•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la rencontre de quelques artisans du Grand Prix du Canada

Des gens font la file sur un circuit de course automobile.

Les amateurs se sont pressés par milliers pour visiter les paddocks du circuit Gilles-Villeneuve, lors des portes ouvertes du Grand Prix.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Marie-Ève Potvin

Les moteurs des voitures de formule 1 grondent. Les partisans se sont donné rendez-vous au circuit Gilles-Villeneuve pour cet événement unique au Canada. Derrière ce spectacle de vitesse et de prouesses mécaniques, des centaines de personnes travaillent d’arrache-pied pour que tout se déroule de façon impeccable.

Rencontres improvisées au Grand Prix du Canada avec ces gens de la F1.


Ronald Denis, co-médecin en chef du Grand Prix du Canada

Ronald Denis, médecin en chef du département de chirurgie à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Ronald Denis, médecin en chef du département de chirurgie à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Photo : Radio-Canada

Nous faisons équipe depuis 33 ans et nous éprouvons du plaisir à travailler ensemble. On a réussi à monter une équipe exceptionnelle. Aujourd'hui, tout est synchronisé. Tout roule. L'équipe médicale du Grand Prix du Canada a servi à augmenter le niveau de sécurité un peu partout. Pendant plusieurs années, on a été nommé meilleure équipe médicale de tous les circuits.


Jacques Bouchard, co-médecin en chef du Grand Prix du Canada

Jacques Bouchard, médecin en chef du Grand Prix du Canada

Jacques Bouchard, médecin en chef du Grand Prix du Canada

Photo : Radio-Canada

C’est notre plus belle semaine de l’année. On a une équipe du tonnerre. On est souvent évalué comme étant la meilleure équipe au monde.


Marcel Demers, directeur adjoint de course

Marcel Demers, directeur adjoint de course

Marcel Demers, directeur adjoint de course au Grand Prix du Canada

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Potvin

L’an passé, mon fils a commencé à piloter la voiture de tête pour les courses de soutien. J’étais content de le voir goûter à ce que je fais depuis 30 ans. Ç’a été un moment très spécial.

J’aime ça dire que pour nous, le Grand Prix, c’est un chaos organisé. On a l’impression qu’il n’aura jamais de course parce qu’on éteint des feux partout. Et soudainement, vendredi matin à 9 h, la première séance a lieu et tout est beau.


André Lortie, signaleur en chef

André Lortie, signaleur en chef au Grand Prix du Canada

André Lortie, signaleur en chef au Grand Prix du Canada

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Potvin

Il y a 180 signaleurs au Grand Prix. S’il y a des interventions en piste, c’est moi qui donne le go pour intervenir. J’ai toujours aimé les courses automobiles. J’ai commencé comme signaleur et j’ai monté les échelons.


Amélie Lapointe, adjointe, communications dans la tour de contrôle

Amélie Lapointe, adjointe, communications dans la tour de contrôle au Grand Prix du Canada

Amélie Lapointe, adjointe, communications dans la tour de contrôle au Grand Prix du Canada

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Potvin

En ce moment, je suis communicatrice pour les véhicules d’urgence sur la piste. La course automobile est une passion pour moi et cette passion est née en 1995, grâce à Jacques Villeneuve, quand il a commencé à percer.


Jean-François Veilleux, annonceur

Jean-François Veilleux, annonceur au Grand Prix du Canada

Jean-François Veilleux, annonceur au Grand Prix du Canada

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Potvin

C’est toujours une bonne semaine. On a hâte de retrouver les gens du monde automobile. Je trouve que ç’a beaucoup changé depuis 2004. Il y a beaucoup plus de gens qui couvrent l’événement et plus de monde dans le paddock. Mon meilleur souvenir du Grand Prix est peut-être à venir… En 2015, j’ai passé une saison complète en formule 3 à travailler avec Charles Leclerc. Il n’a pas encore gagné de course et les voitures Ferrari semblent plutôt rapides…


Christian Gauthier, annonceur

Christian Gauthier, annonceur au Grand Prix du Canada

Christian Gauthier, annonceur au Grand Prix du Canada

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Potvin

Je ne suis pas un expert en course automobile. L’expert, c’est mon analyste Jean-François. Moi, je suis là pour diriger la circulation, mais je suis le relais entre l’action qui se passe sur la piste et ce que les spectateurs ne voient probablement pas. La semaine du Grand Prix en un mot : adrénaline! C’est de l’action à son meilleur au plus haut niveau mondial.

Course automobile

Sports