•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Impact souhaite maintenir son rythme « record »

Evan Bush

Evan Bush

Photo : Radio-Canada / Jean-François Vachon

Michel Chabot

Après une semaine de congé, l’Impact de Montréal était de retour au travail mercredi. Après un peu plus de la moitié de la saison, les joueurs sont satisfaits de leur parcours jusqu’ici.

Avec six hommes partis représenter leur équipe nationale, Rémi Garde ne comptait qu’une douzaine de joueurs à cette séance d’entraînement d’un peu plus d’une heure.

Un entraînement assez intense pour la formation qui est au 2e rang du classement de l’Association de l’Est après 18 de ses 34 matchs.

Je pense que le constat est positif, dit Saphir Taïder. Nous sommes seconds, avec quelques matchs joués de plus. Mais dans l’ensemble, il y a eu de bonnes choses. Tout n’a pas été parfait bien sûr, mais depuis l’année dernière, on est en constante progression.

Nous sommes très heureux de notre situation, renchérit Evan Bush. Nous avons fait face à beaucoup d’adversité, des blessures à des joueurs-clés, des suspensions, des voyages, des matchs sur la route, s’entraîner sur une surface synthétique tous les jours, le terrain de notre stade…

Nous avons un rythme de 1,5 point par match si je ne me trompe pas. Si nous le maintenons, nous égalerons le total de points de 2015, un record d’équipe à 51 points.

Evan Bush

Bush a tout à fait raison. Avec 24 points de plus au cours des 16 derniers matchs, le onze montréalais obtiendra une récolte identique à celle d’il y a quatre ans [l’Impact avait alors fini 3e dans l’Est avant de plier l’échine en demi-finales d’association, NDLR].

Attaque anémique

Les entraîneurs devront toutefois trouver des solutions pour améliorer la production offensive du Bleu-blanc-noir, qui a décroché 8 victoires avec à peine 21 buts en 18 matchs.

Nous devons nous améliorer des deux côtés du ballon, analyse le gardien Bush. Les deux côtés sont tributaires l’un de l’autre. En défense, nous avons été bons dans certains matchs et mauvais dans d’autres. Nous sommes parvenus à gagner huit matchs, mais nous n’avons pas été compétitifs lors de nos défaites. Nous devons rivaliser avec plus de régularité.

Bâtissons sur nos performances défensives de nos bons matchs et continuons de trouver notre confiance à l’attaque. Évidemment, ça dépend quels joueurs sont disponibles. Plusieurs joueurs offensifs ont été utilisés hors position parfois. Notre système est basé sur les habiletés de Piatti. Et un gars comme Urruti aurait été un bon complément pour Nacho s’il avait été en santé.

Auteur des deux buts dans la victoire de 2-1 sur Seattle la semaine dernière, Taïder en compte désormais sept en 2019, ce qui le place au 9e rang à ce chapitre dans la MLS.

L'Algérien admet qu'Ignacio Piatti manque cruellement à l’équipe, mais que d’autres doivent prendre la relève.

Il y a des joueurs qui peuvent le remplacer, mais ce sont de nouveaux joueurs qui apprennent une façon de jouer différente, un coach qui n’est pas comme ce qu’ils ont vu dans le passé peut-être, et un schéma tactique aussi. C’est un ensemble de choses. Il ne faut pas en demander trop, trop vite. C’est peut-être ça qui nous fait défaut cette année, mais les nouveaux arrivés sont bien adaptés, je pense.

Saphir Taïder

Longue pause

Rémi Garde et ses joueurs ne renoueront avec l’action que le 26 juin, contre les Timbers de Portland, au stade Saputo. Ils auront alors été inactifs pendant 21 jours si on exclut une rencontre amicale contre le Fury d’Ottawa, la semaine prochaine.

Sa position au classement pourrait bien avoir changé quand l’équipe reviendra au jeu.

Beaucoup d’équipes près de nous ont des matchs en main et vont continuer d’amasser des points, reconnaît Bush. En début de saison, l’Ouest dominait. Et maintenant, le rythme s’est considérablement accéléré dans l’Est. Il y a beaucoup de bonnes équipes.

Même les Red Bulls se redressent après un pauvre départ. Ils sont parmi les plus fortes équipes de la ligue maintenant. C’est une équipe à qui nous avons pris des points sur la route. Nous avons saisi nos chances à des endroits importants jusqu’ici. Même la défaite à domicile contre Orlando, nous leur avions pris trois points chez eux auparavant.

N’empêche, Bush assure que lui et ses coéquipiers ne sombreront pas dans la complaisance.

Ce n’est pas comme si l’année dernière avait été si bonne. Cette saison, nous jouons gros et nous voulons accéder aux séries et nous donner une chance d’aller loin.

Soccer

Sports