•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chris Ackie est prêt à aider les Alouettes dès samedi

Il surveille le jeu de loin.

Chris Ackie avait été sélectionné au 4e rang du repêchage de 2015 par les Alouettes.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Morin

Radio-Canada

Le secondeur Chris Ackie, que les Alouettes ont ramené dans l’organisation comme joueur autonome lundi, était de retour sur le terrain d’entraînement montréalais mardi.

Ackie, sans contrat depuis la fin de la saison 2018 qui l’a vu passer des Alouettes au Rouge et Noir d’Ottawa, aurait pu trouver preneur sur le marché plus tôt. L’Ontarien a également regardé du côté de la NFL. Il assure cependant que le scénario du jour était celui qu’il espérait depuis le début.

« Il y avait quelques possibilités sur la table dans la NFL, mais j’attendais le contrat. La NFL fonctionne comme ça. J’ai attendu et attendu, et j’étais fatigué d’attendre. J’ai eu une belle offre de Montréal, et j’aurais été idiot de ne pas revenir au sein de l’équipe qui m’a repêché. »

Le directeur général Kavis Reed, fort heureux de ce retour au bercail, a expliqué qu’Ackie permettait à l’équipe de remédier à certains problèmes liés à des blessures (Glenn Love, dont la saison est probablement terminée, et Boseko Lokombo), en plus de donner aux entraîneurs une option de plus dans les unités spéciales.

Joueur national, Ackie offre en plus à l’entraîneur-chef Khari Jones la possibilité d’utiliser cinq receveurs de passes américains. L’embauche a cependant fait des victimes. Les receveurs Félix Faubert-Lussier et T.J. Graham, le secondeur Jason Hall, ainsi que le joueur de ligne défensive Fabion Foote, ont été sacrifiés.

« Nous avons désormais la souplesse nécessaire pour le ratio de joueurs nationaux, a indiqué Reed. Nous devions prendre des décisions. Quand on fait l’embauche d’un joueur comme Chris Ackie, d’autres vont partir pour que nous puissions nous le permettre. »

Ackie s’est par ailleurs dit prêt à contribuer à l’effort de guerre dès ce samedi, à Ottawa, contre son ancienne équipe. Même s’il faudra beaucoup de travail en amont.

« C’est très différent de l’an dernier sur le plan défensif. Mais dès que je suis arrivé, je me suis assis avec Hénoc [Muamba] et nous avons tout regardé de fond en comble pendant des heures. Je me lève tôt, je me couche tard, je reste plus longtemps au stade pour tout apprendre. Ça se passe rondement. Ça devrait aller pour samedi. »

Football

Sports