•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raptors : des éloges du Cameroun pour Pascal Siakam en attendant les Warriors

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un joueur de basketball sourit pendant un match.

Les Raptors comptent sur de bonnes performances de Pascal Siakam pendant cette série contre Philadelphie.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Pascal Siakam écrira une page d'histoire, jeudi, lorsque les Raptors de Toronto et lui amorceront leur série contre les Warriors de Golden State. Il deviendra le premier Camerounais à participer à la finale de la NBA.

S’il tente de demeurer pleinement concentré sur la tâche à accomplir, l’ailier de 25 ans prend quand même le temps de savourer cette qualification historique, et pour cause : elle fait jaser jusqu’au sommet de la hiérarchie sportive de son pays d’origine.

« Mon agent m’a dit hier que j’ai eu un message du ministre des Sports, au Cameroun, a raconté Siakam, mardi. Bien sûr, ça donne de la fierté, comme Camerounais, de pouvoir représenter le pays et d’être le premier Camerounais en finale de la NBA. C’est un honneur. Je suis vraiment content d’être à cette étape de ma carrière et de pouvoir atteindre ce niveau. »

Siakam n’a pas volé ces éloges. Malgré son inexpérience, il assume avec brio les ingrates tâches défensives qui lui sont confiées, et il marque 18,7 points par match en moyenne pour faire bonne mesure.

Son coéquipier Fred VanVleet, qui l’a affronté dans les rangs universitaires, se réjouit de la marge de progression toujours grandissante de son coéquipier.

« Il a commencé à jouer sur le tard, et on voit combien il apprend vite, a souligné VanVleet. Il relève tous les défis qu’on lui présente. Il faut qu’il marque? Il marque. Il faut qu’il défende? Il défend. Il a défendu contre tout le monde. Je me souviens, quand il est arrivé dans la ligue, il a dû défendre contre Kevin Durant. On se souvient de la fois où il a affronté LeBron James. Il affronte les meilleurs d’entre tous. »

Siakam n’a pas fini de se mesurer à l'élite de son sport. Les doubles champions en titre de la NBA s’apprêtent à envahir Toronto. Ils viennent de balayer les Trail Blazers de Portland et se sentiront parfaitement aptes à remporter un quatrième championnat en cinq saisons.

Or, les Raptors sont sortis vainqueurs des deux affrontements contre les Warriors cette saison. Est-ce une raison d’espérer? C'est plutôt une raison de se méfier, a suggéré Siakam.

« Ils ont beaucoup de tireurs. Ils ont l’expérience. Ils sont là depuis longtemps. Ce sera quelque chose de différent en ce qui a trait au style de jeu, a-t-il assuré. Bien sûr, tu regardes les matchs d’avant, mais ce sont les séries. Les choses changent. On essaie de se préparer comme on peut. On verra après le premier match s’il faut changer des trucs. »

« C’est difficile d’établir un plan de match contre eux, a ajouté VanVleet. Ils jouent à un haut niveau depuis longtemps. Ils jouent vraiment bien. Ce n’est pas une équipe parfaite, mais ce qu’elle réussit, elle le réussit à un haut niveau. Les Warriors ne vous laissent pas de marge d’erreur. Il faut être totalement investi dans notre plan de match et être concentrés au maximum pour pouvoir gagner contre cette équipe. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !