•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Cinq matchs à surveiller à la Coupe du monde féminine

Samantha Kerr (no 20)
Samantha Kerr tentera de marquer son premier but en Coupe du monde pour l'Australie. Photo: Getty Images / Michael Dodge
Olivier Tremblay

BILLET – Les étés se suivent et se ressemblent : cette année encore, un mois de soccer avec les meilleures sélections de la planète... c'est la Coupe du monde féminine!

Les friands de ballon rond auront amplement de quoi se mettre sous la dent dans les prochaines semaines. Le Mondial U-20 masculin bat son plein. La Coupe du monde féminine s’amorce vendredi. La Copa América, la Gold Cup et la Coupe d’Afrique des nations commencent aussi dans les 10 prochains jours… ouf! Pas facile d’avoir tout ça à l’œil.

Pas de panique. Comme un ange de miséricorde, Radio-Canada Sports arrive à la rescousse. Nous avons choisi cinq matchs de la Coupe du monde féminine qu’il faut absolument inscrire à son agenda, en plus de ceux de l’équipe canadienne, bien sûr.


Angleterre c. Écosse (le dimanche 9 juin, 12 h [HAE])

En 1872, les équipes masculines anglaise et écossaise ont disputé le tout premier match international. Le moment s’est avéré d’une importance historique capitale, car deux idéologies s’affrontaient : les Anglais, adeptes inconditionnels du drible, ont constaté avec horreur que les Écossais se passaient le ballon. Quelle idée saugrenue!

(Les cyniques souligneront aussi que la rencontre s’est terminée 0-0, le début d’une longue tradition de #mauditsoccerplate.)

Le premier match du groupe D, cet été, ne devrait pas acquérir la même signification dans l’histoire du soccer moderne. Il n’en demeure pas moins que l’Écosse jouera enfin en Coupe du monde féminine, et elle n’aurait pu rêver d’une meilleure rivale pour ce baptême du feu.

C’est contre l’Angleterre que l’Écosse avait fait ses débuts en tournoi majeur, il y a deux ans, à l’Euro. Une défaite cuisante de 6-0. L’équipe a cependant montré un plus beau visage en qualifications pour le Mondial. Elle peut espérer se faufiler dans le tour éliminatoire. Accrocher l’Angleterre (avec un 0-0?) serait un bon point de départ.


Allemagne c. Espagne (le mercredi 12 juin, 12 h)

La première Coupe du monde de l’Espagne, en 2015, s’est conclue dans la tourmente. Les joueuses, insatisfaites de leurs conditions de travail, ont publié un communiqué pour réclamer la tête du sélectionneur Ignacio Quereda.

Avec leur nouvel entraîneur, Jorge Vilda, les Espagnoles ont gagné tous leurs matchs de qualification. Elles ne font pas encore partie de l’élite, mais elles peuvent aller brasser la hiérarchie.

Jorge Vilda, entraîneur de l'EspagneJorge Vilda, entraîneur de l'Espagne Photo : Getty Images / Bongarts/Karina Hessland

Peuvent-elles y arriver dès le premier tour? La 2e place du groupe B est tout à fait à leur portée. Elles devraient gagner leur match d’ouverture contre l’Afrique du Sud, mais le deuxième, contre les puissantes Allemandes, sera compliqué. N’empêche, l’Espagne est allée chercher un 0-0 en Allemagne lors du dernier match (amical, il est vrai) entre les deux nations.


Australie c. Brésil (le jeudi 13 juin, 12 h)

Marta devrait-elle posséder six trophées de joueuse de l’année de la FIFA? La question se pose. En 2018, en tout cas, l’Australienne Samantha Kerr avait toutes les raisons d’espérer le titre. Marta elle-même, comme capitaine de la sélection brésilienne, avait voté pour elle.

Buteuse redoutable pour les Red Stars de Chicago, aux États-Unis, pour le Glory de Perth, en Australie, et pour son équipe nationale, Kerr n’a toutefois jamais touché la cible en phase finale. Cet affrontement contre Marta, qui en serait à son dernier tour de piste, pourrait faire figure de belle vengeance.

Marta, attaquante brésilienneMarta, attaquante brésilienne Photo : Getty Images / Alexandre Schneider

La rencontre contre l’Australie sera cruciale pour le Brésil, jamais titré en Coupe du monde féminine. Selon toute vraisemblance, les perdantes de ce duel termineront 2es du groupe C, ce qui préparerait un huitième de finale contre la Norvège, une équipe compliquée même sans Ada Hegerberg, gagnante du Ballon d’or.


Corée du Sud c. Norvège (le lundi 17 juin, 15 h)

Contre la Norvège? La Corée du Sud a sans doute un autre scénario en tête, même si ce sera très difficile. Viser un bon dossier au 3e rang (quatre des six équipes de 3e place passent aussi en huitièmes) semble plus juste.

Les Sud-Coréennes auront déjà affronté les Françaises et les Nigérianes à ce stade-ci de la compétition. Leur défense peut prendre l’eau contre les très bonnes équipes, et parfois contre les moyennes. Il n’est pas exclu qu’elles doivent améliorer leur différentiel des buts pour atteindre le prochain tour.

L'attaquante norvégienne Isabell Herlovsen célèbre un but.L'attaquante norvégienne Isabell Herlovsen Photo : Getty Images / Trond Tandberg

Les Norvégiennes, de leur côté, devraient chercher à confirmer leur 2e place après un match ardu contre leurs hôtes françaises. On pourrait assister à une rencontre avec beaucoup d’initiative.


Suède c. États-Unis (le jeudi 20 juin, 15 h)

Un classique depuis 2003 : le match entre les Suédoises et les Américaines en phase de groupe. Pour la cinquième Coupe du monde de suite, elles s’affronteront. Les États-Unis ont l’avantage aux points : deux victoires, une défaite et un verdict nul.

Ces deux pays sont, sans le moindre doute, les deux puissances du groupe F. À moins d’une catastrophe dans les matchs précédents, celui-ci devrait décider les deux premiers rangs du groupe. La récompense des gagnantes sera une rencontre délicate, mais gérable, contre l’Espagne.

Alex Morgan, attaquante américaineAlex Morgan, attaquante américaine Photo : Getty Images / Katharine Lotze

Et du point de vue canadien, ce match pourrait être d’un grand intérêt. Il n’est pas farfelu de penser que les Pays-Bas surprendront le Canada pour remporter le groupe E. Si ce scénario devait se concrétiser, le Canada aura rendez-vous avec l’équipe de 2e place du groupe F…

Soccer

Sports