•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hugo Houle et ses coéquipiers veulent oublier la première moitié du Tour de France

Hugo Houle et ses coéquipiers d'Astana

Photo : Associated Press / Thibault Camus

Justine Roberge

« On s’est fait piéger, mais ça fait partie du jeu. » La première moitié du Tour de France ne s'est pas déroulée comme prévu pour Hugo Houle et ses coéquipiers d'Astana. Mais le Québécois demeure tout de même optimiste pour la suite des choses.

Lundi, pendant la 10e étape qui aboutissait à Albi après 217,5 kilomètres de course, une erreur de ravitaillement leur a coûté très cher et est venue laisser un goût amer sur la première partie de la compétition.

Le meneur de l'équipe, Jakob Fuglsang, a conclu au 51e rang et a reculé au 16e du classement général. L’écart s’est creusé de 1 min 40 s entre lui et le détenteur du maillot jaune Julian Alaphilippe.

« Tout avait bien commencé et on était bien placés devant, a expliqué Houle. On avait un point de ravitaillement sur le côté de la route et avec la chaleur on avait besoin d’eau. On a perdu un peu le focus en essayant d’avoir notre ravitaillement. On s’est retrouvés à l’arrière du peloton et l’équipe Ineos, avec Quickstep, a mis un grand coup d’accélération, ce qui nous a piégés complètement. On n’a pas réussi à remonter assez rapidement. »

On n’est pas là où on aurait voulu être, parce qu'aujourd’hui on a perdu 1 min 40 s et c’est beaucoup. Ce n’est certainement pas la meilleure situation [...] On a pris un pas en arrière, mais il va falloir se resserrer les coudes et rebondir.

Hugo Houle

Astana figure au 12e rang du classement par équipe.

Le cycliste originaire de Sainte-Perpétue estime tout de même que le bilan aurait pu être catastrophique, en faisant référence à la chute de Fuglsang lors de la première étape.

« Il aurait pu retourner chez lui après la première étape, donc il ne faut pas être trop pessimiste. »

Les cyclistes pendant la 10e étape du Tour de France.

Les cyclistes pendant la 10e étape du Tour de France.

Photo : Cor Vos, Kristof Ramon

D'un point de vue personnel, celui qui participe à son premier Tour de France est somme toute satisfait de ses résultats. Il pointe au 113e rang du classement général.

« La forme est bonne, l’équipe est très satisfaite du travail que j’accomplis, a-t-il avoué. Je travaille fort tous les jours pour Jakob. Ça ne se reflète pas nécessairement dans les résultats, mais mon équipe est contente [...] J’ai vraiment progressé. Je me sens bien, même après 10 jours. »

Houle et ses coéquipiers comptent bien utiliser leur journée de repos de mardi pour se détendre, mais prendront quand même leur vélo pour une sortie de deux heures. Ils en profiteront pour établir un plan pour la seconde moitié de la compétition.

« La deuxième partie du Tour risque d’être difficile. Probablement beaucoup plus que les 10 premiers jours, parce qu’il y a beaucoup plus de montagnes. C’est vraiment la forme physique qui va parler, plus que la technique. Quand ça monte, il faut juste que tu aies la force pour suivre. Ça convient un peu plus à notre équipe, donc on va essayer d’être agressifs et d’aller chercher une victoire d’étape. »

Julian Alaphilippe toujours en jaune

Le Français Julian Alaphilippe a conservé son maillot jaune au terme de la 10e étape lundi.

Wout Van Aert a franchi le premier la ligne d'arrivée en 4 h 49 min 39 s. Le jeune cycliste de 24 ans, triple champion du monde de cyclo-cross, dispute la Grande Boucle pour la première fois.

Il a devancé d'extrême justesse l'Italien Elia Viviani et un peloton de 26 coureurs. Alaphilippe était dans ce groupe et a terminé 11e.

La photo d'arrivée de la 10e étape du Tour de FranceAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La photo d'arrivée de la 10e étape du Tour de France

Photo : Tour de France

La fin de l'épreuve a été mouvementée et a vu plusieurs candidats à la victoire finale perdre du temps.

Van Aert a devancé au sprint un premier peloton, qui a accéléré à une trentaine de kilomètres de l'arrivée et provoqué une cassure qui a fait mal à plusieurs favoris.

Il célèbre sa victoire dans la 10e étape en levant les bras en l'air.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cycliste belge Wout van Aert

Photo : Getty Images / Anne-Christine Poujoulat

Le Français Thibaut Pinot (3e au classement général), le Colombien Rigoberto Uran (8e) et le Danois Jakob Fuglsang (9e) ont conclu la course avec plus d'une minute de retard sur le premier groupe.

L'équipe Ineos, du Britannique Geraint Thomas et du Colombien Egan Bernal, a réussi un coup de maître à la veille de la première journée de repos. Au classement général, elle a placé Thomas à la 2e place, à 72 secondes d'Alaphilippe, et Bernal à la 3e, à 76 secondes.

« On savait que ça allait être nerveux, et ça a été le cas toute la journée, a constaté Alaphilippe. On est restés concentrés, on savait à quel kilomètre il y avait des risques de bordure, donc on a fait le maximum. On avait le double objectif de protéger le maillot et de placer Elia (Viviani) pour le sprint, donc c'est parfait, on n'est pas passé loin de la victoire. Une belle journée. »

Le Canadien Michael Woods a fini 101e et est classé 43e au total.

Les 171 cyclistes ont traversé sous un ciel bleu légèrement nuageux le Cantal, l'Aveyron, le plateau de l'Aubrac et la vallée du Lot pour disputer le final sur 900 m sur le plat. C'est la 13e fois qu'Albi accueille une manche.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cyclisme

Sports