•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leylah Annie Fernandez se voit déjà chez les pros, dans le top 200

Leylah Annie Fernandez en point de presse Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Quelques jours après son triomphe en finale des Internationaux de France juniors, la Canadienne Leylah Annie Fernandez n'est pas encore revenue sur terre. Mais déjà, elle voit grand pour son avenir, et le niveau junior pourrait faire partie du passé.

La joueuse de 16 ans a rencontré les médias mardi. Elle a affirmé qu’il y avait « de bonnes chances » que Roland-Garros était son dernier tournoi du côté des juniors.

Je serais très contente de finir sur une si bonne note, a-t-elle reconnu. Je vais jouer les tournois au Canada, dont probablement la Coupe Rogers. Peut-être que je jouerai aux Internationaux des États-Unis. Ça dépendra de mon état physique et mental. Si je suis fatiguée et que je ne suis pas prête, nous prendrons quelques semaines de congé.

La Québécoise parle presque de Roland-Garros comme d’un premier amour. Le prestigieux tournoi est le premier du grand chelem qu’elle a regardé à la télévision quand elle était enfant. Le gagner l’a comblée.

Fernandez avait trois objectifs pour 2019. Remporter un tournoi du grand chelem est le premier qu’elle peut rayer de la liste. Elle souhaite aussi finir l’année en bonne santé et se hisser parmi les 200 premières joueuses du monde. Il lui faudra tout le soutien possible, et elle indique que son père Jorge, qui est son entraîneur en Floride, et Tennis Canada ont entrepris de bonnes discussions.

La transition au niveau professionnel prend beaucoup de temps, d’argent et d’énergie, a-t-elle souligné. Je dois pouvoir gérer tout ça. Mon père m’aide beaucoup, il s’occupe de l’aspect financier de la chose pour que je n’aie pas à le faire. Bien entendu, j’y pense quand même, car je veux toujours aider ma famille. Tennis Canada et mon père se parlent, et les pourparlers sont positifs. Je suis convaincue que tout va bien se passer.

Sylvain Bruneau, responsable de l'élite féminine à Tennis Canada, a par ailleurs confirmé que l'organisation et la famille Fernandez espèrent trouver un nouvel entraîneur à la joueuse de 16 ans. Tennis Canada avait d'ailleurs envoyé l'entraîneur Hugo Di Feo au tournoi de Charleroi et à Roland-Garros pour l'accompagner.

Il faut avancer avec l’embauche d’un entraîneur, a indiqué Bruneau. C’est important avec le niveau auquel elle est rendue. On a commencé ces discussions ensemble plusieurs semaines avant Roland-Garros. On a dressé une courte liste. C’est dans les plans qu’elle joue les tournois au Canada cet été et qu’elle se présente ici avec un entraîneur à temps plein.

Je veux pouvoir travailler avec le nouvel entraîneur et réaliser une transition petit à petit, a ajouté Jorge Fernandez. Au bout du compte, même si je prends le recul de ce point de vue là, je ferai toujours partie de son équipe et de sa vie. Elle me fait beaucoup confiance. Ça nous aide. Je ne suis pas inquiet. Elle va avoir 17 ans. Elle sait se défendre et poser des questions.

Elle frappe la balle du coup droit.Leylah Annie Fernandez Photo : Tennis Canada

La réussite de Fernandez en France est une autre belle histoire pour le tennis canadien, une histoire qui est tombée à point avec les forfaits de Bianca Andreescu, de Milos Raonic et de Félix Auger-Aliassime.

En entrevue à Gravel le matin, avant la conférence de presse de l’après-midi, la Canadienne racontait qu’on disait d’elle que sa stature l’empêcherait de gagner des matchs sur terre battue. Sauf qu’elle n’a jamais douté.

J’ai toujours cru que je pouvais être la prochaine joueuse canadienne à accomplir de grandes choses sur la scène mondiale, a-t-elle soutenu. Je suis ravie d’avoir gagné Roland-Garros, mais il ne faut pas oublier les Vasek Pospisil, les Eugenie Bouchard, les Filip Peliwo, les Rebecca Marino. Ils ont réalisé de grandes choses, et ils ont permis aux générations futures d’y croire.

J’espère seulement que les prochaines générations de joueurs canadiens pourront réaliser de plus grandes choses encore que nous.

Leylah Annie Fernandez

Plus tard cet été, Fernandez ne participera pas à Wimbledon chez les juniors. Elle a choisi de prendre part à des tournois au Canada, dont les Challengers de Saskatoon, de Gatineau et de Granby. Elle vise ensuite la Coupe Rogers à Toronto.

Tennis

Sports