•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yates gagne la première étape dans les Pyrénées, Woods dans la douleur

Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune

Le Britannique Simon Yates franchit la ligne en premier à Bagnères-de-Bigorre.

Photo : Reuters / Christian Hartmann

Radio-Canada

Le Britannique Simon Yates a battu au sprint ses deux compagnons d'échappée pour enlever la 12e étape du Tour de France, sans conséquence pour le maillot jaune de Julian Alaphilippe, jeudi, à Bagnères-de-Bigorre.

À la veille de l'unique contre-la-montre individuel, à Pau, une trêve a été observée entre les favoris qui ont laissé l'échappée aller au bout. Aucun des prétendants à la victoire finale n'a repris de temps à Alaphilippe, meneur du classement général.

« J'attendais des attaques de certains, mais finalement ça n'est pas arrivé. Ce n'est pas plus mal, a déclaré le maillot jaune. C'est toujours mieux d'avoir une minute d'avance, mais Geraint Thomas [2e du général, NDLR] est un spécialiste, donc ce sera très dur. Il va falloir se faire mal et repousser ses limites. »

Yates (Mitchelton), vainqueur de la Vuelta l'été dernier, a devancé lors d'un court sprint de moins de 200 mètres l'Espagnol Pello Bilbao (Astana) et l'Autrichien Gregor Mühlberger (Bora).

Les premiers poursuivants sont arrivés avec un retard approchant 1 min 30 s, alors que le peloton a franchi la ligne à plus de 9 min 30 s du vainqueur.

Lancée tambour battant (50,6 km dans la première heure), l'étape longue de 209,5 kilomètres a donné lieu à une échappée-fleuve d'une quarantaine de coureurs qui se sont présentés au pied de Peyresourde, le premier des deux cols du jour, avec cinq minutes d'avance sur le peloton.

Le groupe s'est réduit à 26 éléments au pied de la Hourquette d'Ancizan, où l'Australien Simon Clarke, parti en avant-garde, a été repris. Simon Yates a attaqué en deux temps sans pouvoir distancer Mühlberger.

Au sommet du col, les deux hommes ont basculé avec quelques secondes d'avance sur Bilbao qui est rentré dans les premiers virages de la longue descente. Le trio s'est disputé la victoire 30 kilomètres plus loin.

Ce n'est pas à nous de filtrer l'échappée comme on est en retrait avec le temps qu'on a perdu lors des autres étapes. Il faut juste s'assurer qu'on ne se laisse pas piéger et c'est pour cette raison qu'on a mis Pello Bilbao dans l'échappée pour essayer de gagner l'étape. Il a répondu présent. Il a fini 2e en s'étant fait déjouer dans son sprint, mais c'est un excellent résultat pour l'équipe.

Hugo Houle (Astana)

Le Britannique de 26 ans a remporté pour la première fois de sa carrière une étape de la Grande Boucle. Mais il s'est déjà imposé à la Vuelta et au Giro, qu'il a longtemps dominé l'an passé avant de s'effondrer dans les trois derniers jours. Quelques mois plus tard, il gagnait la Vuelta.

Le Québécois Hugo Houle (Astana) a conclu l'étape au 53e échelon, dans le peloton principal avec le maillot jaune. Le cycliste de Sainte-Perpétue est 95e au classement général à 1 h 14 min 7 s d'Alaphilippe.

Les réactions de Hugo Houle après la 12e étape du Tour de France

Woods pédale blessé

Michael Woods (EF Education First), d'Ottawa, a abouti au 88e rang avec deux côtes cassées.

L'athlète de 32 ans avait chuté lors de l'étape précédente et les examens d'imagerie médicale ont confirmé sa blessure.

« Je me suis cassé deux côtes. Aucune intervention chirurgicale n'est nécessaire, je peux donc continuer », a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.

Woods est maintenant 51e à 30 min 54 s du meneur.

Plus tôt dans l'épreuve, le champion du monde de contre-la-montre Rohan Dennis s'est retiré. Des rumeurs circulent à l'effet qu'il aurait eu un différend avec les dirigeants de son équipe.

L'Australien a cessé de pédaler avec environ 80 km à franchir avant d'atteindre deux cols de première catégorie.

Son équipe Bahrain-Merida a mentionné qu'elle avait déclenché une enquête afin de faire la lumière sur les motifs de son abandon.

« Nous n'émettrons pas d'autre commentaire avant d'avoir établi ce qui est arrivé à Rohan Dennis », a indiqué l'équipe sur Twitter.

Selon une chaîne de télévision française, il a eu une prise de bec avec les dirigeants de l'équipe qui se trouvaient à bord d'une des voitures de poursuite.

Dennis devait faire partie des favoris du contre-la-montre individuel.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Cyclisme

Sports