•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La poussière retombe sur l'échec de Calgary 2026

Un employé ratisse la neige devant les anneaux olympiques.

Les anneaux olympiques n'apparaîtront pas sur la neige de Calgary puisque le conseil municipal a mis fin au projet de candidature.

Photo : Associated Press / Charlie Riedel

La Presse canadienne

Tandis que le Comité international olympique (CIO) s'apprête à choisir la ville qui accueillera les Jeux d'hiver de 2026, la semaine prochaine, Calgary dresse le bilan d'un échec retentissant.

Le CIO a biffé le nom de Calgary de la courte liste des villes candidates pour l'obtention des Jeux olympiques et paralympiques, sur laquelle ne figurent plus que Stockholm, en Suède, et Milan/Cortina d'Ampezzo, en Italie.

Les habitants de Calgary ont dit « non » à une candidature lors d'un référendum le 13 novembre 2018. En fait, 56,4 % d'entre eux ont voté contre le projet.

Cela signifie qu'il ne reste plus que deux villes candidates pour le vote qui aura lieu le 24 juin, à Lausanne, en Suisse.

Le maire de Calgary Naheed Nenshi a confié que ses électeurs doivent tourner la page sur un enjeu rempli d'émotions, et il a admis être préoccupé par les conséquences du rejet de la candidature sur la réputation de sa ville comme centre névralgique des sports d'hiver au Canada.

Oui, c'est certain, a-t-il dit lundi. Pas seulement à cause des Jeux olympiques, mais surtout parce que nous devions avoir un plan B en place.

Les installations des Jeux olympiques d'hiver de Calgary en 1988 devaient être réutilisées. La revitalisation de ces installations vieilles de 30 ans aurait coûté environ 500 millions de dollars. Mais tout ça ne s'est jamais concrétisé.

La piste de luge, de skeleton et de bobsleigh de Calgary a même été fermée indéfiniment en mars, en attendant que le financement soit trouvé pour des rénovations d’environ 25 millions.

Les gouvernements provincial et fédéral devaient payer 17 millions pour les rénovations.

En conséquence, les Championnats du monde de luge de 2021, qui devait avoir lieu à Calgary, ont été déplacés à Whistler, en Colombie-Britannique.

J'étais vraiment déçu de la tournure des événements, a reconnu le maire.

Le conseil municipal de Calgary a reçu des informations supplémentaires lundi quant au financement du projet de candidature, à savoir quels montants ont été dépensés et où ils l'ont été avant que celle-ci soit rejetée par les électeurs.

Le gouvernement canadien a contribué à hauteur maximale de 10,5 millions, la province a versé 10 millions et la Ville, 9,5 millions pour le projet de candidature pour les JO de 2026. De ces 30 millions, 16,3 millions ont été avancés par les divers paliers gouvernementaux avant que la candidature soit torpillée.

La Ville a dépensé un peu moins de 7 millions sur trois ans afin de réaliser une analyse, d'organiser les préparatifs pour le dépôt d'une candidature, sa promotion et la mise sur pied d'un référendum consultatif.

L'organisation qui pilotait le projet « Calgary 2026 » avait estimé les coûts d'organisation des Jeux olympiques à 5,1 milliards de dollars.

Le gouvernement de l'Alberta avait déjà promis 700 millions et celui du Canada 1,45 milliard, si Calgary obtenait l'organisation de l’événement. La Ville était prête à verser 390 millions.

Le maire avait d'ailleurs exprimé son appui au projet lorsque les coûts auxquels s'exposait la Ville étaient devenus clairs.

Je crois que les plus grands perdants, ce seront les logements abordables, a dit le maire.

Le référendum de Calgary a coûté 2,2 millions. La province, dont le financement était conditionnel à un référendum, a remboursé 2 millions.

Sports