•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marnie McBean sera la cheffe de mission du Canada aux JO de Tokyo

La nouvelle chef de mission du Canada aux Jeux olympiques de Tokyo, Marnie McBeank pose avec deux avirons.

Marnie McBean est nommée chef de mission du Canada aux Jeux olympiques de Tokyo

Photo : Andrew Lahodynskyj / COC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Comité olympique canadien (COC) a désigné lundi l’ancienne rameuse Marnie McBean au poste de chef de mission de la délégation canadienne pour les Jeux olympiques de 2020, à Tokyo.

Je suis très fière et reconnaissante d’être la nouvelle cheffe de mission de notre équipe olympique et je suis impatiente de voir nos athlètes en compétition aux prochains Jeux.

Une citation de :Marnie McBean

Les Jeux de Tokyo seront mes 10es Jeux olympiques. Porter la feuille d’érable à côté du logo olympique, c’est toujours magique. J’ai été choisie comme cheffe de mission, et ce sera un privilège de mener une équipe aussi dévouée. Chacun de nos athlètes a travaillé fort et de façon acharnée pour représenter notre pays à Tokyo, a-t-elle ajouté lors de son discours dans le cadre de la fête du Canada à Ottawa.

Marnie McBean est l’une des athlètes les plus décorées de l’histoire olympique canadienne. En deux participations aux JO, elle a décroché quatre médailles, dont trois d’or. Cela fait d'elle l’une des deux seules Canadiennes à avoir décroché trois médailles d’or à des Jeux olympiques d’été, l’autre étant sa partenaire et complice, Kathleen Heddle.

Ensemble, McBean et Heddle ont remporté l’épreuve du deux de pointe aux Jeux de Barcelone en 1992, ainsi que le deux de couple à Atlanta en 1996. McBean est également montée sur la plus haute marche du podium avec le huit de pointe canadien à Barcelone. Enfin, la rameuse faisait partie du quatre de couple canadien qui a enlevé la médaille de bronze à Atlanta.

Quand j’y repense, c’est incroyable d’avoir pu vivre autant de moments olympiques aussi formidables. C’est comme si je me demandais comment quelqu’un comme moi avait réalisé cela, a dit la Torontoise.

L'Ontarienne, aujourd'hui âgée de 51 ans, a également a connu beaucoup de succès aux Championnats du monde ainsi qu’en Coupe du monde. En 1994, elle a notamment remporté le titre de la saison sur le circuit en skiff.

Elle montre sa médaille d'or.

Marnie McBean aux Jeux panaméricains à Minnedosa Lake, au Manitoba, le 28 juillet 1999

Photo : La Presse canadienne / FRANK GUNN

En 2000, des maux de dos récurrents ont contraint Marnie McBean à prendre sa retraite. Admirée par plusieurs pour son parcours exceptionnel, elle travaille depuis avec de nombreuses équipes olympiques canadiennes dans la préparation émotionnelle et psychologique d’athlètes.

Les Canadiens avaient l’habitude d’être mal à l'aise d’afficher leur confiance sur la scène internationale, et cela se traduisait dans nos performances. C’était comme si nous écrivions nos objectifs avec une craie sur un tableau au lieu de les graver dans la pierre, affirme-t-elle. Sans être arrogants, les Canadiens ont maintenant le courage d'afficher leurs ambitions.

L'athlète a été intronisée au Temple de la renommée olympique du Canada en 1994 et au Panthéon des sports canadiens en 1997. En 2002, la Fédération internationale d'aviron (FISA) a reconnu sa carrière d’exception en lui décernant la médaille Thomas-Keller.

Marnie McBean a par ailleurs reçu la Médaille du service méritoire du gouverneur général, ainsi que la Médaille du jubilé de diamant de la reine. Elle a été nommée officière de l’Ordre du Canada en 2013.

Elle succède au cycliste Curt Harnett et à la patineuse de vitesse Isabelle Charest, qui avaient occupé le rôle de chef de mission d'Équipe Canada respectivement à Rio en 2016 et à Pyeongchang en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !