•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Rays à Tampa et Montréal : Bronfman travaillera de concert avec Sternberg

Stephen Bronfman commente le projet des Rays de Tampa Bay de partager leur calendrier à domicile entre la Floride et Montréal.

Photo : Ivanoh Demers

Radio-Canada

Stephen Bronfman a annoncé mercredi qu’il avait l’intention de travailler avec Stuart Sternberg, propriétaire majoritaire des Rays, pour étudier l’idée d’un partage de l'équipe entre Tampa Bay et Montréal. Selon lui, la métropole québécoise n’a jamais été aussi près de revoir du baseball majeur.

L’homme d’affaires s’est montré très enthousiaste quant à la décision de la MLB de permettre l’étude d’un partage des Rays entre les deux villes. 

« La semaine passée, quand on a eu l’approbation d’explorer cette idée, d’avoir des villes sœurs et d’avoir la chance d’avoir de la ligue majeure de baseball de retour à Montréal, j’étais ravi. On a une chance d’avoir le baseball, pas maintenant, mais bientôt », a-t-il affirmé.

Aujourd’hui, je suis ici et je suis vraiment ravi d’où l'on est allé durant ces sept ans. On a finalement une vraie chance d’avoir du baseball majeur à Montréal.

Stephen Bronfman

Le Groupe de Montréal étudiera avec Stuart Sternberg, propriétaire majoritaire des Rays, la possibilité que l’équipe soit autant à Montréal qu’à Tampa Bay dès que possible. Rien de concret n’a été discuté, mais les détails de la viabilité de cette idée novatrice seront explorés.

Bronfman a apporté une précision sur ses ambitions de ramener le baseball professionnel dans la Métropole, sous quelque forme que ce soit. Son groupe et lui ne demanderont pas d'argent municipal. « Nous ne cherchons pas un investissement de la ville, a-t-il souligné. Mais on a toujours besoin, dans ce genre de projet, d’aide quand il est question de zonage, d’infrastructures. Pas dans la construction, on ne va pas demander quelque chose du genre. »

Nous faisons quelque chose d’important pour la ville, qui va avoir d’importantes retombées économiques. Alors, nous avons besoin d’un partenariat où la ville investit dans l’infrastructure pour aider la circulation, l’accessibilité, les choses de cette nature. Mais pas de l’argent des taxes. Jamais, jamais.

Stephen Bronfman

Selon Bronfman, les Rays ont une équipe sérieuse qui est déjà bien rodée. « Je pense que c’est très, très fort d’embarquer avec un partenaire qui gère une équipe super bonne. Ce n'est pas comme les premiers jours des Expos. J’espère vraiment faire une entente avec eux, embarquer avec de vrais professionnels », a-t-il dit.

Il ne voit pas le fait de proposer un projet d’équipe partagée comme un recul par rapport à son plan initial d’avoir une équipe à temps complet dans la métropole québécoise.

« On n’entend rien de la ligue à propos d’une expansion. Maintenant, il y a une occasion de faire une exploration avec une équipe qui existe, d’avoir le baseball à Montréal. Ça fait sept ans qu’on essaie. On a quelque chose qu’on va vraiment explorer et je suis très convaincu que c’est très intéressant », a-t-il déclaré.

L’idée étant nouvelle, les hommes d’affaires font face à beaucoup de questions sans réponses pour le moment. C’est pourquoi il y aura une étude avant la réalisation d’une proposition officielle à la ligue.

« On est loin d’avoir toutes les réponses. Mais on a une équipe qui va se pencher sur toutes les questions qui entourent ce concept-là, et à Tampa Bay, et à Montréal, a expliqué le président de Claridge et ancien président du Canadien de Montréal, Pierre Boivin, qui est lui aussi intéressé par le projet.

« On est vraiment à la remorque du travail que doivent faire nos partenaires éventuels, Stuart et son équipe, à Tampa Bay. On doit attendre qu’eux puissent aller de l’avant pour explorer ce concept-là. On a déjà eu l’approbation de la ligue de baseball pour l’étudier. Il faut maintenant attendre qu’on ait le feu vert de nos partenaires, mais on va se mettre au travail. »

« Quand on va vous revenir avec une décision, dans un sens ou dans l’autre, on peut vous assurer que nous aurons répondu à toutes les questions que vous pouvez vous poser », a-t-il ajouté.

On voit le stade en format panoramique.

Le Tropicana Field, actuel domicile des Rays de Tampa Bay, à St.Petersburg.

Photo : The Associated Press / Reinhold Matay

Tampa Bay doit d'abord avoir l'approbation de la Ville pour explorer l'idée d'une équipe partagée. Ensuite, il y aura le développement d'un modèle d'affaires.

Le Groupe de Montréal ne serait qu'actionnaire minoritaire dans l'équipe partagée avec la baie de Tampa, mais Bronfman n'est pas inquiet quant à la place qu'il occupera. Selon lui, ce n'est pas un aspect qui pourrait faire reculer les hommes d'affaires réunis pour le retour du baseball à Montréal.

« On est très contents avec Stuart. Ça fait quelques années qu’on parle. Il est très intègre, un bon homme d’affaires. Je pense qu’il s’entendra très bien avec notre gang ici à Montréal. Mêmes minoritaires, ça va être géré par une équipe, mais on va avoir beaucoup de présences avec ce groupe-là », a-t-il avancé.

Stephen Bronfman n'est pas inquiet que, si le projet se concrétise, les Montréalais embarquent avec lui.

« Montréal, c’est une ville innovatrice. On est créatifs et ouverts. Si ça peut arriver quelque part, c’est Montréal. La possibilité d’une économie partagée est là. Les touristes qui vont dans le sud, le sud qui vient dans le nord. C’est vraiment un concept nouveau, mais vraiment intéressant », a-t-il souligné.

Stuart Sternberg avait annoncé mardi qu'un tel plan a été évoqué au baseball majeur.

Aucun représentant de la ligue, ni de la région de Tampa, ni de l'État de la Floride n'était présent lors de sa conférence de presse.

Les Rays sont liés à la région de la baie de Tampa jusqu'en 2027. Sternberg voudrait commencer le partage des 81 matchs à domicile à compter de la saison 2024.

Baseball

Sports