•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

24 heures du Mans : il y a 50 ans, le coup d'éclat de Jacky Ickx au nom de la sécurité

Jacky Ickx

Jacky Ickx

Photo : Getty Images / Vladimir Rys

Radio-Canada

Alors que l'édition 2019 des 24 heures du Mans est en cours, revenons sur le geste osé du pilote belge Jacky Ickx il y a 50 ans pour protester contre le manque de sécurité.

L'épreuve des 24 heures du Mans est la course d'endurance la plus célèbre du monde. C'est en 2019 la 87e édition.

Les voitures foncent à plus de 320 km/h en ligne droite pendant 24 heures. Les pilotes, groupés par équipage, se relaient.

Une soixantaine d'équipes, inscrites dans quatre catégories, se côtoient en piste dans des voitures qui ne vont pas toutes à la même vitesse. Il faut une concentration maximum lors de chacun des relais.

Jacques Villeneuve y a participé en 2008 avec Peugeot et a fini au 2e  rang.

Il y a parfois des accrochages spectaculaires entre les monoplaces de catégorie LMP1 (Le Mans Prototype 1) et les voitures plus lentes, comme en 2011 entre un prototype Audi et une Ferrari (extrait vidéo avec commentaires en anglais). Personne n'a été blessé.

Marquer l'histoire des 24 heures du Mans deux fois plutôt qu'une

Il y a 50 ans, le pilote belge Jacky Ickx, âgé de 24 ans, et son coéquipier Jackie Oliver ont remporté la célèbre course à bord d'une Ford GT.

Samedi, ils ont d'ailleurs fait un tour d'honneur du circuit dans leur Ford GT de l'époque, à l'invitation des organisateurs, pour célébrer leur exploit datant du 15 juin 1969.

Mais c'est le 14 juin, au moment du départ, que le jeune Jacky Ickx a fait son coup d'éclat dont on parle encore aujourd'hui.

Jusqu'à cette édition, la tradition voulait que les pilotes prennent le départ en courant vers leur auto, stationnée en bord de piste, du côté des puits. Les pilotes démarraient le plus rapidement possible,et devaient dans les premiers kilomètres s'organiser pour attacher leur ceinture de sécurité.

Certains ne le faisaient pas et couraient leur premier relais sans ceinture. De la folie.

Jacky Ickx considérait la pratique désuète et dangereuse, mais elle faisait partie de la tradition des 24 heures du Mans.

Pour protester contre le manque de sécurité pour les pilotes, au moment du départ, il a décidé de traverser la piste en marchant, pendant que ses adversaires couraient. Il a aussi pris le temps d'attacher sa ceinture et s'était élancé bon dernier.

Les autres courent.

Jacky Ickx (à droite) marche vers sa voiture lors du départ des 24 heures du Mans de 1969.

Photo : You Tube

L'élégant pilote belge avait avec panache remporté l'épreuve le lendemain au terme des 24 heures de course, avec son coéquipier Jackie Oliver.

Cela aurait pu être le scénario inverse, car quand vous faites le malin sur la ligne de départ, si vous terminez 2e à 100 m, ce n'est pas tout à fait la même histoire, a-t-il raconté dans un entretien au Mans vendredi.

Je me suis rendu compte que c'était un peu too much (trop) de se taper une heure et demie de relais à 330 km/h sans être attaché, se remémore-t-il. Je me suis dit : "C'est une course d'endurance, on aura bien le temps de se rattraper."

La photo en noir et blanc montre la voiture numéro 6 dans un virage.

La Ford GT 40 du Belge Jacky Ickx et du Britannique Jackie Oliver pendant la 37e édition des 24 heures du Mans, le 14 juin 1969

Photo : Getty Images / AFP

Son geste osé et spectaculaire a sonné le glas de la tradition et a fait place à un départ lancé avec pilotes attachés dans le cockpit.

Les nostalgiques ont regretté que le départ traditionnel disparaisse, mais si cela n'avait pas été moi, cela aurait été un autre l'année suivante ou celle d'après, affirme-t-il.

L'accident mortel du Britannique John Woolfe à la fin du premier tour de la course en 1969 lui a donné tragiquement raison, l'une des causes possibles étant les efforts du malheureux pilote pour tenter d'attacher sa ceinture tout en pilotant.

Aujourd'hui âgé de 74 ans, Jacky Ickx a remporté les 24 heures du Mans à six reprises, dont quatre avec Porsche. Il a été vice-champion du monde de F1 en 1969 et en 1970.

J'en ai mangé des kilomètres. Quand on fait un tel kilométrage à haut niveau, il y avait de fortes probabilités de se faire mal dans ces années-là, et je trouve miraculeux d'avoir survécu sans me faire trop mal. Je suis infiniment respectueux de mon ange gardien, car il a vraiment souffert avec moi, a conclu le champion belge.

Course automobile

Sports