•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Teddy Riner dit non aux mondiaux, mais rapporte de Montréal une valise pleine d'informations

Il montre sa médaille d'or, remportée dans la catégorie des plus de 100 kg.

Teddy Riner à Montréal

Photo : Getty Images / Martin Ouellet-Diotte

Philippe Crépeau

Au lendemain de son triomphe au Grand Prix de judo de Montréal, qui marquait son retour à la compétition, Teddy Riner a écarté de sa préparation olympique les prochains Championnats du monde, qui seront disputés à Tokyo à la fin du mois d'août.

« Les mondiaux? Non, assurément non », a-t-il dit lundi à sa descente d'avion à Paris.

« Il faut encore travailler, je ne suis pas encore prêt », a ajouté le judoka français, déjà 10 fois champion du monde.

Riner fait donc l'impasse sur les mondiaux pour une deuxième année de suite. Ce n'est plus pour lui un objectif, il préfère continuer à s'entraîner. Il part en Normandie avec les judokas de l'équipe de France.

Je crois encore être capable d'aller chercher un titre olympique à Tokyo. Tant que je n'aurai pas cette troisième médaille d'or, je ne m'arrêterai pas. Il me reste un an à tout donner, un an pour aller chercher cette médaille.

Le judoka français Teddy Riner

Pour son grand retour à la compétition dimanche à Montréal, le champion de 30 ans a porté à 148 sa série de victoires depuis septembre 2010.

Retour gagnant

Teddy Riner avait hâte de renouer avec la compétition.

« C'est vrai que 18 mois, c'est long, a-t-il affirmé après sa victoire. Alors, ça fait du bien, car le travail pour perdre du poids, pour retrouver son niveau est très difficile. »

Il était à plus de 170 kg (374,8 lb) avant son retour à l'entraînement en décembre 2018, loin de son poids de forme et de la souplesse qui l'accompagne. Il est arrivé à Montréal à 150 kg (330,7 lb) et doit encore en perdre une dizaine.

Ils marchent côte à côte.

Teddy Riner et son entraîneur Franck Chambily dans un parc de Montréal

Photo : Instagram / Teddy Riner

« À Montréal, j'ai eu beaucoup d'hésitations, mais je voulais voir si je pouvais aller chercher cette médaille avec ce que j'avais. À la fin de la finale, j'étais très content. J'ai réussi à gérer. Maintenant, je sais ce qui me reste à bosser, à travailler pour être encore meilleur, et pour ne plus avoir de petites hésitations dans la tête. »

« Je n'avais pas d'automatisme, je n'avais pas le judo que je connais, en dynamisme, a-t-il renchéri. Mais ma préparation avec tout mon staff (équipe) a payé, car même sans être à 100 %, j'ai gagné. Je salue quand même l'opposition qui était bien présente. »

Riner projette Krpalek au sol.

Teddy Riner et Lukas Krpalek durant leur combat à Montréal

Photo : Instagram / Teddy Riner

Teddy Riner a été en effet poussé en prolongation [NDLR, golden score] dans ses deux derniers combats. Sa demi-finale contre le Tchèque Lukas Krpalek, champion olympique des moins de 100 kg, passé depuis chez les plus de 100 kg, a été particulièrement difficile à obtenir pour le Français.

« Je ne l'ai pas senti particulièrement fatigué, a tenu à dire son entraîneur Franck Chambily. Vous savez, on peut jouer un peu avec le règlement. Bien sûr, il n'est pas au sommet de sa forme, et il n'a pas repris l'entraînement avec beaucoup d'intensité, mais en sortant de ses combats, il n'était pas fatigué. Peut-être un peu engorgé musculairement, ce qui est normal. »

Autant Lukas Krpalek en demi-finales qu'Hisayoshi Harasawa, son rival olympique en 2016, lui ont donné du fil à retordre.

« Les adversaires ne m'ont pas attendu, c'est à moi de rattraper les wagons, a-t-il dit de façon imagée. Maintenant, il faut retourner au boulot, retravailler les points faibles, et surtout améliorer les points forts. Il faut laisser le temps... il reste encore un an, l'objectif, c'est les Jeux olympiques. Et on donnera tout le jour J. »

« Je repars de Montréal, avec des valises bien lourdes, avec beaucoup d'informations », a déclaré le grand judoka de 2,04 m (6 pi 8 po).

Déjà, à peine quelques heures après sa finale, Riner a pris une première décision : pas de mondiaux encore cette année.

Sa préparation olympique ne passera pas par Tokyo à la fin août. Il compte sur son entraîneur Franck Chambily pour lui rappeler le meilleur chemin pour se qualifier aux Jeux olympiques de 2020.

Savoir faire le tri

Teddy Riner est en fin de carrière, et avec son palmarès et son statut de mégavedette, il a un calendrier chargé de représentations humanitaires, médiatiques et publicitaires.

En mai, le regroupement des chaînes publiques France Télévisions a annoncé que Riner coanimera une émission de sport-divertissement sur France 2, Million dollar mile, adaptation d'un jeu-poursuite américain conçu par le joueur de basketball LeBron James.

Chambily admet qu'il y aura un tri à faire dans l'année à venir. « On va resserrer les plages extrasportives, tout ce qui gravite autour, a précisé son entraîneur. Il y a des choses incontournables. Avec les commanditaires, il faut répondre présent, mais on va faire le tri. »

Il est en entrevue à Montréal.

Franck Chambily, entraîneur de Teddy Riner

Photo : Société Radio-Canada

« Il y a des priorités et, aujourd'hui, c'est s'entraîner, gagner des compétitions, se préparer pour les Jeux olympiques et se concentrer là-dessus », a insisté Chambily.

Teddy Riner a fait forte impression à Montréal ce week-end. Par son gabarit, son aura, sa réputation qui le précède et par ce retour réussi. Le public a répondu présent.

« J'ai découvert un public qui vous porte, jusqu'à la victoire. Dans les pays de l'Est, il n'est pas vraiment avec moi, souligne Riner en riant. Je ne m'attendais pas à cet accueil, car c'est la première fois que je venais sur le sol de Montréal. »

« J'ai passé un agréable moment dans cette ville olympique. Ma famille, mes enfants, ils ont vraiment kiffé (apprécié) », a-t-il conclu dans un grand sourire.

Son nom est inscrit couleur or sur son judogi, privilège offert aux champions olympiques en titre.

Teddy Riner de dos

Photo : Instagram / Teddy Riner

Avec les informations de Agence France-Presse

Judo

Sports