•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elia Viviani vainqueur de la 4e étape du Tour de France, légère frousse pour Hugo Houle

Il lève les bras vers le ciel en franchissant la ligne d'arrivée. Il est suivi de quelques adversaires qui grimacent.

Elia Viviani

Photo : Reuters / Christian Hartmann

Radio-Canada

Comme anticipé, le gagnant de la quatrième étape du Tour de France a été couronné après un sprint massif. Elia Viviani (Deceuninck) a été plus rapide que ses adversaires mardi.

L'Italien a devancé dans l'ordre le Norvégien Alexander Kristoff (UAE Emirates) et l'Australien Caleb Ewan (Lotto). Le trio de tête a enregistré un chrono identique de 5 h 9 min 20 s.

Si Viviani s'était déjà imposé dans le Giro et la Vuelta, il n'avait pas encore savouré un triomphe d'étape à la Grande Boucle. Il peut maintenant dire mission accomplie.

« Cette victoire sur le Tour me manquait, c'était mon objectif de la saison, dit Viviani. Je voulais gagner la première étape, mais quand on revient sur le Tour, ce n'est pas facile. »

Le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck) a conservé le maillot jaune après avoir rallié 213,5 km entre Reims et Nancy. Il détient une priorité de 20 secondes sur le Belge Wout Van Aert, détenteur du 2e rang au classement général.

Les 111 premiers coureurs qui ont franchi la ligne d'arrivée ont obtenu un temps de 5:09,20. Le Canadien Michael Woods (EF Education First) a fini 64e. L'Ontarien est installé au 10e échelon au cumulatif avec un retard de 51 secondes sur Alaphilippe.

Houle évite de peu la chute

Hugo Houle revient sur la 4e étape du Tour de France

Le Québécois Hugo Houle (Astana) a conclu l'étape en 126e place à 46 secondes du vainqueur. Il se retrouve 84e au classement général à 9:56 du meneur.

Houle s'est écarté après s'être assuré que le leader de son équipe, Jakob Fuglsang (Astana), termine la course à l'avant avec le même chrono que le gagnant.

Le Centricois a évité de près la catastrophe avec 116 kilomètres à faire. Tony Gallopin (AG2R) a chuté tout juste derrière lui et Fuglsang. Heureusement, ils ont pu éviter d'être entraînés et ont rapidement pu réintégrer le peloton.

C'était un moment assez tranquille dans la course, un moment d'inattention. Il y a eu un coup de frein brusque, et ç'a créé une empilade dans le peloton.

Hugo Houle, membre de l'équipe Astana

Dans les étapes où c'est tranquille, c'est souvent ce qui arrive. Les gars, on est un peu fatigués, il y a un manque d'attention et on accroche la roue d'en avant. C'est pourquoi on se force à rouler devant et demeurer concentré pour éviter au maximum les erreurs qui peuvent survenir dans le peloton, explique Houle en entrevue téléphonique à Radio-Canada Sports.

Les cyclistes entreront demain dans le massif des Vosges avec quelques ascensions de catégorie 2 au menu.

Cyclisme

Sports