•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mondial : Christine Sinclair est mieux entourée, le Canada y croit

Christine Sinclair

Photo : Associated Press / Andy Jacobsohn

Radio-Canada

Le Canada espère que cette Coupe du monde soit celle de Christine Sinclair. Les représentantes de l’unifolié amorcent leur tournoi lundi, contre le Cameroun, et elles ont un scénario idéal en tête : leur capitaine, devenue la meilleure buteuse du soccer international féminin quelques jours auparavant, qui soulève enfin le précieux trophée le 7 juillet, à Lyon.

Classées 5es du monde, les Canadiennes se voient comme des aspirantes légitimes au titre détenu par les Américaines, même si elles devront déjà trimer dur contre les Néerlandaises, championnes d’Europe, en phase de groupe.

Horaire de l’équipe canadienne

  • Le lundi 10 juin, 15 h (HAE) : Canada c. Cameroun
  • Le samedi 15 juin, 15 h : Canada c. Nouvelle-Zélande
  • Le jeudi 20 juin, 12 h : Pays-Bas c. Canada

Cela dit, Sinclair n’a probablement jamais été si bien entourée. Neuf membres de l’édition quart de finaliste en 2015 sont de retour. De la sélection médaillée de bronze olympique de 2016, 12 joueuses sont actuellement en France.

Le Canada peut donc compter sur des cadres d’expérience dans chaque secteur de jeu – la latérale Allysha Chapman en défense, Desiree Scott et Sophie Schmidt dans l’entrejeu, Sinclair et la « jeune vétérane » Janine Beckie en attaque.

En neuf rencontres cette année, les Canadiennes n’ont pas subi la défaite, et elles ont notamment battu la Norvège, l’Écosse et l’Angleterre, qui participent toutes à la Coupe du monde.

Elles n’ont accordé qu’un but, et cette unique faiblesse leur a offert une occasion de montrer leur caractère : elles ont comblé un retard de 0-1 contre le Nigeria pour l’emporter 2-1.

Sinclair, bien sûr, a fait la passe décisive pour le filet égalisateur une petite minute après qu’elle fut montée au jeu. Elle n’a jamais été une buteuse égoïste, obsédée par ses statistiques. Compte tenu de l’attention que lui portent inévitablement ses adversaires, elle a tout intérêt à faire jouer ses partenaires de toute façon.

Brillantes aux Jeux olympiques, deux fois médaillées de bronze sous l’impulsion de Sinclair, les Canadiennes demeurent cependant dans l’attente d’un conte de fées à la Coupe du monde.

Le tournoi de 2011 a été le théâtre d’un but extraordinaire de Sinclair sur coup franc, quelques minutes après que l’Allemande Babett Peter eut fait éclater les os de son nez d’un coup de coude. Le rêve de gloire ultime des Canadiennes a finalement ressemblé au pif de Sinclair, brisé en morceaux dès la phase de groupe.

En 2015, c’est la Coupe du monde à domicile. La capitaine marque deux buts, dont un en quarts de finale contre l’Angleterre. Pas de nez cassé, mais une défaite malgré tout.

Cette année, non seulement Sinclair compte-t-elle sur des coéquipières qui ont l’habitude des grands rendez-vous, mais ses collègues plus jeunes ont, dans bien des cas, pris du galon.

En défense, Kadeisha Buchanan, jeune joueuse par excellence du tournoi lorsqu’elle était encore étudiante universitaire il y a quatre ans, est désormais une triple lauréate de la Ligue des champions européenne avec l’Olympique Lyonnais, dont le stade accueillera la finale.

Ashley Lawrence, au Paris Saint-Germain, et Rebecca Quinn, au Paris FC, l’affrontent régulièrement en Division 1 féminine française. La prodigieuse attaquante de 18 ans Jordyn Huitema, recrutée par le PSG, se joindra à elles la saison prochaine.

La France prend de plus en plus de place dans le milieu du soccer féminin. Ses clubs font le plein de vedettes internationales, et sa sélection est une des grandes favorites du tournoi à titre d’équipe hôtesse. L’édition 2019 du Mondial pourrait être l’occasion de cristalliser cette montée en puissance du pays.

Mais du côté canadien, ce devra être l’heure de gloire de Sinclair, qui n’a jamais quitté l’Amérique pour se joindre à un autre club. Son compteur de but affiche 181. L’Américaine Abby Wambach en a inscrit 184 au cours de sa brillante carrière. C’est le record mondial.

Sinclair est catégorique : son but le plus important, elle veut le marquer cet été. Reste à savoir si elle parlait du but du record, du but vainqueur de la finale… ou des deux.

(D'après un reportage de Jean-François Poirier)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Soccer

Sports