•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les adieux victorieux de Luc Brodeur-Jourdain

Kristian Matte (à gauche) avec Luc Brodeur-Jourdain

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

William Stanback avait un grand match dans les jambes. Le demi à l'attaque des Alouettes a porté le ballon sur plus de 200 verges et a inscrit 3 touchés pour permettre à Luc Brodeur-Jourdain de mettre fin à sa carrière de 11 saisons avec une victoire de 36-29 contre les Tiger-Cats de Hamilton, jeudi, à Montréal.

Le vétéran centre de 36 ans a d'ailleurs joué plus que prévu dans ce dernier tour de piste. Après avoir été utilisé comme partant par l'entraîneur-chef Khari Jones, Brodeur-Jourdain est revenu au jeu au troisième quart en raison de la blessure subie par Sean Jamieson avec les Tiger-Cats (3-1) en avant 18-16.

Brodeur-Jourdain a donc participé à la poussée de 20 points sans réplique des Oiseaux.

« Je ne pense pas que tous les gars prennent leur retraite de cette façon, a noté Jones, qui a remporté sa première victoire dans la LCF. Il va nous manquer. C'est un gars qui joue avec passion chaque jeu. J'étais heureux de vivre cela avec lui. »

Quant à Stanback, il a été époustouflant. Son deuxième touché a permis aux Alouettes (1-2) de se forger une avance de 22-18. Sur la possession suivante des locaux, sa course de 49 verges a donné le ton.

Ils se félicitent.

William Stanback (au centre) entouré de ses coéquipiers B.J. Cunningham et Luc Brodeur-Jourdain.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Deux jeux plus tard, Vernon Adams fils a porté le ballon sur une verge pour creuser l'écart.

Stanback en a ajouté au quatrième quart avec une spectaculaire course de 21 verges pour son troisième majeur. Sur le jeu, il est parti à la droite d'Adams, avant de bifurquer vers la gauche, d'éviter quelques plaqués en plus de sauter par-dessus un défenseur pour enfin plonger dans la zone des buts. Cela a fait bondir les 18 673 bruyants spectateurs réunis au stade Percival-Molson.

« Hamilton est l'équipe à battre dans l'Est présentement et c'est ce que nous souhaitions faire, surtout à domicile, a déclaré le no 31. Maintenant, on veut le faire dans le prochain match. »

La réplique des Tiger-Cats est venue de Jaelon Acklin et de Marcus Tucker sur des passes de 16 et 14 verges de Jeremiah Masoli. Liram Hajrullahu a réussi cinq placements.

Un dernier tour de piste plus long que prévu

Pour son dernier match, Brodeur-Jourdain a joué bien plus qu'il ne le croyait.

Après la première séquence à l'attaque, l'annonceur maison a souligné la carrière du Maskoutain. Le no 58 a quitté le terrain en larmes. Il a longuement enlacé ses coéquipiers et les membres du personnel des Alouettes.

Les commentaires de Luc Brodeur-Jourdain

Brodeur-Jourdain est revenu quelques minutes plus tard, après le premier touché des siens, afin d'effectuer la remise sur la transformation d'un point, qui venaient de faire 10-0 grâce à Stanback.

On ne croyait alors plus le revoir, mais une blessure àJamieson a modifié les plans de Jones. Brodeur-Jourdain a repris le collier pour le reste du match et s'est très bien tiré d'affaire.

« J'ai vu les yeux de mon coach se revirer vers moi. J'ai dit : “OK!” J'ai mis mon casque et je suis retourné. »

Une fois que le dernier sifflet a retenti, c'est une carrière de 169 matchs qui a ainsi pris fin. Brodeur-Jourdain, Martin Bédard et John Bowman sont les seuls joueurs restants de l'époque glorieuse des Alouettes, avec la conquête de la Coupe Grey en 2009 et 2010.

« C'était vraiment particulier. J'avais l'impression de recevoir une grosse dose d'amour chaque fois que je passais près d'une ligne, a souligné Brodeur-Jourdain dans le vestiaire, pendant que Tony Washington scandait : "Un an de plus! Un an de plus." C'est un sentiment que je ne peux pas décrire. Je ne crois pas qu'il y ait un mot qui existe pour décrire ça. »

Brodeur-Jourdain a toujours dit qu'il allait être un membre des Alouettes à vie, il n'allait pas changer d'avis après la rencontre.

« Si l'équipe a besoin de moi, je serai toujours là. »

Reste à voir la gravité de la blessure subie par Jamieson.

Avec les informations de La Presse canadienne

Football

Sports