•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raptors : Boris et James Siakam savourent chaque instant de la carrière de leur frère Pascal

Il sourit pendant un match.

Pascal Siakam a maintenu des moyennes de 18,7 points et 7 rebonds par match dans les séries ce printemps.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Sans une poussée de croissance inattendue, Pascal Siakam aurait peut-être fait carrière au soccer plutôt qu’au basketball.

C’est ce qu’a raconté jeudi Boris Siakam, frère du dynamique ailier des Raptors de Toronto, à quelques heures du match 6 de la finale de la NBA.

Pascal, on savait, c’était le football, a expliqué l’aîné Siakam en entrevue à RDI. Mais subitement, il est devenu plus grand que nous tous, et il a commencé à jouer au basket. On savait qu’il était très athlétique, on s’est dit que ça pourrait marcher.

Boris Siakam a aujourd’hui 32 ans. Il a disputé quatre saisons avec l’Université Western Kentucky, de 2004 à 2008. Ses frères Christian, avec IUPUI, et James, avec Vanderbilt, ont aussi joué dans la NCAA.

Ce dernier a un souvenir différent de son petit frère. Honnêtement, avant que je quitte le Cameroun, il n’était pas vraiment un athlète. Il jouait un peu au soccer, mais il était un peu l’exception : tout le monde faisait beaucoup de sport, il était content de passer du temps avec ses amis.

Quand il a décidé de se lancer en basketball, au début, je ne le croyais pas! , a expliqué James Siakam à l'antenne de CBC News Network.

Luc Mbah Moute et Boris Siakam surveillent le ballon pendant un match entre les universités UCLA et Western Kentucky.

Boris Siakam est à droite du panier.

Photo : Associated Press / Matt York

Le talent de Pascal, le benjamin de la famille, était indéniable, mais c’est surtout son attitude qui fait de lui la vedette en puissance qu’on connaît.

Pascal fait la fierté de notre famille, on savoure chaque moment. Il est toujours en gymnase, il veut toujours progresser , a souligné Boris Siakam.

Au cœur de cette motivation, il y a Tchamo Siakam, le père de la famille, qui est décédé en 2014 dans un accident de voiture au Cameroun. Pascal était à l’Université New Mexico State et n’a pas pu assister aux funérailles.

Il a dédié sa carrière à notre papa, raconte Boris. Pour lui, c’est plus que le basket, ç’a beaucoup de signification, il joue avec beaucoup d’effort. Il veut prouver que le rêve n’était pas en vain.

Pascal Siakam écrit les mots « R.I.P. Dad » (repose en paix, papa) sur toutes ses chaussures.

C’est vraiment important pour lui, il joue pour quelque chose qui est plus grand que lui, a expliqué James Siakam. Notre père était le pilier de notre famille, il a tout donné pour que nous ayons une bonne éducation, qu’on ait la chance de déménager aux États-Unis, de fonder une famille.

Je pense que c’est dans son sang. Notre père était très sportif, il jouait au soccer, c’était un grand athlète, mais il n’a pas eu les mêmes occasions que nous de se faire valoir , a raconté James Siakam.

Il a beaucoup sacrifié pour que nous puissions avoir cette chance, et je suis simplement content de voir qu’un de nous ait percé et vit ce rêve.

Son histoire, selon Boris, ne peut qu’inspirer les jeunes de partout dans le monde. C’est un très grand moment pour le basket africain. Ça prouve que, si tu travailles, il n’y a pas de limites à où ça peut te mener. C’est quelque chose que Pascal aime promouvoir.

Il veut inspirer d’autres jeunes comme lui, en espérant qu’il y ait beaucoup de gens qui regardent le basket au Cameroun et en Afrique en général.

Je crois que même Pascal ne se rend pas compte de l’amplitude de ce qu’il est en train de réaliser, a renchéri James. Il donne aux jeunes partout en Afrique un rêve incroyable, la promesse que des belles choses les attendent s’ils travaillent fort. Ça va au-delà du basket.

On peut difficilement le voir comme observateur neutre et objectif, mais Boris Siakam a bon espoir que la série finale, que les Raptors mènent 3-2, va se terminer jeudi soir à Oakland.

Les chances [de victoire des Raptors] sont très bonnes. Je crois que Pascal va avoir un très bon match et l’équipe sera championne. J’ai beaucoup de foi, je crois que cette équipe est bâtie pour être championne et je crois qu’elle le sera.

Basketball

Sports