•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première étape difficile pour l'équipe d'Hugo Houle au Tour de France

Le sang coule sur sa joue droite.

Jakob Fuglsang a le visage en sang après sa chute.

Photo : Getty Images / Jeff Pachoud

Radio-Canada

« Aujourd’hui, on ne peut pas dire mission accomplie, parce que celui qui ne devait pas tomber est tombé. » La première étape du 106e Tour de France ne s’est pas déroulée comme prévu pour le Québécois Hugo Houle et ses coéquipiers de l'équipe Astana.

Lors de cette étape qui se tenait à Bruxelles, en Belgique, le meneur de l'équipe, le Danois Jakob Fuglsang, a fait une lourde chute à 18 kilomètres de l'arrivée.

« Je n’ai pas vu la chute, parce qu’il était derrière moi à ce moment-là, explique Houle. Apparemment, c’est un coureur d’une autre équipe qui a été un peu inattentif et qui est tombé. Malheureusement, Jakob n’a pas pu l’éviter et il est tombé lui aussi. Il avait des douleurs au genou droit et l’arcade sourcilière fendue comme un boxeur avec le sang qui coulait partout. Mais il a réussi à finir l’étape, même s’il souffrait beaucoup. »

Ce n’est pas catastrophique, mais ce n’est certainement pas la façon dont on voulait entamer la journée.

Hugo Houle

Entrevue avec Hugo Houle

Le Québécois n'avait pas encore de détails sur l'état de santé de son coéquipier, mais tout indiquait qu'il n'était pas question de fracture.

« Demain, c’est un effort court, mais très intense, donc j’espère qu’il pourra bien récupérer. »

Fuglsang a pu reprendre place au sein du peloton avant les 10 derniers kilomètres et a finalement terminé en 93e place.

« Il est tombé. C’est une malchance, on ne peut pas tout contrôler. Pour la suite, on va se regrouper encore plus autour de lui, a affirmé Houle. On était peut-être un peu trop relax aujourd’hui, donc c’est un message clair qu’on doit monter notre niveau et être plus aux avant-postes pour éviter ces chutes. »

Le cycliste de 28 ans de Sainte-Perpétue, qui participe à son premier Tour de France, a pris le 91e rang.

« C’est certain que c’était un peu spécial. J’ai pris le temps d’apprécier le départ au maximum. La foule était assez incroyable. Il y avait des gens tout le long de la route, de chaque côté, pendant les 194 kilomètres. »

L'autre Canadien en action, Michael Woods, a conclu au 87e échelon.

Le premier maillot jaune va au Néerlandais Mike Teunissen

Tour de France : Teunissen prive Sagan du jaune

C'est le Néerlandais Mike Teunissen (Jumbo) qui a gagné au sprint cette première étape.

La photo d'arrivée a été nécessaire pour départager l'ex-champion du monde Peter Sagan et Teunissen, surtout connu pour le travail qu'il accomplit pour son leader Dylan Groenewegen.

Mais une chute dans le final a écarté du sprint Groenewegen, qui a laissé la vedette à son coéquipier de 26 ans, vainqueur au printemps des 4 Jours de Dunkerque.

L'étape a été lancée par une échappée de quatre coureurs après les festivités de départ et la visite du roi des Belges qui a salué le peloton (Thomas, Van Avermaet, Valverde et Nibali).

Le champion olympique Greg Van Avermaet s'est intégré dans cette échappée pour passer en tête et s'emparer du maillot à pois du meilleur grimpeur. Le Belge s'est ensuite relevé pour laisser à l'avant ses trois compagnons (Berhane, Meurisse, Wurtz).

Le trio a été condamné à 70 kilomètres de l'arrivée par une brutale accélération des coéquipiers de Sagan en tête du peloton sur le seul passage pavé (1900 m). Mais, après une douzaine de minutes, l'Irlandais Dan Martin, principal retardataire, est rentré au sein d'un deuxième groupe.

Dimanche, le contre-la-montre par équipe, le seul à l'horaire, promet d'être rapide sur les 27,6 kilomètres des grandes artères de Bruxelles, entre le palais royal et l'Atomium.

Avec les informations de Agence France-Presse

Cyclisme sur route

Sports