•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Rays à Tampa et à Montréal : Sternberg veut une garde partagée permanente

Stuart Sternberg estime qu'un partage des Rays entre Tampa et Montréal pourrait être profitable aux deux marchés.

Photo : Associated Press / Scott Keeler

Radio-Canada

L'idée de partager la saison des Rays entre Tampa Bay et Montréal n'est pas une solution temporaire. C'est un plan à long terme, a affirmé mardi le propriétaire de l'équipe Stuart Sternberg.

« Ce n’est pas une porte ouverte vers un déménagement à Montréal. Ce n’est pas un coup de poker pour améliorer notre position de négociation, a dit Sternberg en conférence de presse. C’est Tampa Bay qui garde son équipe, et Montréal qui en a une. C’est une façon d’assurer que le baseball majeur aura sa place dans ces deux communautés. »

Selon Sternberg, un calendrier comprimé dans chaque ville profiterait à tout le monde.

« Nous pensons que cette occasion sera exceptionnelle pour les deux communautés. Quatre-vingt-un matchs dans un endroit comme Tampa Bay, c'est insoutenable. On a fait beaucoup d'efforts depuis deux décennies et ça n'a pas fonctionné. Aucune autre ligue professionnelle n’approche un tel engagement. Pourquoi pas un peu d’ouverture d’esprit vers un partage de ces matchs? »

Sternberg a par ailleurs réaffirmé que, dans ce plan, les Rays auraient deux nouveaux stades, un en Floride et l'autre à Montréal. Les deux installations seraient à ciel ouvert. « À l'époque, les Expos jouaient dans un stade fermé, dans des conditions peu invitantes. Je m'attends à ce que l'équipe soit plus populaire que jamais et que les foules soient meilleures [pour des matchs à ciel ouvert l'été seulement]. »

Dans un monde parfait, la garde partagée commencerait en 2024. En raison de leur bail au Tropicana Field, les Rays resteront à Tampa jusqu’à 2027 au minimum. Le propriétaire de l’équipe ne peut pas garantir qu’elle sera encore dans la région après 2028.

D'ailleurs, il faut noter qu'aucun représentant de la municipalité ou de la région de Tampa et Saint Petersburg n'a accompagné le propriétaire. « Je leur demande une ouverture d'esprit pour que ce projet se matérialise. Je suis persuadé que ce plan serait bon pour la région. »

Je ne veux pas vendre l'équipe. Je veux que ce projet fonctionne. J'entrevois une belle occasion économique pour que les deux marchés profitent de ce concept d'équipe à deux villes.

Stuart Sternberg, propriétaire des Rays de Tampa Bay

Sternberg a affirmé qu'il a rencontré Stephen Bronfman il y a quelques années. « Il s'informait d'un possible déménagement, mais la conversation n'a duré que 20 secondes. J'ai aussitôt fermé la porte. M. Bronfman a poursuivi ses démarches auprès du baseball majeur, et de fil en aiguille, cette idée a vu le jour. »

Il a par ailleurs assuré qu'il restera le seul capitaine du navire. « C'était une condition avec le baseball majeur, ils veulent un seul patron et je serai aux commandes. »

Le groupe de Bronfman deviendrait donc partenaire.

Des problèmes d’ordre logistique et autres sont encore à régler, a expliqué Sternberg.

« La Ville de Montréal, la province de Québec doit adopter notre plan. Je suis optimiste – prudemment – que nous aurons leur soutien. Il reste des problèmes à régler, notamment le nom et le plan de match pour les séries, comment nous nous partagerons les matchs, mais nous attaquerons ces questions le moment venu. »

Sternberg a présenté son projet au comité exécutif du baseball majeur. « Après qu'ils aient pris le temps de réfléchir à notre proposition créative, [les autres propriétaires] se sont montrés emballés par l'idée d'explorer cette avenue. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Baseball

Sports