•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Finale de la NBA : les Raptors renversent les Warriors dans le match no 1

Pascal Siakam marque un panier contre les Warriors.

Pascal Siakam marque un panier contre les Warriors.

Photo : Getty Images / Vaughn Ridley

Olivier Paradis-Lemieux

TORONTO – Pour la première présence en finale de leur histoire, les Raptors ont réussi un exploit peu banal : infliger une défaite aux Warriors de Golden State dans le premier match d'une série de la NBA. Toronto a pris l'avance 1-0 grâce à une victoire de 118-109 jeudi soir.

La dernière fois que Golden State avait perdu le premier match d’une série était en 2016, contre le Thunder d’Oklahoma City de Kevin Durant, maintenant membre des Warriors, mais absent de la finale pour une durée indéterminée en raison d'une blessure au mollet. Depuis, ils l'avaient emporté dans le premier duel à leurs 12 dernières séries.

C'est aussi la première fois en cinq présences consécutives en finale que l'équipe dirigée par Steve Kerr est en retard après le premier duel.

« Leur défense a été excellente. Ils ont tout simplement mieux joué que nous et nous devons passer au prochain match [...] Ils ont réussi de nombreux tirs difficiles, notre défense en transition n'a pas été à la hauteur et nous avons commis 17 revirements. C'est trop. Nous devons améliorer ces points », a déclaré l'entraîneur des Warriors.

Le plan de match défensif de Golden State était quant à lui bien clair : défendre avec férocité les actions de Kawhi Leonard, le doublant régulièrement dès le premier quart. Pour l’essentiel, l’idée a fonctionné, mais Golden State a été sans réponse face à l'ailier fort Pascal Siakam.

« Ils blitzaient Kawhi et ç'a ouvert les choses pour nous », a expliqué le centre espagnol Marc Gasol (20 points), qui a dominé le premier quart avec 8 points pour les Torontois.

Leonard a terminé la rencontre avec 23 points, mais a seulement réussi 5 de ses 14 tirs au panier.

« Kawhi Leonard n'a pas connu son meilleur match, mais d'autres se sont levés. Pascal Siakam a connu le match de sa vie en éliminatoires. Ce n'est pas que l'équipe de Kawhi, ce sont les Raptors de Toronto », a renchéri le garde des Warriors Klay Thompson (21 points).

Le Camerounais, qui devrait remporter le titre de joueur le plus amélioré de la NBA cette saison, a particulièrement électrisé la foule du Scotiabank Arena au troisième quart avec une récolte de 14 points, qui portait alors son total à 26.

Dans l’ombre des vrilles et des courses de Siakam, Stephen Curry (34 points) a maintenu les Warriors à flot, sans se récolter les mêmes hourras de la foule, bien évidemment.

Au quatrième quart, l’ailier fort des Raptors a poursuivi son travail de démolition, mais il a su également démontrer la flexibilité dans son jeu. Au fur et à mesure que les Warriors se sont ajustés à lui, il a su trouver ses coéquipiers lorsque Golden State fermait les trouées vers le panier.

Siakam a terminé le match avec 32 points, un sommet dans sa carrière. Plus impressionnant encore, il n'a raté que 3 de ses 17 tentatives de tir.

« Comme je dis toujours, c’est d’essayer de prendre ce que la défense me donne. Et quand tu sens que tout entre, ça donne de la confiance bien sûr. Mais l'important pour moi, c’est de garder mon tempérament et de continuer à ne pas jouer trop vite », a raconté en français Siakam après la rencontre.

« J’ai laissé Pascal Siakam trouver son rythme, c’est de ma faute. Je dois faire un meilleur travail pour le rendre inefficace », a analysé l'ailier fort Draymond Green, joueur défensif de l'année en 2017.

L'influence de Kawhi Leonard s'est toutefois fait sentir en fin de match. Le meilleur joueur de la NBA depuis le début des séries éliminatoires a permis à Toronto de ralentir le rythme. Ce n'était plus le temps pour les envolées de Siakam, mais pour le jeu lent et méthodique du timide numéro 2, et les Raptors ont été capables de garder à distance les doubles champions en titre.

Alors que le match était hors de portée pour les Warriors dans la dernière minute de jeu, la foule torontoise a servi une longue ovation aux Raptors. La performance de l'équipe a reçu le même écho à l'extérieur du Scotiabank Arena, où s'étaient massés des milliers de spectateurs. Ils étaient également des milliers à assister à ce match historique dans de seconds Jurassic Park installés ailleurs dans le Grand Toronto, à Brampton et à Mississauga.

« Nos partisans ont été merveilleux. Ils étaient bruyants, ils étaient enthousiastes. Je pense qu'ils étaient vraiment dans le match et c'est ainsi que ça doit être, a soutenu l'entraîneur des Raptors Nick Nurse. C'est à ça que doit servir un match à domicile, et nos partisans méritent une bonne part du crédit de la victoire. »

« On a fait ce qu'on devait faire en gagnant le premier match devant notre public, mais ils ne sont pas champions pour rien, ils vont réagir dès le prochain match », a prévenu enfin le héros de la rencontre, Pascal Siakam.

Le deuxième duel de la finale de la NBA aura lieu dimanche soir à Toronto. Si les Raptors l'emportaient, ils seraient bien aux commandes de la série et menaceraient de mettre réellement fin au rêve des Warriors de remporter un troisième championnat de suite, ce qui n'a pas été fait depuis les Lakers de Los Angeles du tournant des années 2000.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Basketball

Sports