•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Gendt remporte la 8e étape, Alaphilippe reprend le maillot jaune

Le Belge se cache la bouche avec ses deux mains.

Thomas De Gendt

Photo : Reuters / Christian Hartmann

Radio-Canada

Le Belge Thomas De Gendt a remporté la huitième étape du Tour de France, à l'issue de laquelle le Français Julian Alaphilippe a repris le maillot jaune samedi à Saint-Étienne.

Alaphilippe a tenté un coup de force dans la dernière côte très raide, à 13 kilomètres de l'arrivée, suivi par Thibaut Pinot. Les deux Français ont rallié l'arrivée à 6 secondes seulement du vainqueur, échappé depuis le départ.

Pinot, deuxième de l'étape devant Alaphilippe, a pris 20 secondes à l'ensemble de ses rivaux du classement général.

Le vainqueur sortant du Tour, Geraint Thomas, a chuté à 15 kilomètres de l'arrivée avec plusieurs de ses coéquipiers, dont le Canadien Michael Woods. Le Gallois a été contraint à un gros effort pour revenir sur le groupe des favoris dans la dernière côte et n'a pu suivre lors de l'attaque d'Alaphilippe.

« La bonne nouvelle, c'est que j'avais les jambes pour rattraper le peloton, a dit Thomas. Ce qui est frustrant, c'est que ces deux-là ont gagné du temps. »

Thomas a franchi la ligne dans la roue du Colombien Egan Bernal, au sein du groupe des favoris réglé pour la 4e place par l'Australien Michael Matthews.

Au classement général, Alaphilippe se retrouve nanti d'une avance de 23 secondes sur le précédent porteur du maillot jaune, l'Italien Giulio Ciccone.

De Gendt a conclu une échappée monumentale de 200 kilomètres. Parti avec l'Italien Alessandro De Marchi ainsi que le Néerlandais Niki Terpstra et l'Américain Ben King, distancés ensuite, le baroudeur belge a réalisé une performance de très haut niveau dans cette étape très exigeante, en forme de montagnes russes, par les monts du Beaujolais puis du Lyonnais.

Le quatuor avait cinq minutes d'avance puis le peloton, mené par deux équipes (Sunweb et Bora), a commencé à réduire l'écart. L'équipe d'Alaphilippe s'est mise à son tour au travail, à 85 kilomètres de l'arrivée, sans parvenir à combler le handicap.

À l'avant, De Gendt et De Marchi ont distancé leurs compagnons à 70 kilomètres de Saint-Étienne. Le Belge s'est ensuite isolé dans la dernière côte, à 14 kilomètres de la ligne.

En revanche, l'Italien Vincenzo Nibali s'est relevé dans cette côte. Le vainqueur du Tour 2014, deuxième du dernier Giro, a abdiqué sans doute toute ambition pour le classement général.

Alaphilippe a ainsi récupéré le maillot jaune lâché jeudi au sommet de La Planche des Belles Filles pour 6 secondes. Le Français, qui est âgé de 27 ans, avait pris le pouvoir pour la première fois lundi dernier à Épernay, dans les vignobles de Champagne, où il s'était imposé en solitaire.

De Gendt, 32 ans, s'est imposé pour la deuxième fois dans le Tour, trois ans après avoir enlevé l'étape du Ventoux, quand Chris Froome avait fait une partie du final à pied.

Astana un peu à court

Hugo Houle et ses coéquipiers d’Astana ont tenté d’activer la course avec 50 kilomètres à faire, mais n’ont pu faufiler leurs meneurs à l’avant.

« Notre équipe nous a demandé si on se sentait bien et on a tous dit oui, donc on a essayé de durcir la course, de passer à l’offensive. J’ai roulé pendant une vingtaine de kilomètres en avant du peloton pour essayer de faire une différence. Ensuite, mes coéquipiers ont pris le relais pour essayer de rattraper l’échapper », a raconté Houle.  

« Le but était de mettre la table pour une attaque d’Alexey Lutsenko ou Jakob Fuglsang, mais ils n’ont pas été en mesure de suivre Alaphilippe et Thibaut Pinot lorsqu’ils ont mis une grosse attaque », a-t-il poursuivi.

Lutsenko a finalement été le 12e à rallier l’arrivée de l’étape. Fulsang a pris le 21e rang.

« On a fait de gros efforts, mais on n’a pas réussi. Ça fait partie du jeu », a dit Houle.

Le Danois Fuglsang a notamment reproché aux Français Alaphilippe et Pinot d'avoir profité de l'aspiration d'une moto pour créer un écart lors de l’attaque.

« Je n'arrive pas à suivre parce que les deux Français ont suivi la moto au sommet de la côte de la Jaillère, là où Pinot et Alaphilippe ont attaqué », aurait lancé le coureur d'Astana, interrogé par la chaîne danoise TV Sport 2.

« Même si on menait le groupe de derrière, on ne pouvait pas les rattraper. On pouvait voir qu'ils ont giclé derrière la moto. J'aurais dû me placer plus près d'eux. Ils ont pris quelques secondes », a-t-il ajouté.

Houle, de Sainte-Perpétue, a été le 97e à franchir la ligne d'arrivée, 19:43 après le vainqueur. Il occupe le 106e rang du classement général.

Michael Woods, d'Ottawa, a quant à lui pris le 69e rang de l'étape, à 14:22 de De Gendt. Il se retrouve en 35e place du classement général, à 15:32 d'Alaphilippe.

Dimanche, jour de la Fête nationale, la neuvième étape traverse le Massif central, un parcours de moyenne montagne, sur les 170,5 kilomètres reliant Saint-Étienne à Brioude. Avec un tremplin très raide après 36 kilomètres, mais un final sensiblement moins difficile pour rejoindre la ville de l'Auvergnat Romain Bardet.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Cyclisme

Sports