•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Raptors, une équipe internationale dans un sport international

Ils prennent un égoportrait.

Serge Ibaka et Pascal Siakam immortalisent leur conquête du titre de la NBA dans le vestiaire des Raptors, à Oakland.

Photo : nbae/getty images / Andrew D. Bernstein

Radio-Canada

Pendant que le Canada célèbre la victoire de son équipe, plusieurs membres de l’organisation des Raptors de Toronto partagent ce triomphe à la grandeur de la planète.

Jeudi soir, dans le vestiaire des champions, le drapeau canadien baignait dans un mélange de bière et de champagne.

Au même moment, Pascal Siakam se promenait avec le drapeau du Cameroun sur ses larges épaules et Marc Gasol poussait des cris de joie en espagnol.

Si bien des équipes se sont déjà proclamées championnes du monde, les Raptors donnent tout son sens à cette étiquette trop souvent galvaudée au sein de ligues essentiellement nord-américaines.

Les Nations unies du basketball

Les Raptors sont la seule équipe de la NBA à l’extérieur des frontières des États-Unis. Et c’est d’un peu partout sur la planète qu’ils sont arrivés dans la Ville Reine.

Un homme ouvre une bouteille de champagne.

Le directeur général des Raptors Masai Ujiri sabre le champagne après le titre des Raptors.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le président de l’équipe, Masai Ujiri, est né en Angleterre, mais il a grandi au Nigeria. Serge Ibaka est originaire du Congo. Marc Gasol défendra les couleurs de l’Espagne, cet été, à la Coupe du monde de la FIBA.

C’est en Grande-Bretagne que l’entraîneur Nick Nurse a savouré un premier championnat, là où le réserviste OG Anunoby est également né. Les deux grandes vedettes de l’équipe, Kawhi Leonard, joueur par excellence de la finale, et Kyle Lowry, sont Américains.

Voilà ce que l’on appelle une équipe internationale, dans un sport international.

C’était spécial déjà, rien que d’avoir tous ces gars de différents pays, parlant des langues différentes. Je pense que ça nous a rapprochés. Il y a ces liens qui se créent entre ceux qui communiquent de l’espagnol au français, du français à l’anglais. Ce partage entre différentes cultures représente bien ce qu’est Toronto.

Pascal Siakam

La liste ne s’arrête pas là. Le garde Jeremy Lin est un Américain d’origine taïwanaise qui s’exprime aussi en mandarin.

Certains des adjoints de Nurse ont vécu des expériences à titre de joueurs ou d'entraîneurs en France, en Angleterre, en Allemagne, en Italie et en Israël. Le directeur de la science sportive et physiothérapeute Alex McMechnie est Écossais.

Le défilé des champions aura lieu lundi à Toronto. L’unifolié sera visible tout au long du parcours, tout comme les bannières « We The North ».

On y apercevra sûrement de nombreux autres étendards.

Un plan qui rapporte

Les dirigeants de la NBA réalisent l’importance de la victoire des Raptors pour l’avenir de la ligue, qui veut s'ouvrir encore plus à l'international.

C’est d’ailleurs par l’entremise de son programme « Basketball Without Borders » que Pascal Siakam a pris contact avec ce sport pour la première fois il y a un peu plus de sept ans.

Il sourit pendant un match.

Pascal Siakam

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Des académies de la NBA voient le jour un peu partout en Afrique et en Asie. La ligue contribue aussi à la mise sur pied d’un nouveau circuit professionnel africain, lequel doit lancer ses activités au début de 2020.

Le commissaire Adam Silver ne cache pas son ambition de rejoindre les 700 millions de propriétaires africains de téléphones intelligents en leur offrant la possibilité de suivre les matchs de la NBA en direct. Les infrastructures existantes sont telles que cet objectif s’avère réalisable.

Les Raptors sont peut-être les premiers vrais champions du monde.

Enfant, je ne pouvais pas rêver de vivre un tel moment, a ajouté Siakam. Je ne croyais pas y arriver. Je ne pensais pas que c’était possible pour un gamin. Je pense que plusieurs jeunes n’y croient toujours pas. En étant ici aujourd’hui, je leur dis : "Regardez-moi. J’étais un enfant maigrichon du Cameroun... et me voilà champion", a conclu Siakam.

Avec les informations de Associated Press

Basketball

Sports