•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Le Canadien et les petits joueurs : une histoire d’amour justifiée?

Cole Caufield¸enfile un chandail du Canadien de Montréal.

Cole Caufield a enregistré 100 points, dont 72 buts, en 64 matchs la saison dernière dans le programme de développement américain.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Martin Leclerc

BILLET - « Ah non! Pas un autre petit joueur! »

Avec leur sélection au premier tour (la 15e au total), les recruteurs du Canadien de Montréal ont jeté leur dévolu sur l’attaquant américain Cole Caufield, vendredi dernier.

Toiutefois, aussi talentueux soit-il, Caufield ne mesure que 5 pi 7 po (1,70 m) et pèse un peu plus de 160 lb (72,6 kg). Même si le CH vient de mettre la main sur le meilleur buteur disponible à l’encan amateur, les partisans du Canadien n’ont pas tous réagi positivement à cette sélection.

Un fort pourcentage de supporteurs, et de nombreux observateurs, estiment que le CH aligne constamment un trop grand nombre de joueurs de petite taille.

Selon eux, cette manière de construire l’équipe s’avère un handicap notable quand le jeu se resserre en deuxième moitié de saison ainsi qu’en séries, lorsqu'il devient plus physique et que les arbitres se montrent beaucoup plus tolérants.

Avant d’aller plus loin, entendons-nous sur une chose : cette chronique n’est absolument pas un procès contre Cole Caufield. Ce jeune homme vient de vivre une saison extraordinaire (72 buts en 64 matchs) au sein du programme de développement américain et il connaîtra peut-être la carrière phénoménale qu’on lui prédit. Le temps nous le dira.

La discussion qui s’ouvre ici porte plutôt sur cette perception, largement répandue, voulant que le CH n’entretienne pas les mêmes réserves que les autres organisations de la Ligue nationale de hockey (LNH) à l’idée d’aligner des joueurs de petite taille. Or, les chiffres confirment clairement cette perception.

  • Seulement 68 joueurs mesurant 5 pi 10 po (1,78 m) et moins ont disputé au moins 30 matchs dans la LNH la saison dernière. Le Canadien en a cependant aligné huit (près de 12 %).
  • Seulement 27 joueurs de 5 pi 9 po (1,75 m) et moins ont joué dans la LNH la saison dernière (soit moins d'un par équipe en moyenne). Le CH en alignait quatre (près de 15 %).
  • Au cours des 10 dernières saisons, pas moins de 16 joueurs de 5 pi 10 po (1,78 m) ou moins ont porté les couleurs du Canadien. C’est plus que n’importe quelle autre équipe de la LNH. Et c’est nettement plus que les organisations qui ont remporté la Coupe Stanley durant cette période (on peut tenir pour acquis que les équipes ayant gagné la Coupe étaient effectivement bâties pour les séries).
  • Entre 2009-2010 et 2018-2019 (10 saisons), les Blues de Saint Louis ont aligné huit joueurs de 5 pi 10 po (1,78 m) ou moins. Les Capitals de Washington en ont utilisé seulement trois. Les Penguins de Pittsburgh en ont fait jouer six, tout comme les Blackhawks de Chicago. Les Kings de Los Angeles, incroyablement, n’en ont utilisé que deux. Parmi les équipes ayant remporté les honneurs depuis 2010, les Bruins de Boston sont ceux qui ont utilisé le plus de « petits » joueurs, soit 12.

Si on fait le décompte, au cours de la dernière saison, le Canadien a donc utilisé autant ou plus de joueurs de petite taille que les équipes mentionnées plus haut sur une période de 10 ans. Ce n’est donc pas anodin!

À l'évidence, le Canadien n’utilise pas la même grille d’analyse que les autres organisations de la LNH. La présence dans la formation d’un nombre beaucoup plus élevé de petits joueurs (par rapport à la moyenne de la ligue) ne semble pas inquiéter les dirigeants du CH. Pourtant, les résultats obtenus avec cette recette ne plaident pas tout à fait en leur faveur.

Cole Caufield (au centre), choix de premier tour du Canadien au repêchage de 2019.

Cole Caufield (au centre), choix de premier tour du Canadien au repêchage de 2019.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Autre fait intéressant : sur le plancher du repêchage vendredi dernier, certains observateurs trouvaient « incroyable » que Cole Caufield ait encore été disponible quand le Canadien a été appelé à utiliser le 15e choix de l'encan.

Les statistiques permettent toutefois de remettre la sélection de Caufield en perspective.

  • Entre les repêchages de 1997 et de 2015*, seulement cinq joueurs mesurant 5 pi 8 po (1,73 m) ou moins ont disputé au moins l’équivalent d’une saison complète après avoir été sélectionnés au repêchage de la LNH : Sergei Samsonov, Brian Gionta, Nathan Gerbe, Cam Atkinson et Rocco Grimaldi.
  • Ces cinq joueurs ne constituent que 0,5 % des 981 hockeyeurs repêchés ayant disputé au moins l’équivalent d’une saison dans la LNH.
  • Parmi ces cinq joueurs, seul Sergei Samsonov (0,1 %) a été choisi au premier tour du repêchage (8e au total, en 1997, par les Bruins de Boston).

Considérant ce très significatif historique au repêchage de la LNH, il était probablement normal que Caufield glisse durant l'encan. La plupart des organisations ont simplement continué d’appliquer leurs critères de sélection habituels. Elles ont, en conséquence, misé sur des joueurs plus imposants.

Quel genre de carrière connaîtra Cole Caufield? L’avenir nous le dira.

Il sera par ailleurs intéressant de voir si, au cours des prochaines saisons, le Canadien persistera à aligner autant de petits joueurs. Jusqu'à maintenant, les chiffres ne donnent pas raison aux décideurs et aux sélectionneurs de l’organisation montréalaise.


* Les repêchages de 2016 à 2019 n’ont pas été comptabilisés parce que les joueurs issus de ces cuvées commencent à peine à s’établir dans la LNH.

Hockey

Sports