•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondial féminin : le Canada veut convaincre contre la Nouvelle-Zélande

Elle reçoit des accolades.
Kadeisha Buchanan célèbre son but avec ses coéquipières dans le match contre le Cameroun. Photo: Getty Images / Pascal Guyot
Radio-Canada

Après une victoire peu convaincante de 1-0 contre le Cameroun à son premier match à la Coupe du monde de soccer féminin, le Canada affronte samedi la Nouvelle-Zélande et son sélectionneur Tom Sermanni, qui lui est bien familier.

L’Écossais de 64 ans s'était joint à l’équipe canadienne féminine en 2014 à titre d’adjoint technique. Il avait par la suite été entraîneur adjoint sous les ordres de John Herdman lors de la Coupe du monde de 2015.

Sermanni est à la tête de l’équipe néo-zélandaise depuis le 26 octobre 2018. Il prend part à son quatrième Mondial, après trois participations à la tête de la formation australienne (1995, 2007 et 2011).

Je suis certaine qu’il nous connaît très bien, a avoué la capitaine Christine Sinclair, qui a fêté ses 36 ans mercredi. C’est une équipe vaillante, bien organisée, contre qui il est difficile de jouer. Ce sera un bon match.

Tom SermanniTom Sermanni Photo : Reuters / Bernadett Szabo

La Nouvelle-Zélande, 19e au classement de la FIFA, a perdu son premier match du tournoi 1-0 mardi face aux Pays-Bas. Jill Roord a alors offert la victoire aux Oranje avec un but de la tête dans les arrêts de jeu (90e+2).

Les Pays-Bas et le Canada sont les deux favoris du groupe E et devraient se battre pour la 1re place lorsqu'ils croiseront le fer le 20 juin, dernière journée du tour préliminaire.

Jill Roord célèbre son but contre la Nouvelle-Zélande.Elle crie le long de la ligne de but. Photo : Getty Images / Alex Grimm

La Nouvelle-Zélande présente une fiche de 0-10-3 en Coupe du monde, contrairement à 7-12-5 pour le Canada. Elle n’a pas réussi à accéder aux huitièmes de finale à ses quatre dernières participations.

Convaincre

Les Canadiennes tenteront de signer une victoire plus convaincante que celle contre le Cameroun.

Il y avait trop d’émotions lors du premier match, trop de fébrilité, a dit la défenseuse canadienne Shelina Zadorsky. C’était une nécessité pour nous de gagner ce match. Ce n’était pas parfait et nous savions que ce ne le serait pas, mais on a géré la situation.

L'entraîneur du Canada Kenneth Heiner-Moller a déclaré mardi qu'il se sentait rassuré après avoir passé au peigne fin le match face au Cameroun. Il en est venu à la conclusion que ses joueuses s’étaient somme toute bien positionnées. Il a admis qu’elles s’étaient compliqué la vie à certains moments.

C’est important de tirer au but plus souvent, a mentionné Heiner-Moller. Nous avons les joueuses pour le faire.

Christine Sinclair Christine Sinclair Photo : Getty Images / Elsa

Pour le prochain match, Zadorsky s’attend à ce que la Nouvelle-Zélande arrive avec une équipe bien rodée.

Les Néo-Zélandaises ont une bonne défense, a-t-elle affirmé. Elles seront plus organisées que les Camerounaises. Elles ont aussi une bonne contre-attaque et de bonnes joueuses qui peuvent marquer des buts.

La Nouvelle-Zélande a déjà perdu une de ses joueuses. La défenseuse Meikayla Moore a dû se retirer en raison d'une rupture du tendon d'Achille. Elle a été remplacée par Nicole Stratford.

Avec les informations de La Presse canadienne

Soccer

Sports