•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondial : les Canadiennes ont rendez-vous avec les Suédoises en huitièmes de finale

Les Néerlandaises célèbrent un but inscrit contre les Canadiennes.

Les Néerlandaises en liesse ont confirmé leur 1re place dans le groupe E.

Photo : Getty Images / Robert Cianflone

Olivier Tremblay

Au bout du compte, les championnes d’Europe ont fait honneur à leur titre. Les Néerlandaises, qui ont défait les Canadiennes 2-1 jeudi, à Reims, condamnent les représentantes de l’unifolié au 2e rang du groupe E et à une portion de tableau fort compliquée.

Comme un avertissement, le site de la FIFA soulignait en matinée que le Canada n’avait gagné qu’une de ses 12 rencontres en Coupe du monde contre des équipes européennes. La statistique ne s’est pas améliorée dans les heures qui ont suivi.

Résultat : le Canada affrontera la Suède, lundi prochain, à Paris. Si les Canadiennes passent en quarts de finale, les puissantes Allemandes les y attendent probablement.

De l’autre côté, peut-être les Japonaises et les Italiennes (ou les Chinoises?) auraient-elles formé un scénario plus favorable.

Quoi qu’il en soit, comme se plairont sans doute à le répéter les Canadiennes d’ici le choc contre les Suédoises, tous les matchs seront difficiles à partir de maintenant.

Et force est de constater que, même s’il est vrai que les Rouges ont dû affronter une situation qui leur est inhabituelle cette année, il leur a néanmoins manqué quelque chose contre la première très bonne équipe qu’elles ont croisée.

Autres résultats du jour

  • Cameroun 2 Nouvelle-Zélande 1
  • Suède 0 États-Unis 2
  • Thaïlande 0 Chili 2

Portrait des huitièmes de finale

  • Allemagne c. Nigeria (22 juin, Grenoble)
  • Norvège c. Australie (22 juin, Nice)
  • Angleterre c. Cameroun (23 juin, Valenciennes)
  • France c. Brésil (23 juin, Le Havre)
  • Espagne c. États-Unis (24 juin, Reims)
  • Suède c. Canada (24 juin, Paris)
  • Italie c. Chine (25 juin, Montpellier)
  • Pays-Bas c. Japon (25 juin, Rennes)

Avant jeudi, les Canadiennes n’avaient accordé qu’un but en 2019. C’était contre le Nigeria, dans le match amical du 8 avril. Les Néerlandaises en ont marqué deux. On y reviendra.

Pour le sélectionneur Kenneth Heiner-Moller, qui doit nécessairement mettre l’accent sur un peu de positif après une défaite pour conclure la phase de groupe, l’égalisation de Christine Sinclair – qui a marqué dans une cinquième Coupe du monde, un record qu’elle partage avec la Brésilienne Marta – lui permettra de retirer deux enseignements cruciaux.

D’abord, son équipe a su réagir dans l’adversité. Ses joueuses n’ont mis que six minutes, après le but d’Anouk Dekker, à trouver une solution. Malgré la solidité défensive démontrée contre le Cameroun et la Nouvelle-Zélande, c’était écrit dans le ciel que le Canada serait en retard au pointage un jour ou l’autre. Vaut mieux mettre à l’épreuve sa capacité à montrer du caractère en phase de groupe que dans un match à élimination directe.

Ensuite, Sinclair s’est levée au moment où on pouvait croire qu'elle s'effaçait. La capitaine n’avait pas disputé de mauvais matchs depuis le début du Mondial. Elle n’avait pas semblé parfaitement à l’aise non plus. Mais elle a bien réussi sa déclaration d’intention pour la suite des choses : elle s’est fait oublier au second poteau, et elle a surgi pour rediriger brillamment le centre d’Ashley Lawrence. Son tournoi en une action, bref.

Elle dribble le ballon.

Christine Sinclair a inscrit son 182e but avec l'équipe du Canada.

Photo : Getty Images / Robert Cianflone

Parions aussi que les futurs adversaires du Canada regarderont cette séquence en boucle. Ce marquage déficient des Néerlandaises sur Sinclair était criminel, et la Canadienne ne s’en sortira pas si facilement au tour éliminatoire, elle qui est à deux unités du record d’Abby Wambach.

Ces deux buts néerlandais, donc.

Les phases arrêtées ont sauvé le Canada contre le Cameroun. Kadeisha Buchanan a marqué après un coup de pied de coin. Elles ont nui au Canada contre les Pays-Bas. Malheureusement pour Buchanan, c’est elle qui perd son duel contre Anouk Dekker, qui reprend un coup franc de la tête à la 54e minute.

L’arrière centrale canadienne aura toutefois une occasion de sortir illico de ce petit creux de vague puisque les Suédoises ont été vulnérables dans les phases arrêtées en qualifications. La préparation de ces situations de jeu sera primordiale.

Parlant de préparation, difficile d’expliquer le deuxième but des Pays-Bas, la mauvaise sortie de la gardienne Stephanie Labbé, tout particulièrement.

Les Néerlandaises ont déjà marqué plusieurs fois de la même façon dans cette Coupe du monde : on écarte le jeu et on centre par terre pour créer des occasions à haut pourcentage de réussite dans la surface de réparation, idéalement dans les six mètres.

Labbé doit savoir que cette remise s’en vient, mais le ballon passe quand même tout droit et Lineth Beerensteyn en profite pour inscrire le but gagnant.

La gardienne canadienne n’a pas semblé abattue après la rencontre et a analysé la situation sereinement : manque de rythme dans de nombreux moments. Ce n’est pas faux. Les Canadiennes ont perdu trop de ballons contre un excellent trio au milieu du terrain. Le bloc défensif n’a pas été aussi étanche qu’à l’habitude.

La tâche s’annonce compliquée. Ça risque de ne pas être joli. Les Canadiennes peuvent au moins se dire qu’en Coupe du monde, ça n’a pas besoin de l’être.

Soccer

Sports