•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondial féminin : les États-Unis accèdent à la finale sans Megan Rapinoe

Elle marque de la tête.

Alex Morgan (no 13) célèbre ses 30 ans avec un but contre Carly Telford (no 13).

Photo : Getty Images / Richard Heathcote

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Américaines ont décroché mardi leur billet pour la finale de la Coupe du monde de soccer. Les favorites ont vaincu les Anglaises 2-1, à Lyon, en France.

L'entraîneuse-chef Jill Ellis a semé la consternation avant le coup d'envoi de la première demi-finale en retirant sa capitaine Megan Rapinoe de la formation. L'attaquante qui a inscrit cinq buts depuis le début du Mondial est « légèrement blessée à une cuisse », dit Ellis.

« C'est une petite blessure, c'est arrivé contre la France. J'espère être de retour en finale, a-t-elle expliqué avant de saluer la performance de son équipe en plaisantant. Peut-être qu'elles n'ont pas besoin de moi pour la finale. Je vais peut-être rentrer directement aux États-Unis. »

« Nous ne voulions pas trop parler de cette blessure, nous avons dit le strict nécessaire, poursuit Ellis. Chaque entraîneur souhaite cacher son jeu. »

Les États-Unis ont remporté chacun de leurs trois duels éliminatoires par un pointage identique. Les tenantes du titre avaient auparavant vaincu le Brésil et la France par la marque de 2-1, respectivement en huitièmes et en quarts de finale.

La sélection américaine a fait bouger les cordages à la 10e minute de jeu grâce à une tête de Christen Press. Ellen White a remis les pendules à l'heure à la 19e après avoir redirigé le ballon du pied droit dans le filet.

Alex Morgan a redonné les commandes aux siennes à la 31e, d'une tête, comme sa coéquipière. Elle a ensuite fait mine de boire une tasse de thé avec l'auriculaire en l'air.

L'attaquante qui trône au sommet des buteuses de la Coupe du monde en compagnie de White avec six réussites célèbre mardi son 30e anniversaire de naissance.

Elle fait mine de boire une tasse de thé avec l'auriculaire en l'air.

Alex Morgan (gauche) a enregistré six buts et trois passes au Mondial féminin en France.

Photo : La Presse canadienne / Francois MorI

La gardienne Alyssa Naeher se lève

Le recours à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) est venu épicer la fin de la confrontation.

L'arbitre a d'abord refusé un but anglais de White à la 67e minute, l'empêchant de réaliser un doublé, en raison d'un hors-jeu.

Puis, elle a accordé un tir de pénalité à la 80e après une faute de Becky Sauerbrunn contre cette même White, tombée dans la surface de réparation.

La gardienne américaine Alyssa Naeher a stoppé la tentative de la capitaine anglaise Steph Houghton, après un instant de silence dans le stade.

Le but annulé et le tir de pénalité raté nous ont déstabilisés. Nous aurons besoin de 24 à 48 heures pour nous remettre de cette déception. Je n'ai pas de mots pour tout effacer.

Une citation de :Phil Neville, sélectionneur de l'Angleterre

Les États-Unis ont rendez-vous le 7 juillet avec les Pays-Bas ou la Suède. La seconde demi-finale sera disputée mercredi et le match pour la médaille de bronze sera joué samedi.

La formation américaine est maintenant assurée d'obtenir une médaille dans une huitième Coupe du monde, soit depuis les débuts lors de l'édition de 1991.

L'équipe classée au 1er rang mondial a remporté les honneurs en 1991, 1999 et 2015, s'est inclinée en finale en 2011 et a mis la main sur le bronze en 1995, 2003 et 2007.

« La performance était bonne, mais pas le résultat, affirme la milieu de terrain anglaise Jade Moore. C'est dur. Je pense que les États-Unis vont probablement gagner cette Coupe du monde. Ils l'ont fait tant de fois. Ce sont des championnes, elles savent comment gagner. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !