mieux qu’il y a deux ans. J’ai beaucoup appris sur moi-même au cours des deux dernières années. La persévérance a été au cœur de mon travail. Je n’ai peut-être pas réalisé le chrono que je visais, mais le fait d’avoir atteint la finale constitue pour moi un accomplissement important. En terminant troisième, ça égale mon meilleur résultat aux Championnats du monde  », a dit Pickrem, médaille au cou.

Au 100 m dos, les représentantes de l'unifolié Kylie Masse et Ruck se sont aisément qualifiées pour la finale qui aura lieu mardi. Elles ont conclu aux 1er et 2e rangs de leur vague respective en demi-finales.

Masse a franchi la distance en 58,50 s, tandis que Ruck a rallié l'arrivée en 58,83 s. L'Australienne Minna Atherton (58,60 s) est la seule autre nageuse à avoir réussi un chrono inférieur à 59 secondes.

Chez les hommes, le Britannique Adam Peaty a remporté le 100 m brasse. Auteur d'un record mondial (56,88 s) dimanche en demi-finales, le champion olympique et double champion du monde en titre a dominé la finale en 57,14. Il a devancé son compatriote James Wilby (58,46) et le Chinois Yan Zibei (58,63).

Radio-Canada Sports diffuse les Championnats du monde de la FINA sur le web. Pour ne rien manquer, consultez notre horaire de webdiffusions.

Avec les informations de Presse canadienne, et Agence France Presse

Natation

Sports