•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Triathlon de Montréal se jouera au sprint

Le Québécois négocie un virage en vélo dans les rues de Montréal avec d'autres athlètes.

Alexis Lepage

Photo : Jerome Bergeron

Philippe Crépeau

Le quatrième Triathlon mondial de Montréal aura lieu ce week-end dans le Vieux-Port. Cette année, contrairement aux trois premières éditions, les athlètes s'affronteront sur la distance sprint, plutôt que sur la distance olympique.

C'est la sixième étape de la saison du circuit de la Série mondiale de triathlon de l'ITU. Les athlètes devront faire 750 m à la nage, 20 km en vélo et 5 km en course à pied.

« C'est la moitié de la distance d'un triathlon olympique, comme celui qu'on fera à Tokyo, explique Alexis Lepage, de Québec. C'est environ 50 minutes d'efforts. »

Tout au long de la course, c'est des gens qui se battent les uns contre les autres. C'est très concurrentiel et très agréable à regarder.

Alexis Lepage

Lepage tentera de rééditer samedi la performance qu'il a faite à Chengdu, en Chine, en mai. Il était alors monté pour la première fois de sa carrière sur un podium de Coupe du monde.

Il répond aux questions des journalistes.

Alexis Lepage

Photo : Société Radio-Canada

« Sur 20 km, il y a moins d'occasions pour les cyclistes de se détacher des pelotons. Le 5 km devrait se courir en moins de 15 minutes, après avoir nagé et pédalé. C'est extrêmement rapide », explique pour sa part le président de l'événement, Patrice Brunet.

« C'est donc un nouveau parcours cette année qui inclut la côte Beaver Hall, une montée à 10 % pour les cyclistes », précise M. Brunet.

Souffrance et spectacle garantis.

« Ça nous convient, ajoute M. Brunet, car ça permet d'avoir les épreuves des hommes et des femmes la même journée. Et ça permet aux spectateurs d'avoir deux spectacles l'un après l'autre, samedi après-midi. »

L'organisation tenait à offrir la même bourse totale (200 000 $ US) que pour un format olympique.

Et la bourse est encore une fois remise à parts égales entre femmes et hommes. C'est comme cela depuis la création du circuit en 1989.

La première du paratriathlon de Montréal

Les athlètes se disputeront la victoire dans le Vieux-Port de Montréal, mais également sur l'île Notre-Dame.

« Pour la première fois, Montréal est intégrée au circuit de la Série mondiale de paratriathlon. On présente l'épreuve pour la toute première fois. Et c'est une des quatre étapes présentées dans le monde cette année », ajoute M. Brunet.

Montréal est la troisième étape du circuit de la Série mondiale.

« Pour des raisons d'accessibilité pour les athlètes, c'était plus simple d'organiser ça au circuit Gilles-Villeneuve et au bassin olympique », précise le président de l'événement.

Cela permet à la Canadienne Kamylle Frenette, du Nouveau-Brunswick, de commencer sa qualification paralympique dans son pays. C'est en effet à Montréal que les athlètes recevront leurs premiers points pour Tokyo 2020.

Frenette est inscrite dans la catégorie PTS5, pour les athlètes présentant des déficiences légères. Son pied droit est plus court que l'autre.

« La qualification olympique commence ici, à Montréal. C'est la première épreuve. La qualification va de juin 2019 à juin 2020. C'est sûr qu'on y pense aux Jeux olympiques. C'est une conversation qu'on a pas mal tous les jours.

« C'est toujours dans nos têtes, et c'est toujours une motivation de penser que dans un peu plus d'un an, on sera à Tokyo », affirme l'athlète des Maritimes, qui étudie en même temps en pharmacie à l'Université Dalhousie à Halifax.

Elle est tout sourire pendant l'entrevue.

Kamylle Frenette

Photo : Société Radio-Canada

Sur l'île Notre-Dame, les athlètes auront sans doute moins de visibilité que dans le Vieux-Port, mais le parcours au cœur du parc Jean-Drapeau leur convient.

« C'est un parcours très excitant, affirme Frenette. Surtout le parcours de vélo sur la piste de F1, c'est très vite. C'est vraiment le fun. On a fait une pratique de natation dans le bassin, et c'est super bien. Enfin, pour la course, c'est plat et rapide. J'ai vraiment hâte. »

L'épreuve de paratriathlon commence vendredi à 7 h 30 (HAE).

« Le paratriathlon, ça vient rejoindre toutes nos valeurs d'équité et d'accessibilité du sport, rappelle Patrice Brunet. C'était important dans l'évolution du sport d'intégrer ce volet, d'autant plus que nous avons de très bons athlètes au sein de l'équipe canadienne. »

« Tant qu'à organiser un triathlon, on voulait l'organiser pour tout le monde », a-t-il conclu.

Triathlon

Sports